Société 

Ramdam sur la venue de Tariq Ramadan à Bordeaux

Tariq Ramadan (SFU - University Communications)

Tariq Ramadan (SFU – University Communications)

Invité par l’Espace cultuel musulman (ECM) et l’association In Peace Event, le théologien Tariq Ramadan tiendra une conférence le 26 mars au Palais des congrès de Bordeaux. Des élus demandent à Alain Juppé d’interdire sa venue, la mairie répond que celle-ci ne présente pas de risque de trouble à l’ordre public.

Les réactions se multiplient contre la venue de Tariq Ramadan, ce samedi à Bordeaux. La dernière en date est celle de Naïma Charaï, conseillère régionale socialiste d’ALPC (Aquitaine Limousin Poitou-Charentes), qui a publié sur son blog une longue réaction contre la conférence que doit donner l’intellectuel au Palais des congrès. Elle l’accuse en effet d’être un « prédicateur fondamentaliste de la confrérie des Frères Musulmans » :

Tariq Ramadan « vient d’intégrer officiellement l’Union Mondiale des Savants Musulmans (UMSM), organe dirigé par le théologien des Frères Musulmans : Youssef Al Qaradawi. Ce dernier, est un antisémite, homophobe et sexiste , auteur d’une fatwa autorisant à mener des attentats suicides » :

Et l’élue régionale d’appeler Alain Juppé, maire de Bordeaux, à « prendre position officiellement » :

« En ces temps troublés, et plus que jamais, nous aspirons à entendre un discours anti-raciste et laïc et non un discours fondamentaliste porté par cet homme. »

Avant Naïma Charaï, Laurence Marchand-Taillade, secrétaire nationale du Parti radical de gauche (PRG) et présidente de l’Observatoire de la Laïcité du Val d’Oise, signait une tribune dans le Huffington Post adressée à Alain Juppé, sans y aller avec le dos de la cuillère :

« L’un des plus grands ennemis de notre République s’apprêtant à porter un coup supplémentaire à notre socle commun, l’occasion vous est donnée de faire la démonstration de votre courage, de votre fermeté, et de votre conscience des responsabilités qui seront peut-être les vôtres, sous peu », écrit-elle.

Dans un communiqué, le groupe des Radicaux de Gauche à la région ALPC, a demandé formellement au maire de Bordeaux « d’utiliser ses pouvoirs de police et d’interdire cette conférence sur le fondement du trouble à la sécurité ou à la tranquillité publique ».

Pas de « moyens légaux » pour interdire la conférence

A la mairie de Bordeaux, jointe par Rue89 Bordeaux, on convient que le sujet est « sensible », mais que le maire de Bordeaux n’est pas en mesure d’interdire la manifestation :

« Alain Juppé s’est concerté avec le préfet de la Gironde pour savoir si cette conférence pouvait provoquer des troubles à l’ordre public, le préfet a répondu que ce n’était pas le cas. Il n’y a donc aucune raison de s’opposer à la venue de Tariq Ramadan à Bordeaux. A noter que le Palais des congrès n’est pas une salle municipale (le bâtiment appartient à la Ville, mais est exploité par la société Congrès et exposition de Bordeaux (CEB), NDLR) ; les associations organisatrices ne sont pas interdites et la venue de l’invité est légale en France. »

La Ville de Bordeaux veut surtout éviter de « mettre la lumière sur sa venue et faire de la promotion à l’événement ». La récente procédure dans le Sud-Est de la France y est probablement pour beaucoup : saisi par un élu FN, Michel Thooris, le tribunal administratif de Nice a finalement autorisé la conférence de l’islamologue dans la commune de Carros le 19 mars dernier et a même condamné le conseiller de Marine Le Pen à verser 800 euros de frais de justice à la municipalité.

Dans sa décision, le juge administratif a rejeté toute menace à l’ordre public et fait valoir que Tariq Ramadan « n’a jamais fait l’objet de poursuites pénales » et qu’ « il n’est pas non plus établi que des troubles soient intervenus à l’occasion des précédentes conférences de M. Ramadan ».

Sans Edgar Morin

Tariq Ramandan, qui a annoncé en février vouloir demander la nationalité française, a condamné sans ambiguïté les attentats commis l’an dernier en France, notamment dans une tribune cosignée avec trois autres intellectuels :

« Nous devons publiquement exprimer notre attachement aux valeurs des Lumières et au respect des libertés individuelles, sans jamais oublier qu’à l’échelle mondiale, les musulmans sont les premières victimes, à la fois des intégristes souvent violents qui se réclament de l’islam, mais aussi des autocrates séculaires qui se présentent comme les seuls remparts contre ces derniers. »

A Bordeaux, il est invité par l’Espace cultuel musulman (ECM) et l’association In Peace Event. Cette dernière est bien connue à la Bastide notamment pour l’organisation d’un tournoi de football parrainé par Cédric Yambéré, un footballeur professionnel des Girondins de Bordeaux.

Le théologien musulman intervient sur le thème : « Les clefs pour vivre ensemble ». Il était annoncé en compagnie du sociologue et philosophe Edgar Morin, avec lequel Tariq Ramadan a cosigné un livre en 2014, « Au péril des idées ». Selon l’association sur sa page Facebook, Edgar Morin « ne pourra malheureusement pas être présent […] Avec la situation actuelle en Tunisie, il a été sollicité pour intervenir à Tunis le jour de notre conférence. C’est avec regret qu’il nous a informé de son absence et nous souhaite, à tous, une conférence enrichissante ».

L’association avait lancé un appel au financement de l’événement sur le site de collecte de fonds dédié aux associations, HelloAsso.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

Plus de 10000 fainéants marchent contre la Loi Travail à Bordeaux

par Xavier Ridon. 1 854 visites. 3 commentaires.

La vaisselle en plastique lavée de tout soupçon par la ville de Bordeaux

par Walid Salem. 905 visites. 3 commentaires.

Retour à la case justice pour Philippe Poutou et les Ford de Blanquefort

par Xavier Ridon. 690 visites. 1 commentaire.