Société 

Les inégalités femmes-hommes dans le travail persistent en Aquitaine

Les femmes sont moins souvent en activité et davantage au chômage que les hommes dans la région, révèle ce mardi une étude de l’Insee. Cependant, la Nouvelle-Aquitaine présente des inégalités légèrement moindres que la moyenne française et les écarts tendent à se réduire.

« On progresse, mais il y a encore du chemin à parcourir ». Fabienne Le Hellaye, directrice régionale de l’Insee, résume ainsi la situation des femmes sur le marché du travail. Selon une étude portant sur 2,2 millions d’habitants de Nouvelle-Aquitaine âgés de 25-54 ans, 88,6% des femmes, soit 978000 personnes, sont en activité, contre 94,3% des hommes.

Cet écart se réduit nettement – il était de 7,6 points en 2008 –, et il est inférieur à celui constaté au niveau national – 7,2 points entre hommes et femmes, les Françaises ayant globalement un taux d’activité moins élevé (87,1%). A titre de comparaison, cet écart n’est que de 1,6 point en Finlande, le pays le plus avancé en Europe en terme d’emploi des femmes.

Parmi ces femmes actives dans la grande région, 860000 ont un emploi, et 118000 en cherchent un. Le taux d’emploi des femmes (77,9%) est là aussi inférieur de 6,9 points à celui des hommes, un écart qui s’améliore (il était de 9,5 points en 2008) et qui est légèrement moins important que celui observé en France.

Les femmes sont donc plus présentes sur le marché du travail, mais 12% d’entre elles sont au chômage dans la région, contre 10% des hommes. La différence était de 3 points en 2008. Ces chiffres sont équivalents à ceux de la France métropolitaine. Au sein de la région Nouvelle-Aquitaine, l’écart le plus important se retrouve dans les Landes, tandis que les inégalités de genre face au chômage ont disparu dans la Creuse et en Haute-Vienne.

Surreprésentées

Ces tendances sont plutôt positives, mais des inégalités profondes, quasiment culturelles subsistent.

Ainsi, plus de 9 femmes sur 10 ayant un emploi travaillent soit dans le secteur de « l’administration publique, enseignement, santé et action sociale », soit dans celui du « commerce, transports et services divers », contre 1 homme sur 10. Les femmes occupent par exemple 8 postes sur 10 dans la fonction publique hospitalière. Inversement, les hommes trustent 7 emplois sur 10 dans l’agriculture et l’industrie, 9 sur 10 dans la construction !

A diplôme, égal, hommes et femmes sont-ils égaux face à l’emploi ? Et bien non : si 37% des femmes sont diplômées du supérieur, elles ne sont que 11% à occuper des emplois de cadres ou de professions intellectuelles supérieurs, et 27% des postes d’employé ou d’ouvrier. Quand 29% des hommes diplômés, ils sont 15% à être cadres et 17% employés ou ouvriers…

L’inverse est également vrai : si 58% des femmes non-diplômées ont un emploi, cette proportion s’élève à 72% des hommes non-diplômés.

A travail égal, salaire égal ?

L’étude de l’Insee n’indique pas comment tout cela se traduit en terme d’inégalités salariales, objet d’une enquête en cours sur la Nouvelle-Aquitaine, et dont les résultats seront présentés à la fin de l’année.

La préfecture de Gironde précise qu’elle s’attache à faire respecter les objectifs de la loi sur l’égalité professionnelle, et sanctionne les entreprises qui rémunèrent inégalement, à responsabilités égales, femmes et hommes, sans être en mesure de communiquer le nombre d’infractions constatées.

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, un collectif appelle à faire grève ce mercredi à partir de 15h40 pour dénoncer ces inégalités salariales.

Numérique : seulement une chef d’entreprise sur 10

L’étude de l’Insee dans la région montre également qu’il y a deux fois moins de non salariés chez les femmes (9%) que chez les hommes (18%). Les femmes représentent notamment moins d’un tiers des créateurs d’entreprises. Et cet écart entre les hommes et les femmes est plus fort encore dans certains secteurs, indique l’économiste bordelaise Aurélie Piet, qui présentera ce jeudi à La Grande Jonction une étude sur la création d’entreprises innovantes dans 4 pays francophones.

« Dans ce secteur, le rapport est d’environ 90% d’hommes contre 10% de femmes entrepreneurs alors que de manière globale nous avons environ 38% de femmes entrepreneures. Cela s’explique par une désaffection des femmes pour les sciences en général, il y a donc tout un travail de réconciliation avec disciplines à mener dès le plus jeune âge. Il s’agit également du maintien de stéréotypes comme quoi ces filières seraient plus adaptées au genre masculin. Cependant, la nouvelle ère du numérique est marquée par des valeurs d’interdépendance, de coopération, de partage et de communication qui semblent plus inhérentes à des valeurs féminines, elles ont donc d’autant plus un rôle à jouer dans ce nouvel univers… »

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux
En BREF

Nouvel aménagement pour le port de plaisance des Bassins à flot en 2018

par Walid Salem. 319 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le logement social aquitain craint une perte croquignolesque de 110 millions d’euros

par Simon Barthélémy. 1 062 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les noms de Simone Noailles et de plusieurs femmes donnés à des lieux bordelais

par La Rédaction. 623 visites. Aucun commentaire pour l'instant.