Société 

Vaines provocations de l’extrême droite sur les migrants à Talence

actualisé le 07/10/2016 à 11h57

La salle de l’espace François Mauriac à Talence est bondée ce mercredi 5 octobre. Les riverains du Château des arts à Talence sont en effet venus en nombre pour obtenir des réponses,  auprès du maire Alain Cazabonne et du Préfet de Gironde, Pierre Dartout, à leurs interrogations sur la venue annoncée de migrants dans leur commune. Des militants d’extrême-droite tenteront en vain d’envenimer le débat.

Dans le cadre du plan de répartition des migrants décidé par le gouvernement, une cinquantaine de migrants issus de la jungle de Calais et de Grande Synthe seront logés autour  du Château des arts du mois de novembre au mois de mars.  Alain Cazabonne l’avait annoncé aux riverains du château dans un courrier le 29 septembre et à l’Espace Mauriac,  quelques personnes ont regretté de ne pas en avoir aussi été informées.

En guise d’introduction, le Préfet Pierre Dartout contextualise la venue de ces migrants, appelant à la solidarité envers des personnes qui fuient des situations difficiles et rappelant que la France devait prendre sa part.

« 450 personnes ont déjà été accueillis dans la Nouvelle-Aquitaine sans que cela ait causé aucun désagréments », souligne le préfet.

« C’est trop calme »

« 450 de trop » ne manque pas de rétorquer un participant à la réunion. C’est le coup d’envoi d’un dénigrement systématique de la part d’extrémistes de droite, opposés à la venue de migrants sur la commune et d’une manière générale en France.

Quand le préfet Dartout rappelle que la France entière participera à cet effort de solidarité nationale excepté l’Ile-de-France et la Corse, l’évocation de cette dernière région suscite quelques rires moqueurs de la part de certains membres du public, en référence à l’épisode estival de la rixe de Sisco. Des agitateurs d’extrême-droite ont semble-t-il fait le déplacement pour tenter d’échauffer les esprits, comme l’atteste cette phrase entendue chez l’un d’eux :

« C’est trop calme là, faut leur balancer des trucs toutes les trois minutes ».

Le même perd son sang-froid quelques minutes plus tard après avoir obtenu la parole. Il se lance dans une intervention hystérique où après avoir défendu de manière détournée la séparation des gens en fonction de leurs origines et il finit  par crier :

« Moi je suis contre leur venue parce que j’ai pas envie qu’ils violent ma fille ! ».

De Franco à Bachar

Si la majorité des migrants accueillis à Talence seront des personnes isolées, des femmes et des hommes, il laisse entendre que ces derniers sont tous potentiellement des agresseurs sexuels « comme en Allemagne ». Des policiers en civils doivent intervenir pour calmer l’individu et le menacer de l’exclure de la salle s’il ne se calme pas.

Tout au long de la réunion, les extrémistes tentent de jouer sur les peurs en réagissant sur leurs thèmes favoris, comme l’Islam et le rejet de la mixité. Un piège dans lequel la plupart des Talençais présents refusent de tomber, appelant les fauteurs de troubles à se détendre et à demander comme tout le monde la parole.

Des participants demandent à être rassurés sur le dispositif de sécurité notamment pour que « d’un côté comme de l’autre, il n’y ait pas de débordement ».

Plusieurs personnes témoignent aussi de leur sympathie et de leur solidarité avec les migrants. Un jeune Bordelais évoque le souvenir de son grand-père qui a fui la dictature franquiste pour se réfugier en France. Il s’adresse ainsi à un militant d’extrême-droite qui accuse des migrants de n’avoir « pas pris les armes pour défendre leur pays ».

A l’image d’un bénévole de la Cimade qui, se proposant d’aider la Ville pour s’occuper des migrants, remarque que « pour une fois » il sera d’accord avec la mairie, quelques interventions approuvent la position d’Alain Cazabonne. Droite et gauche confondues, « Front national excepté, la décision d’accueillir des migrants a fait l’unanimité », confirme le maire.

Stéphane Delgado, ancien du PS  qui avait lancé la liste Alternative citoyenne aux dernières élections départementales,  affirme que les fauteurs de troubles présents dans la salle sont « des gens du Front national ».

« J’ai twitté que j’étais fier d’être Talençais et j’ai reçu une avalanche de commentaires négatifs de la fachosphère. Beaucoup d’extrémistes de Gironde se sont donné rendez-vous, dont un ancien candidat talençais du FN et d’autres élus frontistes du département et de la région, aussi présents dans la salle ».

Monique De Marco, élue EELV à Talence, affirme elle aussi « douter » que ces personnes, contrairement à ce qu’elles affirment, soient réellement des habitants de la commune. D’ici ou d’ailleurs, elles n’auront, du moins pour ce soir là, pas dominé les débats.

Nouvelle critique contre le maire d’Arès

Mickael Fischi, le président de la CCAS (caisse centrale d’activités sociales) qui gère le centre de vacances des Électriciens et Gaziers d’Arès et où la préfecture souhaiterait accueillir des migrants, a adressé le 21 septembre, un courrier au maire de cette commune qui s’était prononcé  avec son conseil municipal contre l’accueil des migrants. Dans ce courrier, outre le témoignage de solidarité envers les réfugiés, il s’étonne de cette décision et de la résistance de la commune face à l’arrivée de réfugiés. Il rappelle également que le CCAS a déjà accueilli en 2015 des réfugiés dans 4 centres de vacances et que « ces accueils temporaires se sont très bien déroulés et ont donné lieu à un enrichissement mutuel ».

L'AUTEUR
Malika Ouaddah
Malika Ouaddah
Journaliste indépendante, travaille pour plusieurs sites d'info en ligne.
En BREF

Alain Rousset démonte le revenu universel

par Simon Barthélémy. 881 visites. 1 commentaire.

Dominique Pasqualini, nouveau directeur de l’école des Beaux-Arts de Bordeaux

par Walid Salem. 370 visites. 1 commentaire.

Pour sauvegarder son foncier, la Gironde s’en remet à l’Etat

par Xavier Ridon. 431 visites. Aucun commentaire pour l'instant.