Politique 

Juppé loin derrière Fillon au premier tour de la primaire

actualisé le 20/11/2016 à 23h07 : Avec chiffres réactualisés et déclarations d'Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et NKM

Grosse surprise au premier tour de la primaire de la droite et du centre : après dépouillement de plus de la moitié des bureaux de vote, Alain Juppé est deuxième, et avec 28,3% des voix, très loin derrière François Fillon, crédité de plus de 44%. Troisième avec 21,7%, Nicolas Sarkozy est à ce stade éliminé.

Les chiffres concernent 8890 bureaux sur 10229, et 3,5 millions de votants. Il manque encore les résultats des grandes villes, dont Paris et Bordeaux, mais si les derniers résultats confirment ces tendances, la tâche s’annonce très compliquée pour le maire de Bordeaux contre l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Quoique provisoire, l’écart est en effet très net entre les deux hommes – plus de 16% – et l’ex président de la République, qui a principalement ferraillé contre Alain Juppé pendant toute la campagne, a annoncé qu’il voterait François Fillon. Bruno Le Maire (2,5%), ex ministre de l’agriculture de ce dernier, avait auparavant apporté son soutien au candidat arrivé en tête.

« Continuer le combat »

Nathalie Kosciusko-Morizet, placée en quatrième position (2,5%), a en revanche déclaré qu’elle soutenait le maire de Bordeaux. Mais même si d’autres candidats apportent leur soutien à Alain Juppé – Jean-Frédéric Poisson et Jean-François Copé ne se sont pas encore exprimés -, il bénéficie d’un réservoir de voix infinitésimal.

« J’ai décidé de continuer le combat, a toutefois déclaré Alain Juppé depuis son QG de campagne parisien. Je crois que plus que jamais le peuple de France a besoin de se rassembler » autour de réformes « crédibles » et « équitables », notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé, a poursuivi le maire de Bordeaux.

Ce dernier attaque ainsi le programme ultra libéral de François Fillon, qui entend supprimer 500000 postes de fonctionnaires. Évoquant aussi sa volonté de trouver « le chemin d’une nouvelle croissance qui protègera notre Terre », il se démarque encore de son adversaire, passionné d’automobile et anti écolo notoire.

« Je suis heureux de pouvoir mener ce combat avec Nathalie Kosciusko-Morizet, a d’ailleurs ajouté  Alain Juppé. C’est un combat projet contre projet qui s’engage », invitant après la « surprise » de ce premier tour, à rééditer l’expérience à son profit au deuxième tour.

C’est bien deux droite qui vont s’affronter dimanche prochain : si les programmes des deux hommes sont proches en matière d’économie et de sécurité, ils divergent franchement sur les questions de société – François Fillon est soutenu par Sens Commun et la Manif pour tous et pourrait ratisser large du côté de l’électorat le plus à droite, orphelin de Nicolas Sarkozy.

Alain Juppé aura quant à lui besoin que les électeurs du centre, voire de la gauche, se mobilisent davantage, et fassent barrage à l’ex « gaulliste social » qui a dit pendant la campagne toute son admiration pour Margaret Thatcher.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux
En BREF

Ford Blanquefort : « Les pouvoirs publics constatent que ça baratine à fond »

par Xavier Ridon. 441 visites. 2 commentaires.

Philippe Poutou parmi les 11 candidats officiels à l’élection présidentielle

par Xavier Ridon. 634 visites. 1 commentaire.

« FIP mais pas FIN », les acteurs culturels défendent l’antenne bordelaise

par Xavier Ridon. 352 visites. 1 commentaire.