Brèves 

Sans « immunité ouvrière », Philippe Poutou et trois ouvriers Ford condamnés

actualisé le 04/07/2017 à 13h41 : Ajout des propos de Philippe Poutou

Mauvaises nouvelles en cascade pour l’ancien candidat NPA à la présidentielle. La direction de Ford Europe a eu gain de cause sur deux plaintes déposées contre l’ouvrier et trois de ses collègues. En plus, leur usine à Blanquefort « ne vaut plus rien » selon un syndicaliste.

Face à Marine Le Pen, lors du débat de la campagne présidentielle, Philippe Poutou rappelait qu’il n’existe pas « d’immunité ouvrière ». Il disait vrai, le voici condamné avec trois collègues.

L’ouvrier-mécanicien CGT chez Ford Blanquefort a reçu le 1er juin sa condamnation, avec trois collègues, pour avoir jeté des confettis, collé des autocollants et grimpé sur une voiture aux Salon de l’automobile de Paris de 2012 et 2014. Ces manifestations protestaient contre la suppression des emplois sur le site girondin. Ces « dégradations en réunion » valent une amende 231 euros et une inscription au casier judiciaire.

« Ça n’a rien d’anecdotique, clame Philippe Poutou. En plus, par rapport aux autres collègues, j’ai pris 200 euros de plus sans justification supplémentaire. Ils m’ont sans doute pris pour le meneur. »

Les trois syndiqués CGT condamnés feront appel, ce qui n’est pas le cas du syndicaliste CFTC.

Le site de Ford à Blanquefort (XR/Rue89 Bordeaux)

Les projets tombent à l’eau

En même temps, les syndicats préparent leur comité de suivi qui se tient ce vendredi 7 juillet à 14h30 à la préfecture. La direction de Ford Europe devra à nouveau rendre des comptes aux représentants des salariés, aux élus et au préfet Pierre Dartout.

Gilles Lambersend, secrétaire CGT du comité d’entreprise (CE), attend des « engagements fermes » mais se dit « pessimiste » :

« En réunion de CE, on a eu l’info que le projet de la 6F15 tombait pratiquement à l’eau. C’était le seul projet. Maintenant, ils travaillent à d’autres opportunités sur la technologie de transmission avec une 8f. C’est une boite qui s’adapte à beaucoup de véhicules mais qui n’est pas nouvelle. »

Avec 908 salariés, les effectifs s’éloignent de l’objectif des 1000 emplois maintenus. Aussi, la valeur des bâtiments, machines et équipements a été dépréciée par le commissaire aux comptes. Pour Gilles Lambersend :

« C’est une écriture comptable qui prend en compte les volumes qui devraient être produits pour les 5 prochaines années. L’usine ne vaut plus rien. C’est un indicateur supplémentaire. »

Las, l’ouvrier espère retrouver de la motivation par la mobilisation de ses collègues. Mais là aussi, il faut combattre la sinistrose :

« Ils nous disent qu’ils attendent. Ils vont attendre quoi ? pleurer quand ce sera fermé ? »

Et si l’intersyndicale CFE-CGC, CFTC, CFDT, CGT existe toujours, seul le syndicat de Lambersend appelle au rassemblement vendredi à 14h au pied de préfecture.

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.
En BREF

Déchets : le principe pollueur-payeur va s’appliquer à Bordeaux Métropole

par Simon Barthélémy. 2 885 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La Dune du Pilat a grandi d’1,3 mètre et culmine à 110,5 m

par Walid Salem. 396 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le Défenseur des droits saisi de cas de violences policières sur des journalistes

par Simon Barthélémy. 324 visites. Aucun commentaire pour l'instant.