Brèves 

En 2018, le tirage au sort d’entrée à l’université ne sera « plus qu’un mauvais souvenir »

Lors de son premier déplacement officiel en tant que nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal a annoncé ce lundi à Bordeaux, qu’elle mettrait fin au tirage au sort préalable à l’inscription à l’université.

Ce système est « ni efficace ni juste », a estimé l’ancienne présidente de l’université de Nice. « Je ne serai pas ministre qui le pérennisera comme moyen d’entrée à l’université ».

Lors d’une journée de visite de l’Université de Bordeaux, Frédérique Vidal a précisé pendant son allocution avoir rencontré les organisations étudiantes, et dit « partager leur constat ». Elle annonce que des réunions auront également lieu avec les présidents d’université.

Objectif : « mettre en place les conditions qui permettront de ne plus utiliser le tirage au sort » pour qu’à la rentrée 2018, il ne soit « plus qu’un mauvais souvenir ».

Contre-pied

Plusieurs filières prises d’assaut par les étudiants, notamment les Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) ou la psychologie, ont en effet mis en place cette pratique qui laisse sur le carreau des candidats de l’académie ayant  placé ces licences en tête de leurs vœux. 3 500 jeunes à la rentrée 2016, d’après le ministère, n’ont ainsi pas obtenu de place dans leur premier vœu à l’université

La ministre du gouvernement d’Edouard Philippe fait ainsi une annonce prenant le contre-pied du précédent exécutif : une circulaire avait discrètement été publiée au bulletin officiel entre les deux tours de la présidentielle pour légaliser cette pratique régulièrement condamnée par les tribunaux, victorieusement saisis  par de nombreux étudiants, notamment à Bordeaux.

Frédérique Vidal ne précise cependant pas si elle remettra en cause cette circulaire. Mais elle dit vouloir « atténuer les effets du tirage au sort » dès la rentrée 2017, sans préciser encore de façon plus concrète comment. Une des « priorités absolues », évoquée lors de son discours, sera l’amélioration de l’orientation, dès le lycée et pendant le cursus universitaire.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux
En BREF

L’exposition « Sauvages » pour libérer les animaux des spectacles

par Margaux Deuley. Aucun commentaire pour l'instant.

Le programme définitif du Festival Solidaire Causette

par La Rédaction. 382 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Gironde : mais pourquoi manque-t-il des professions de foi de candidats ?

par Xavier Ridon. 753 visites. Aucun commentaire pour l'instant.