Brèves  Ecologie 

Les Écologistes veulent mesurer la pollution des paquebots à Bordeaux

Le groupe des élus EELV à la mairie de Bordeaux avait demandé des études « il y a deux ans à propos de la pollution des navires de croisière ». Ce vendredi, il relance Alain Juppé dans un courrier signé par son président, Pierre Hurmic.

Ça sentait apparemment le gasoil hier dans le centre de Bordeaux. A croire le post d’un Bordelais sur Facebook (voir ci-dessous), la cause revenait à un paquebot faisant escale dans le port de la lune. Est-ce pour cette raison que les écologistes bordelais ont choisi de revenir sur le sujet ?


Ce premier vendredi de septembre, alors que 17 paquebots sont attendus ce mois-ci sur les 53 prévus cette année, le groupe des élus écologistes à la mairie de Bordeaux a adressé un courrier à Alain Juppé pour l’alerter sur la pollution des navires de croisière et exiger des mesures de leur pollution :

« Vous n’êtes pas sans savoir que la pollution de l’air provoquée par le fioul lourd et le fioul marin utilisé par ces paquebots a un impact majeur sur notre santé. […] Il nous semble urgent que vous sollicitiez notre agence de surveillance de la qualité de l’air afin de réaliser une campagne de mesures spécifiques à cette pollution. »

Dans sa lettre, Pierre Hurmic rappelle l’existence « des solutions alternatives de ravitaillement des navires à quai, à l’instar de ce qui se pratique dans d’autres ports ». En effet, à Marseille, des branchements électriques ont été mis en place sur les quais début 2017 qui permettent aux navires de s’alimenter en énergie pendant leurs séjours. Une compagnie maritime marseillaise qui fait la liaison avec la Corse avait mis la main à la poche pour participer aux financements de ses bornes électriques et compléter les financements de l’État.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

Nouvel aménagement pour le port de plaisance des Bassins à flot en 2018

par Walid Salem. 383 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le logement social aquitain craint une perte croquignolesque de 110 millions d’euros

par Simon Barthélémy. 1 136 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les noms de Simone Noailles et de plusieurs femmes donnés à des lieux bordelais

par La Rédaction. 633 visites. Aucun commentaire pour l'instant.