Vigie 

Des bugs de la SNCF sur les infos et tarifs des TGV Paris-Bordeaux

Alors que la nouvelle ligne à grande vitesse Paris-Bordeaux sera en circulation le 2 juillet 2017, des anomalies concernant la grille horaire et les prix affichés sur le site de la SNCF ont été relevées par le quotidien économique Les Échos.

À titre d’exemple, le quotidien s’est penché sur les trajets Paris-Bordeaux proposés au 5 juillet 2017. D’après le site, un premier train «direct» part de Paris à 8 heures 27 pour rallier Bordeaux à 11 heures 37, soit un trajet de 3 heures 10. Le second, également affiché «direct», part à 8 heures 52 pour arriver à 10 heures 56, soit un trajet de 2 heures 5. Si la logique voudrait que le premier trajet, le plus long, coûte moins cher en voyageur, il n’en est rien : le prix du trajet est le même, 69 euros.

La SNCF confond « direct » et « sans correspondance »

Ensuite, comment expliquer qu’un trajet excédant les trois heures porte la mention «direct»  ? La SNCF entend par là que les voyageurs n’ont pas à effectuer de correspondance. Mais des arrêts peuvent bien avoir lieu en gares d’Angoulême ou de Poitiers, rallongeant ainsi le temps de trajet d’une heure et cinq minutes. En clair, choisir un trajet «direct» ne garantit pas d’effectuer un trajet plus rapide

Contactée par les Échos, l’entreprise ferroviaire a admis « un bug », lequel serait dû au rodage des nouveaux horaires. Pour le corriger, la SNCF compte « intervenir dans les prochaines 24 heures et pourrait ainsi modifier les tarifs fixés pour ces trajets. » Vigilance donc pour les usagers qui auraient déjà réservé un billet sur cette ligne. Aussi, la SNCF a affirmé travailler sur un autre nom pour avertir les voyageurs lorsqu’un trajet impose des arrêts en gare.

L'AUTEUR
Margaux Deuley
Margaux Deuley
journaliste en formation à l'EPJ Tours
En BREF

Déchets : le principe pollueur-payeur va s’appliquer à Bordeaux Métropole

par Simon Barthélémy. 2 885 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La Dune du Pilat a grandi d’1,3 mètre et culmine à 110,5 m

par Walid Salem. 396 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le Défenseur des droits saisi de cas de violences policières sur des journalistes

par Simon Barthélémy. 324 visites. Aucun commentaire pour l'instant.