Brèves  Société 

Les opposants au golf de Villenave réclament le rapport de la Police de l’eau

Ce mercredi 21 décembre, des militants opposés au projet du golf de Villenave-d’Ornon se sont donnés rendez-vous à la Cité administrative de Bordeaux pour réclamer le rapport de la Police de l’eau après la détérioration des berges sur le domaine de la Plantation.

Ils étaient une vingtaine, pancartes en main, à faire le pied de grue devant les portes de la Cité administratives de Bordeaux. Leur objectif : faire valoir leur droit à l’information.

Lors de l’occupation du domaine en juin 2016, les opposants avaient observé des détériorations sur les berges du ruisseau du Lugan. Or, aucun arrêté n’autorisait les travaux dans cette zone du terrain. Les anti-golfs ont alors sollicité la Police de l’Eau pour qu’elle constate les dégâts, ce qu’elle effectue en juillet.

Depuis, les militants réclament le rapport. Sans réponse de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) à leurs nombreux courriers, ils ont décidé de se rendre à leurs bureaux afin d’obtenir le document faisant valoir le libre accès aux informations prévu par l’article L124–1 du code de l’environnement.

Opposants au projet de Villenave-d'Ornon (ML/Rue89 Bordeaux)

Les opposants réclament le rapport de la Police de l’eau devant les bureaux de la DDTM (ML/Rue89 Bordeaux)

Rencontre avec le directeur de la DDTM

Dans l’après-midi, deux représentants des militants ont été reçus par le directeur de la DDTM qui a confirmé l’existence d’un éboulis sur 25 mètres le long des berges. Celui-ci serait du aux poids des engins de construction passant à proximité. La remise en état aurait été effectuée et les travaux restent donc conforme à l’arrêté préfectoral.

En effet, si les anti-golfs veulent protéger le terrain, ses eaux, sols, faune et flore en évitant toute détérioration, la DDTM, quant à elle, ne prend en compte que la remise en état. Elle dit observer le projet d’un point de vue purement administratif. Malgré le suivi mensuel de la conformité législative des travaux, les opposants restent inquiets : le fait de remettre en état le Domaine de la Plantation après les travaux n’assure en aucun cas la survie des espèces protégées.

Cette action menée à la cité administrative est donc une victoire nuancée. Bien que les opposants aient été entendus, la DDTM n’a pas fourni de réponse à toutes leurs questions. Les anti-golfs comptent bien continuer le combat et vont tenter de mobiliser des associations environnementales nationales et internationales.

L'AUTEUR
Méline Laffabry
Étudiante en Licence Culture Humaniste et Scientifique
En BREF

Déchets : le principe pollueur-payeur va s’appliquer à Bordeaux Métropole

par Simon Barthélémy. 2 884 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La Dune du Pilat a grandi d’1,3 mètre et culmine à 110,5 m

par Walid Salem. 396 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le Défenseur des droits saisi de cas de violences policières sur des journalistes

par Simon Barthélémy. 324 visites. Aucun commentaire pour l'instant.