Politique  Société 

Le Haillan dézingue la concertation sur le tram D vers Saint-Médard

La maire du Haillan alerte par courrier la préfecture de la Gironde sur la concertation sur l’éventuel prolongement de la ligne D du tramway vers Saint-Médard-en-Jalles, au cours de laquelle sont présentés au public des documents incomplets, voire erronés, accuse Andréa Kiss.

« Les documents actuellement soumis à la population s’apparentent plus à un exercice de communication visant à forcer la main des citoyens ou à les induire en erreur qu’à une volonté de les éclairer sur les choix, lourds, qui s’offrent à eux », écrit au préfet Andréa Kiss, édile du Haillan.

Organisée par Bordeaux Métropole, la concertation sur l’extension de la ligne D du tramway, préalable à toute décision définitive sur le projet, a démarré en février avec trois premières réunions publiques. Objectif : informer les habitants de l’opportunité d’une liaison entre Saint-Médard-en-Jalles et Bordeaux centre, en prolongeant la future ligne D les Quinconces-Eysines, actuellement en chantier.

Le hic, pour Andréa Kiss, c’est que « les documents mis à la disposition du public ne sont pas conformes aux conclusions du cabinet Artelia mandaté par Bordeaux Métropole, en particulier sur le tracé empruntant la piste cyclable » :

« La présentation de la Métropole minore fortement les impacts environnementaux et acoustiques du tracé par la piste cyclable. Entre autres choses… », explique l’élue socialiste.

La construction du tram sur cette piste cyclable traversant une zone Natura 2000 de la ville du Haillan, est le principal motif d’opposition de cette dernière et d’associations, dont le collectif Jalles transport, au projet d’extension.

Trois tracés possibles pour rallier Saint Médard en tram (DR)

Vérité et tracés alternatifs

La maire du Haillan dénonce le fait que les études présentées sur ce tracé (le N°1) soient beaucoup plus détaillées. Et pour cause : celles prévues pour les 2 ou 3 tracés alternatifs ne sont pas prêtes, et ne devraient l’être qu’en septembre prochain, pour la deuxième série de réunions publiques !

« Le délai très court prévu entre la livraison des documents et les réunions prévues nous semblent extrêmement préjudiciable à la parfaite information de la population, poursuit Andréa Kiss. Nous ne pouvons pas accepter que la concertation puisse s’organiser sur des bases incomplètes ou ne correspondant pas à la réalité », assène la maire.

Elle prévient la préfecture (et avant elle, la Métropole), qu’elle n’hésitera pas à attaquer en justice cette procédure « si tous les éléments livrés au public dès à présent étaient ensuite versés à l’enquête publique (lancée lorsqu’un projet est acté, NDLR) en l’état ou si la qualité de cette concertation, qui parait pour le moins précipitée, n’était pas garantie ».

Jointe par Rue89 Bordeaux, Bordeaux Métropole n’a à cette heure pas répondu à nos sollicitations. Elle ne doit cependant pas être surprise. La « frénésie calendaire » présidant à cette concertation avait ému plusieurs maires et conseillers métropolitains lors du vote sur son lancement, en décembre dernier. Brigitte Terraza, maire de Bruges et vice-présidente de la métropole en charge des mobilités alternatives, parlait déjà de « précipitation ».

« Comment le citoyen va s’y retrouver ? »

Gérard Chausset, président (écolo) de la commission transports, et peu suspect d’allergie au tramway, suspectait Jacques Mangon, le maire de Saint-Médard, de vouloir « passer en force », et demandait le retrait de cette délibération :

« Toutes les études ne sont pas là, il y a un vrai souci sur l’accueil par un certain nombre de maires de ce projet, et un souci de concomitance avec l’enquête publique sur le BHNS (le bus à haut niveau de service Bordeaux – Saint-Aubin, qui va permettre de desservir Saint-Médard et le Haillan dès 2019, NDLR). Comment le citoyen va-t-il s’y retrouver ? Pourquoi ne pas attendre un peu ? « 

Alain Juppé, qui ne voyait aucun lien entre ces deux projets prévus par le schéma métropolitain, a refusé d’ajourner. Le président de la métropole a peut-être alors encouru le risque d’un conflit juridique entre l’intercommunalité et un de ses membres.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux
En BREF

Bordeaux veut une table ronde sur les livreurs à vélo

par Simon Barthélémy. 592 visites. 1 commentaire.

Ford : l’usine de Blanquefort épargnée par les suppressions d’emplois

par La Rédaction. 374 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Comment rénover son logement pas cher (et moins polluer) en Nouvelle-Aquitaine

par Simon Barthélémy. 898 visites. Aucun commentaire pour l'instant.