Politique 

Les Geodis de Bruges en grève depuis une semaine pour faire respecter la loi

Ils n’avaient jamais fait grève de leur vie. Mais depuis 12 jours, ils mettent leur salaire en jeu pour améliorer leur condition de travail chez Geodis à Bruges dans la banlieue bordelaise.

Leur grève n’est pas un coup de tête mais un choix mûrement réfléchi. Les 12 salariés, manutentionnaires et chefs d’équipe, de Geodis BM à Bruges sont en grève depuis une semaine. Une première alors qu’aucun d’entre eux n’est syndiqué.

Leurs conditions de travail sont « insalubres » selon Wissam, 27 ans et salarié depuis 3 ans, qui tracte ce mercredi matin près de sa boite à Bruges au nord de la rocade bordelaise :

« C’est un vieil entrepôt. Il y a beaucoup de poussières partout. Notre salle de pause sert à tout faire : salle à manger, vestiaire, salle de réunions. Les douches sont inutilisables. »

Un sacré manque quand on sait que la température à l’intérieur peut grimper, faute de climatisation, à 40°C en ces fortes chaleurs. L’inspection du travail a déjà sonné l’alerte : si rien est fait d’ici le 4 septembre, elle demandera une fermeture du site.

Pas de commentaire

Depuis mardi 27 juin à 20h, les 12 salariés sont donc en grève. Leur direction ne s’y attendait pas et sans doute espérait-elle qu’ils s’épuisent vite – on ne peut le confirmer puisqu’au service communication, on nous indique que l’entreprise n’a « pas l’habitude de commenter » ces mouvements sociaux.

Les salariés de Geodis en grève depuis plus d’une semaine (XR/Rue89 Bordeaux)

Seulement Geodis, filiale de la SNCF, est un sous-traitant de la Poste pour la gestion de ses colis. En apprenant l’existence d’une grève, les postiers syndiqués chez Sud PTT se rallient à la cause amenant avec eux des syndicats (Union Locale CGT de Bordeaux Nord, Solidaires 33, FO Transports, CNT) et militants impliqués dans le mouvement Front Social.

Ce mardi soir, tous ensemble, ils bloquent l’accès à la zone de fret de Bordeaux Nord jusqu’à 1h du matin. L’ex-candidat NPA à la présidentielle et CGT Ford, Philippe Poutou vient les soutenir – ici les Geodis l’appellent « Monsieur ». Ces blocages rappellent ceux exercés lors de l’opposition à la Loi Travail. En gênant le travail des entreprises voisines, ils visent à faire pression en frappant directement au porte-monnaie.

Dégager

En effet, si les colis ne sont pas livrés dans les temps impartis, La Poste doit les rembourser, au risque donc de s’en prendre à Geodis. En cette période de soldes, C-Discount fait aussi partie des entreprises qui subissent de lourds retards.

« S’il continue comme ça, le directeur va se faire dégager », sourit un transporteur qui soutient l’action des manifestants.

D’autant qu’un certain nombre d’employés de bureau se sont retrouvés provisoirement déplacés, sommés de jouer les manutentionnaires en lieu et place des grévistes. Pareil pour des intérimaires déjà présents sur site ou d’autres dépêchés depuis Paris, affirme Wissam. Les grévistes estiment que la direction prend des mesures qui dépassent le cadre légal.

Les salariés de Geodis ne veulent pas s’essuyer les pieds sur leurs conditions de travail (XR/Rue89 Bordeaux)

Ce mercredi, les discussions semblent au point mort ce mercredi. Aymeric, chef d’équipe, rapporte les propos de son directeur, selon lequel « on ne discute pas avec des gens en grève », tout en promettant d’avancer les négociations sur les salaires si le mouvement s’arrête. Mais, Wissam tient à gagner le bras de fer :

« On ne négocie pas, c’est un dû. D’abord, ils se mettent à jour puis on pourra peut-être négocier. »

Pour les soutenir, ils ont ouvert une caisse de grève, car 8 jours de grève plombent le budget de salariés smicard. Ils souhaitent en parallèle obtenir un 13e mois et une augmentation de salaire.

Leur piquet de grève est tenu quotidiennement de 8h à 1h. Équipes de jour et de nuit se relaient. « On est plus présent ici quand on est grève que quand on travaille », préfère en rire Wissam.

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.
En BREF

A Bordeaux, le premier match européen de rugby arbitré par une femme

par La Rédaction. 343 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Toujours plus de personnes à la rue à Bordeaux

par Simon Barthélémy. 1 213 visites. 1 commentaire.

La direction de Ford Blanquefort condamnée pour ne pas avoir tenu ses engagements

par Xavier Ridon. 486 visites. 1 commentaire.