« Attaques anti-parisiens » : le collectif anti-fasciste mis en cause riposte

Un train, Yvonne, deux graffitis et un autocollant. Voilà très exactement ce qui a propulsé Bordeaux au centre de l’attention médiatique, et le collectif Pavé Brûlant sur le banc des accusés. La Mairie enrage, et annonce avoir porté plainte. Du côté du collectif, on plaide non-coupable, et on renvoie la balle aux pouvoirs publics, uniques responsables selon eux de la situation actuelle.