Politique 

Le revenu de base dans l’accord PS-EELV pour la région

Françoise Coutant et Alain Rousset lors de l'annonce de la fusion des deux listes (page facebook (Alain Rousset)

Françoise Coutant et Alain Rousset lors de l’annonce de la fusion des deux listes (page facebook Alain Rousset)

L’étude de faisabilité du revenu de base, défendue à la région Aquitaine par les écologistes, figure dans l’accord conclu entre Alain Rousset et Françoise Coutant entre les deux tours des élections régionales.

On en aurait oublié l’existence avec les résultats inquiétants du 1er tour des élections régionales en France. Mais voilà que le revenu de base s’invite dans la campagne et ne manquera pas de refaire parler de lui. Le financement de l’étude de faisabilité de l’application du revenu de base, votée le 6 juillet 2015 au Conseil régional d’Aquitaine, est dans l’accord entre Alain Rousset et Françoise Coutant pour la fusion des listes écologiste et socialiste pour le 2e tour.

Un accord à la trappe ?

Le PS et EELV se sont entendus sur la transition énergétique, le principe du conseil citoyen, le financement des trois lignes à grandes vitesses (dont le financement prévu par le Conseil régional n’était pas au goût des écologistes), l’amélioration des trains régionaux et des Intercités, ainsi que le projet de création d’une agence régionale de l’énergie…

Le projet de revenu de base semblait être passé à la trappe. Alain Rousset n’était pas chaud pour appliquer la motion votée au conseil régional d’Aquitaine. Rue89 Bordeaux a eu la confirmation que l’étude de faisabilité était bien dans l’accord, sur l’insistance de la candidate des Verts.

Par ailleurs, la fusion des deux listes offre aux écologistes deux vice-présidences et 17 places éligibles dans l’hémicycle. L’une d’elle sera réservée à Martine Alcorta : figure de proue du revenu de base en Aquitaine, elle est en 12e position dans la liste girondine, devant Thierry Trijoulet, le patron du PS dans le département.

Bernard Stiegler à Bordeaux

Martine Alcorta a déjà hâte de « travailler avec des économistes sur la concrétisation de l’expérimentation. Donc définir un territoire, les partenariats, les modalités techniques et en même temps faire de l’acculturation au concept dans la population ».

L’élue verte sortante envisage de mettre en place un groupe de travail avec des élus volontaires, comme le stipulait la motion. C’est ce groupe de travail qui, accompagné par des associatifs, des économistes et des philosophes, décidera des modalités de l’expérimentation et de sa territorialisation.

Le philosophe français, Bernard Stiegler, dont la réflexion sur les enjeux des mutations sociales, politiques, économiques et psychologiques fait référence, est attendu pour en débattre le 16 février à Bordeaux.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

La Dune du Pilat a grandi d’1,3 mètre et culmine à 110,5 m

par Walid Salem. 290 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le Défenseur des droits saisi de cas de violences policières sur des journalistes

par Simon Barthélémy. 242 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Plastique dans les cantines : Bordeaux tranchera avant la rentrée

par Simon Barthélémy. 509 visites. 1 commentaire.