Culture 

La Grande Poste où « la culture s’adresse à tous »

Un nouveau lieu culturel vient d’ouvrir en plein centre de Bordeaux, La Grande Poste Espace improbable. Sa fondatrice, Maryline Minault, est une femme au parcours étonnant qui a voulu un lieu où la culture est ouverte dans tous les sens du terme.

Nous avions rencontré Maryline Minault en avril dernier. Son chantier de la rue du Palais-Gallien battait son plein et, pour s’entendre, il fallait se réfugier dans le bar d’à côté. Un café, puis un deuxième, et l’on découvrait un projet atypique porté par une femme fermement décidée :

« Le but est de remettre la culture au centre du monde, qu’elle s’adresse à tous… On dit que la culture doit être accessible, c’est certainement pas comme on fait aujourd’hui qu’on va y arriver. »

Dit comme ça, après avoir visité la Grande Poste encore en travaux, avec un espace central traversé de tranchées d’un bout à l’autre, ça paraissait surréaliste. Les escaliers provisoires menaient à la coursive où l’on pouvait tout juste se rendre compte de ce volume immense que couve la coupole art déco des années 1920 oubliée par de nombreux Bordelais depuis le temps de l’ancien centre des postes et télécommunications de Bordeaux.

Au milieu de la poussière et du vacarme des scies circulaires qui fendent le sol, Marilyne Minault racontait avec passion son « espace improbable ». Ce petit bout de femme, habité par des convictions inébranlables, détaillait en long et en large son rêve d’un « théâtre à l’italienne ». Bien qu’elle faisait tout juste face à des recours déposés par des voisins qui voyaient d’un mauvais œil une salle de spectacle menacer leur quiétude, elle décrivait ce qu’elle avait en tête :

« Ce n’est pas un restaurant. Ce n’est pas une salle de spectacle… Ce qui pourrait se rapprocher le plus, c’est l’esprit d’un café culture. »

Quelques mois plus tard, « La Grande Poste Espace improbable » a pris forme. Tenu par Maryline Minault et ses cinq fils, ce nouveau lieu de 1000 m2 est implanté au cœur de Bordeaux à quelque encablures de la place Gambetta : une salle de spectacle de 360 places assises ou 600 places debout avec une scène de 50 m2, et un restaurant de 200 couverts. Le 15 novembre dernier, ce dernier a ouvert ses portes sous la baguette du chef Christophe Cappi.

Maryline Minault (WS/Rue89 Bordeaux)

Maryline Minault sous la coupole de La Grande Poste (WS/Rue89 Bordeaux)

La « success story » de Maryline Minault

Si cette expérience paraît audacieuse, ce n’est pas franchement la première pour Maryline Minault. Avec une formation d’analyste-programmeur acquise dans les années 1980, elle navigue entre le dessin industriel et l’électro-mécanique, « des milieux où il n’y a pas beaucoup de femmes », avant de se lancer dans une « success story » que seule l’ère de l’informatique des années 1990 pouvait permettre.

Installée dans l’Entre-deux-Mers en 1990, elle met au point avec son mari un logiciel qui fait le bonheur d’un médecin à Targon (Gironde). Très vite, le logiciel obtient l’honneur de la presse spécialisée. Elle le présente en 1991 à un salon pour les logiciels médicaux à Paris où elle en vend… un ! Mais en 1995, après des années de vache maigre, voilà que 800 exemplaires sont vendus, sous le nom de Hellodoc, pour lesquels il faut assurer une hotline. Le début de la gloire…

Avec l’arrivée de la carte vitale et la feuille de soin électronique, 1998 est une année qui scelle la réussite de Hellodoc. Des années plus tard, en 2014, sa société Imagine éditions compte 130 collaborateurs, des agences à Bordeaux mais aussi à Lyon, Marseille et Paris, avec un chiffre d’affaire annuel de 10 millions d’euros. C’est justement l’année où elle vend sa société à CompuGroup Medical, après la disparition de son mari en 2009. Cette transaction lui permet de se tourner avec ambition vers son rêve secret. Celui qui la mènera à racheter l’ancienne poste de Palais-Gallien, dans la rue où la Médocaine d’origine a les souvenirs d’une pharmacie qui appartenait à ses grands-parents.

Avec un investissement de plus de 6 millions d’euros, et la complicité du cabinet d’architecture Valadié, Maryline Minault se lance pour réaliser le « lieu culturel ouvert où s’entremêlent mode, design, théâtre, musique et cuisine ». L’ancien centre des postes et télécommunications de Bordeaux lui donne aussitôt des idées. Parmi lesquelles, Les Échoppes, des alcôves le long de la coursive destinées à accueillir des créateurs sur de courtes durées allant de 15 jours à 3 mois.

Le 3 décembre, un gala d’ouverture lancera la programmation culturelle. Celle-ci s’annonce tout public ou, autrement dit avec les mots de Maryline Minault, « populaire ».

Plus d’infos

La Grande Poste, rue du Palais-Gallien à Bordeaux
Ouvert du mardi au samedi de 09h à 01h et le dimanche de 09h à 19h
Site internet

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

Bordeaux veut une table ronde sur les livreurs à vélo

par Simon Barthélémy. 586 visites. 1 commentaire.

Ford : l’usine de Blanquefort épargnée par les suppressions d’emplois

par La Rédaction. 371 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Comment rénover son logement pas cher (et moins polluer) en Nouvelle-Aquitaine

par Simon Barthélémy. 897 visites. Aucun commentaire pour l'instant.