Politique 

Maurice, skateur depuis 2 jours, de gauche depuis 63 ans

« Je ne suis pas issu de la bourgeoisie, donc je ne peux pas voter à droite. » Dit comme ça, tout a l’air très clair. Mais Maurice, qui votera Mélenchon au premier tour, évoque une Marine Le Pen qui pourrait servir de baguette pour taper sur les doigts des autres candidats au deuxième.

Parcours de vote

Rue89 Bordeaux, Rue89 Strasbourg et Rue89Lyon s’associent pour cette série qui nous mènera jusqu’à l’élection présidentielle. Des électeurs rencontrés sur chacun de nos territoires, nous ont parlé de leurs votes passés et de leurs intentions actuelles. À travers leurs parcours nous tenterons d’éclairer le chemin, jusqu’ici inédit, de cette campagne électorale.

Maurice est retraité depuis 5 ans et il a décidé de pratiquer le skate depuis deux jours « parce que des jeunes en font » :

« En fait j’ai commencé en juin dernier. J’ai arrêté parce que j’ai eu le tendon d’Achille déchiré et j’ai repris là avec le beau temps. »

En passant sur les quais, au niveau des Quinconces, la dégaine de Maurice attire l’œil. Avec son allure à la Paul Watson et ses numéros d’équilibriste sur son longboard tout neuf, ce passionné de kayak en eaux vives a trouvé là une manière de revenir à la glisse. Avec des postures peu sûres, il encaisse sans broncher les conseils des jeunes d’essayer… le déambulateur !

« Oui mais d’autres ont bien voulu me donner quelques tuyaux. »

Pas de portable

Originaire de Tulle, le Corrézien a voté Hollande en 2012. Bordelais depuis sa mutation en 1990, il arrive avec femme et enfants et se pose sur les bords de la Garonne. Il travaille comme dessinateur dans un bureau d’études d’ingénierie civile, « un boulot qui va bien ».

Il prend sa retraite à l’âge de 57 ans profitant de la mesure de dégagement de cadres pour se consacrer au kayak, « comme éducateur et pour faire des photos »… « et pour faire la sieste l’après-midi ! » C’est justement après sa sieste qu’on se donne rendez-vous sur les quais. Maurice n’a pas de téléphone portable et les rendez-vous se passent à l’ancienne : on cale le lieu et l’heure de vive voix, le premier arrivé patiente.

Dix minutes plus tard, en short et à vélo, Maurice arrive avec Eric Clapton dans les écouteurs de son lecteur mp3 et sa planche astucieusement portée sur le dos grâce à une chambre-à-air de vélo. Il en connaît un rayon de la skate-attitude : « Je l’ai vu faire, c’est pas moi qui l’ai inventé ! »

Maurice, apprenti skateur à 63 ans (WS/Rue89 Bordeaux)

Plus confiance

Le temps d’expliquer la série de portraits d’électeurs et d’avoir son accord sur le principe, Maurice fait aussitôt une mise au point :

« Je ne suis pas issu de la bourgeoisie, donc je ne peux pas voter à droite. Mais la gauche là, me sort par les trous de nez, j’ai plus confiance. »

Les affaires, le plan vigipirate, le travail, le social et « leurs discours sur les fonctionnaires et les hôpitaux, c’est dingue ! » :

« – Quand mon père était à l’hosto, les filles [infirmières, NDLR] étaient sur les genoux. Elles étaient 3 pour 40 malades. C’est pas normal ! On exploite les gens, on remplit les poches des riches et personne ne dit rien.
– Vous êtes un vrai gauchiste.
– Merci ! »

Gauchiste oui, mais pas de famille. Ses frères ? « Les frangins votent à droite et on évite de parler politique. » Ses fils ? L’un des deux « peut-être », « mais le second est prof d’Histoire-Géo » (sic). Son père ? Un ancien militaire qui a toujours voté à droite « jusqu’à sa mort à l’âge de 93 ans ». « Pour son enterrement, il a eu un drapeau bleu blanc rouge sur son cercueil et ça m’a fait un drôle d’effet. J’ai dit : ah oui là putain. »

Mélenchon au premier tour

Même si Maurice dit qu’il est encore indécis, il a sa petite idée :

« Mélenchon est un homme de pouvoir, c’est un homme de contestation. Je l’ai regardé à la télé : il est là sur la scène, il parle, il bouge, il regarde de temps en temps ses notes, il boit un coup, il s’essuie le bec et reprend. Au premier tour, ce pourrait bien être mon choix. »

Et au deuxième ?

« – Au deuxième ? Il va y avoir Le Pen. Et si en face, c’est Fillon ou Macron, j’aimerais bien leur taper sur les doigts un bon coup de baguette.
– Et c’est Le Pen la baguette ?
– Oui ! Euh, non, non, c’est pas possible, je dis n’importe quoi. Je ne pourrai jamais voter Le Pen. Avec l’un comme l’autre, je vais souffrir. Pfff, j’en sais rien. C’est des mecs qui nous volent. Et c’est pas moi avec mes 15000€ de côté qui vais changer le monde. Ils vont me les piquer. Je n’ai pas envie de vivre ce que les Américains vivent avec Trump. En France, un truc comme ça, ça la fout mal ! »

Maurice promet alors de faire comme en 2002. Entre Chirac et Le Pen père, il avait voté blanc. Même si Chirac est Corrézien, même si quand il lui avait serré la main, Maurice était tout fier « au point de ne pas l’avoir lavée pendant trois semaines ! ». « Jamais je voterai à droite », répète-t-il avec obstination avant d’ajouter un brin inquiet : « Ce serait dommage qu’il y ait un taux d’abstention important, le résultat, quel qu’il soit, va être noyé. »

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

La Dune du Pilat a grandi d’1,3 mètre et culmine à 110,5 m

par Walid Salem. 290 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le Défenseur des droits saisi de cas de violences policières sur des journalistes

par Simon Barthélémy. 242 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Plastique dans les cantines : Bordeaux tranchera avant la rentrée

par Simon Barthélémy. 509 visites. 1 commentaire.