Culture  Kiosque abonné  Société 

Des bars associations de mal-teuffeurs ?

actualisé le 27/09/2017 à 02h11

Après la fermeture des bars, si on n'aime pas aller en boîte, il y a trois alternatives possibles à Bordeaux : dodo, continuer la soirée chez des potes ou dans un bar associatif.  Ces "tiers-lieux" de la nuit sont théoriquement libres d'appliquer leurs propres horaires et règlement intérieur, comme celui de fumer à l'intérieur. Mais ils s'attirent régulièrement les foudres des autorités ou des voisins...

Ce contenu est réservé aux abonnés

L'AUTEUR
Lysiane Larbani
Lysiane Larbani
Journaliste en formation à l'Institut Journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA), passionnée d'enquêtes sur des sujets justice et faits divers.
En BREF

Les noms de Simone Noailles et de plusieurs femmes donnés à des lieux bordelais

par La Rédaction. 600 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les anti Loi Travail lèvent le blocage du dépôt pétrolier près de Bordeaux

par Xavier Ridon. 526 visites. 1 commentaire.

Un appel à projets lancé pour les silos des bassins à flot

par La Rédaction. 710 visites. Aucun commentaire pour l'instant.