Brèves 

Au repas de Syngenta, les écolos voulaient mettre les pieds dans le plat

Au rendez-vous de Syngenta, les verts étaient là mais pas les convives (XR/Rue89 Bordeaux)

Au rendez-vous de Syngenta, les verts étaient là mais pas les convives (XR/Rue89 Bordeaux)

Syngenta, multinationale des produits phytosanitaires, avait prévu un déjeuner-débat dont l’organisation était confiée au cabinet d’affaire Europolitic. Le rendez-vous était fixé ce vendredi midi au restaurant Le Gabriel, place de la Bourse à Bordeaux.

Les élus des conseils départemental et régional, ainsi que des parlementaires, ont été invités pour discuter avec ce géant des pesticides et des semences avec pour thème : « Comment reconstruire la confiance dans l’agriculture ? » Les élus verts ont tous refusé et souhaitaient interpeller leurs collègues qui répondraient à l’invitation. Parmi eux, Anne-Laure Fabre-Nadler, membre EELV à la commission agriculture du conseil départemental :

« Ce ne sont pas dans mes pratiques. Je ne vois pas comment un débat objectif peut être organisé dans un tel cadre. Si Syngenta veut s’expliquer, qu’il convoque une réunion publique. »

Elle rappelle qu’aucun salarié agricole, de surcroît viticole, n’est convié, pas plus que les opposants locaux (Marie-Lys Bibeyran, Valérie Murat ou Dominique Techer) n’ont été appelés pour animer le débat. En septembre 2015, une table-ronde similaire avait été organisé avec sur la liste des invités 15 élus, notamment encartés à droite ou au PS.

« Syngenta ne passe pas ! »

Alors, à midi, les élus écologistes se postent sur la place, pancarte à la main pour annoncer leur contre-action :

« Pique-nique sans pesticides ! Syngenta ne passe pas ! »

Ils ne croient pas si bien dire. Personne n’arrive. Après renseignement auprès des serveurs, le repas a été annulé. Les écologistes ont-ils fait peur à l’industrie agrochimique ? Que nenni affirme l’un des organisateurs à une élue dans une conversation téléphonique à laquelle assiste Rue89 Bordeaux :

« On a envoyé un mail pour prévenir parce qu’on a eu un souci de participants. Avec les congés qui arrivaient ça devenait un peu dur. »

La table aurait été réservée initialement pour onze convives avant d’être annulée mercredi dernier. Mais la société compte remettre le couvert à la rentrée de septembre.

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.
En BREF

La Dune du Pilat a grandi d’1,3 mètre et culmine à 110,5 m

par Walid Salem. 290 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le Défenseur des droits saisi de cas de violences policières sur des journalistes

par Simon Barthélémy. 242 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Plastique dans les cantines : Bordeaux tranchera avant la rentrée

par Simon Barthélémy. 509 visites. 1 commentaire.