Politique 

La République en marche investit 12 candidats en Gironde

actualisé le 12/05/2017 à 01h26

Le mouvement d’Emmanuel Macron, la République en Marche, a révélé ce jeudi les noms de 428 candidats aux élections législatives. Ils seront 12 à défendre les couleurs du nouveau président de la République en Gironde, dont un seul député sortant, Florent Boudié.

Le conseil d’administration d’En Marche ! a donc validé une liste de 428 candidats, sélectionnés après réception de 19000 CV et 1700 entretiens téléphoniques ou physiques. Non, il ne s’agit pas d’embauche de salariés, mais de la désignation des représentants d’Emmanuel Macron aux élections législatives.

Si le mouvement réserve encore 149 circonscriptions à d’éventuels soutiens du président, il présentera des candidats dans les 12 de Gironde. Parmi eux, un seul député sortant : Florent Boudié, candidat à sa réélection dans la 10e circonscription. L’élu libournais fait partie des 24 députés sortants investis en France, tous socialistes et ralliés de la première heure au président élu.

L’appel d’un Gilles Savary pour qu’En Marche !, à défaut d’investiture, ne lui oppose pas de candidat n’a donc pas été entendu. Le député PS aura face à lui Sophie Mette, conseillère régionale et municipale (à Bazas), et élue du Modem. Elle représentera ainsi les couleurs de la majorité présidentielle et du parti de François Bayrou, allié d’Emmanuel Macron.

Un jeune homme fait un selfie avec Marik Fetouh (DR)

De nouvelles têtes pour Bordeaux

Tout comme Marik Fetouh : l’adjoint d’Alain Juppé, est bien candidat dans la 3e circonscription de Gironde (Bordeaux sud, Villenave d’Ornon, Talence, Bègles). Dans les deux autres circos de Bordeaux, la 1ere et la 2eme, En Marche ! a investi respectivement Dominique David et Catherine Fabre.

Ces deux candidates incarnent le visage du renouvellement qu’entend présenter le parti d’Emmanuel Macron : paritaire (il y a 7 femmes et 5 hommes parmi les candidats girondins), novices en politique et représentant la société civile – c’est le cas de 52% des 424 candidats REM (pas le groupe auteur de « Losing my religion »), qui n’ont jamais eu de mandat électif.

Dominique David, 54 ans, dirige une organisation professionnelle, après avoir créé ou repris des agences de communication. Si elle ne s’était jamais engagée en politique jusqu’à présent, elle s’est investie durant plusieurs années dans une association d’handicapés mentaux.

Enseignante-chercheuse (en gestion des ressources humaines à l’Université de Bordeaux, Institut d’Administration des Entreprises),  Catherine Fabre, 38 ans, s’est aussi lancée en politique avec En Marche !, dont elle est référente adjointe pour la Gironde.

Au combat dans la métropole

Malgré les très bon scores d’Emmanuel Macron à Bordeaux, au premier comme au deuxième tour de la présidentielle, la partie s’annonce difficile pour les trois représentants d’En Marche !. Ils se retrouveront en effet soit face à des candidats socialistes bien implantés – une sortante, Michèle Delaunay, et des candidats qui labourent le terrain depuis des années, Philippe Dorthe et Naïma Charaï – soit face à des adjoints d’Alain Juppé dans les circonscriptions de Bordeaux centre, Nicolas Florian et Anne Walryck. Et ce sans compter les candidats de la France insoumise, même s’ils devraient être plombés par les désaccords électoraux et la multiplication des postulants à gauche.

Parmi les autres figures qui défendront la majorité présidentielle, on retrouve, pour ce qui concerne la métropole bordelaise, Aziz S’kalli Bouaziza, dans la 4e circonscription (rive droite). Ce cadre à La Poste de 40 ans est élu de la majorité municipale à Lormont, et engagé dans les projets d’e-inclusion, d’éducation au numérique. Il aura parmi ses principaux rivaux Alain David, maire de Cenon.

Dans la 6ème (Mérignac, Saint-Médard), Eric Poulliat, fonctionnaire territorial à la ville de Mérignac, et référent adjoint d’En Marche ! en Gironde, ira lui au feu contre la député sortante, la socialiste Marie Récalde. Pour  la 7ème (Pessac), En Marche ! a choisi Bérangère Couillard, 31 ans, directrice régionale dans la grande distribution, et engagée dans une association, le Refuge, à Bordeaux.

A cheval entre le nord de la métropole (Blanquefort) et le Médoc, la cinquième circo verra concourir pour En marche! un maire (de Ludon-Médoc), Benoit Simian, 34 ans, et cadre à la SNCF.

Les autres candidats de la République en marche sont Sophie Panonacle, sur le Bassin d’Arcachon (8ème circonscription), où Arnaud Leroy manque à l’appel – mais l’actuel député des Français de l’étranger, proche d’Emmanuel Macron, est pressenti au gouvernement.

Enfin, ont été investies Véronique Hamerer dans la 11ème (Blayais) et Christelle Dubos dans la 12ème (Entre Deux Mers) – cette dernière est adjointe au maire de Sadirac, en charge du Centre Communale d’Action Social, du logement et des solidarités.

En Gironde, la promesse d’En marche ! de faire émerger des profils nouveaux et de tous bords parait ainsi remplie. Au vu de la configuration totalement inédite de cette campagne, impossible en revanche de pronostiquer sur leurs chances d’accéder au Palais Bourbon.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux
En BREF

Ford : l’usine de Blanquefort épargnée par les suppressions d’emplois

par La Rédaction. 335 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Comment rénover son logement pas cher (et moins polluer) en Nouvelle-Aquitaine

par Simon Barthélémy. 833 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une tarification simplifiée pour les cantines scolaires de Bordeaux à la rentrée

par Simon Barthélémy. 495 visites. Aucun commentaire pour l'instant.