Vigie 

Le Monde reluque la culture à Bordeaux

A LIRE SUR LE MONDE (ABONNÉ)

(capture écran)

(capture écran)

Le journal Le Monde vient de sonder la culture à Bordeaux et il a frappé à plusieurs portes (mais pas toutes !). Son envoyé spécial en rapporte un bilan hésitant et mitigé à travers de nombreux témoignages.

D’emblée, il donne la parole à l’éditeur de BD parisien Cornelius qui a choisi de s’installer à Bordeaux, au lieu de Nantes, Toulouse, Marseille et Montpellier, parce que « la présence de la Fabrique Pola a fait la différence ».

Après l’avis d’un parisien, c’est celui d’une figure locale qui est cité, Denis Mollat. Le patron de la librairie du même nom évoque « une ville réservée, dans le bon sens du terme ». En écho, le guitariste de JC Satan dépeint « une ville qui se ravale la façade, se méfie du bruit, des voyous et des chats sauvages » en pointant la gentrification.

En donnant ensuite la parole inévitablement à Alain Juppé, et logiquement à Fabien Robert, mais aussi à Sylvie Violan (Novart), Patrick Duval (Musiques de nuit), Pauline Reiffers et Johanna Caraire (Fifib), Sean Bouchard (Talitres Records), Thierry Lounas (So Film) et Philippe Barre à propos de Darwin « l’ambassade de la branchitude bordelaise »… Le Monde retrace la facette artistique d’une ville où la culture est un « terme galvaudé qu’on colle ici à tout, même au vin… » assène Thomas Bernard (Cortex Athletico) devenu parisien depuis la fermeture de sa galerie.

A lire sur lemonde.fr (édition abonnés)

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

Dominique Pasqualini, nouveau directeur de l’école des Beaux-Arts de Bordeaux

par Walid Salem. 287 visites. 1 commentaire.

Pour sauvegarder son foncier, la Gironde s’en remet à l’Etat

par Xavier Ridon. 405 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pas de plan grand froid pour héberger les sans abri

par Simon Barthélémy. 941 visites. 2 commentaires.