Culture  Politique 

Jello Biafra à Barbey, le militant vert se prend un verre et voit rouge

actualisé le 28/04/2014 à 06h20

Jello Biafra and the Guantanamo School of Medicine sur la scène de Rock School Barbey le 27 avril 2014 (WS/Rue89 Bordeaux)

Jello Biafra and the Guantanamo School of Medicine sur la scène de Rock School Barbey le 27 avril 2014 (WS/Rue89 Bordeaux)

Jello Biafra a quitté la scène de la Rock School Barbey avant la fin du concert. Il venait de recevoir un verre en plastique lancé par un spectateur qui lui a blessé le front.

Le samedi 26 avril, le groupe punk Jello Biafra and The Guantanamo School of Medicine était en concert sur la scène de la Rock School Barbey à Bordeaux.

Après les Dead Kennedys en 1978, Lard en 1989, Jello Biafra with The Melvins en 2005 – sans compter ses collaborations avec DOA et Nomeansno –, ce militant originaire du Colorado américain forme, en 2009, Jello Biafra and the Guantanamo School of Medicine en compagnie de Ralph Spight (Victims Family, Freak Accident) et Kimo Ball (Freak Accident) aux guitares, Billy Gould (Faith No More) à la basse et Jon Weiss (Sharkbait) à la batterie.

Le groupe sort son troisième album en 2013, White People and the Damage Done, pour lequel il était en tournée dont faisait partie la date bordelaise.

Jello Biafra, de son vrai nom Eric Reed Boucher, est un chanteur, politicien et militant écologiste né le 17 juin 1958. Il est membre du Parti Vert des États-Unis. Il a été candidat aux primaires du Green Party en 2000, et a terminé quatrième aux élections municipales pour la mairie de San Francisco en 1979.

Hier, entre extraits du dernier album et reprises des Dead Kennedys – dont le mythique California Über Alles –, Jello Biafra a prononcé de larges discours politiques. Il s’est attaqué à l’austérité dans le monde, avant de s’en prendre au Front national et Marine Le Pen.

Vers le milieu du concert, Jello Biafra arbore un T-shirt avec une inscription en français contre le gaz de schiste.

Peu après le premier rappel, il reçoit un verre en plastique sur le front et se met à saigner. Malgré cela, il termine le morceau en cours et quitte la scène avec un doigt d’honneur et un Fuck You en direction d’où le verre a été lancé. Il n’y a pas lieu d’imaginer que cette malencontreuse agression ait un lien avec les propos engagés du chanteur.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

Alain Rousset démonte le revenu universel

par Simon Barthélémy. 867 visites. 1 commentaire.

Dominique Pasqualini, nouveau directeur de l’école des Beaux-Arts de Bordeaux

par Walid Salem. 352 visites. 1 commentaire.

Pour sauvegarder son foncier, la Gironde s’en remet à l’Etat

par Xavier Ridon. 430 visites. Aucun commentaire pour l'instant.