Brèves  Culture 

Après la pluie, le beau temps pour Arc en rêve

Suite à la grosse baisse de subvention de la mairie annoncée en février, une solution semble avoir été trouvée pour le budget de l’association Arc en rêve, centre d’architecture à Bordeaux.

Francine Fort retrouve le sourire. La directrice d’Arc en rêve, qui avait été « sous le choc » de voir la subvention municipale de son association subir une baisse sévère, est soulagée en cette fin de journée de mardi : une réunion à la mairie avec Eric Ardouin, directeur général des services, Elizabeth Touton, adjointe en charge de l’urbanisme, et Fabien Robert, adjoint en charge de la culture et du patrimoine, a permis de faire le point sur les finances.

« Lorsque j’ai appris la baisse de subvention de 15% pour 2017 avec l’argument avancé d’une trésorerie excédentaire, j’ai écrit à Alain Juppé pour faire part de mon incompréhension, déclare Michel Lussault, président de l’association. Une réunion a vite été organisée à sa demande et la mairie a reconnu qu’il y avait mauvaise interprétation des chiffres. »

Un conseil d’administration de l’association s’est déroulé ensuite en présence d’Élisabeth Touton. Interrogée par Rue89 Bordeaux, l’adjointe confirme :

« Le contrôleur de gestion de la métropole va prendre connaissance des éléments. Si Arc en rêve peut justifier l’état extrêmement important de la trésorerie par des avances, la subvention reviendra à son niveau normal. »

Des économies « déjà à l’os »

L’association confirme que le « compte de résultat 2015 fait apparaître une trésorerie importante ». Elle le justifie par des provisions volontaires pour financer l’exposition Constellation.s. :

« Nous avons toujours des finances excédentaires quand il y a un projet important en cours, souligne Francine Fort. Toutes les expositions nous demandent des engagements sur plusieurs années. L’excédent de 26000€ sur 2016 est en réalité affecté à une dépense exceptionnelle en 2017 qui correspond à la sortie du livre de 800 pages sur l’exposition. »

Question économies, Michel Lussault précise que les dépenses sont « déjà à l’os ». Francine Fort ajoute que « depuis 2011, on baisse les frais et le maximum va à l’activité de production » :

« Aujourd’hui, sur 1000€ dépensés, seulement 250€ le sont dans la structure. Le quart ! Alors que nous étions entre un et deux tiers les années précédentes. Nous sommes au plancher de ce qui est admis. »

Dès cette semaine, l’Inspection générale des collectivités va étudier les comptes – « comme pour beaucoup d’autres associations pour qui les subventions sont importantes », précise Élisabeth Touton. Le but est de rétablir la subvention pour retomber sur les -5% prévus chaque année pendant 3 ans depuis 2015. La nouvelle sera confirmée lors du budget modificatif qui sera présenté au printemps.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

L’exposition « Sauvages » pour libérer les animaux des spectacles

par Margaux Deuley. Aucun commentaire pour l'instant.

Le programme définitif du Festival Solidaire Causette

par La Rédaction. 356 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Gironde : mais pourquoi manque-t-il des professions de foi de candidats ?

par Xavier Ridon. 743 visites. Aucun commentaire pour l'instant.