Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
A Bordeaux, le dernier verre flirte avec le couvre-feu
Société 

A Bordeaux, le dernier verre flirte avec le couvre-feu

par Victoria Berthet.
Publié le 2 mars 2021.
Imprimé le 27 novembre 2021 à 16:29
13 688 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Avec les températures printanières et la fin de l’hiver, les Bordelais sont nombreux à investir le centre-ville, un verre à la main, quitte à dépasser parfois l’heure fatidique. Face à l’affluence sur les quais le week-end dernier, la mairie indique vouloir renforcer les contrôles. Reportage.

Toutes les semaines, la même rengaine. Aller chercher sa bière à emporter et la boire plus loin, au soleil de préférence, en dépassant parfois les 18h. Ce lundi après-midi, la place Fernand-Lafargue est investie par une quarantaine de Bordelais. Parmi eux, Hortense et Marion, un verre de bière blanche à la main :

« Avec le couvre-feu à 18h, on s’adapte. Les bars fermés, on prend une bière à emporter. On est au grand air, les groupes sont espacés. C’est toujours moins risqué que les soirées en appartements. Décaler le couvre-feu à 20h ça serait une bonne chose aussi, ça éviterait les attroupements à 17h. »

A quelques rues de là, vers la place du Parlement, La Parte Vieja fait de la vente à emporter. Mathieu travaille dans le bar :

« On ferme le rideau à 18h. On dit aussi aux clients de ne pas rester devant, une fois la commande passée. Nous n’avons pas été contrôlés, mais la mairie nous a demandé d’enlever un tonneau qui était devant le bar. Ça incitait les personnes à boire sur place. »

Place Fernand-Lafargue, lundi après-midi (VB/Rue89 Bordeaux)

Attroupements

La vente de boissons alcoolisés destinée à être consommé debout, sur place, est interdite. La boisson doit donc être vendue dans un contenant fermé ou avec un couvercle. Le Starfish, rue Sainte-Colombe, vend ses boissons dans des canettes, comme l’explique une serveuse :

« Les clients récupèrent leurs bières sous forme de canettes, et vont la consommer ailleurs. Nous avons été contrôlé une fois par la police, parce qu’il y avait trop de monde autour du bar. Nous n’avons pas eu d’amende, on nous a juste dit de faire attention aux attroupements. »

Lundi 1er mars, sur les quais de Bordeaux (VB/Rue89 Bordeaux)

La semaine dernière, le maire avait demandé que le début du couvre-feu soit repoussé à 20h dans les villes où la Covid-19 circule le moins, comme Bordeaux :

« Ces règles seront de moins en moins respectées avec les beaux jours qui arrivent. Je ne suis pas persuadé que ce soit entre 18 heures et 20 heures que le virus se propage le plus. Je n’ai pas vu le commencement d’une étude à ce niveau-là. »

Cette position a été qualifiée ce lundi matin d' »attitude électoraliste irresponsable sur le plan de la santé publique » par l’élu municipal d’opposition Marik Fetouh.

Pas de fermeture des quais

Dans un communiqué publié lundi 1er mars dans la soirée, la mairie indique qu’il a été « demandé à la police municipale de renforcer sa présence sur les quais le week-end prochain afin de verbaliser notamment les défauts du port du masque ». Par ailleurs, le maire indique poursuivre « les contacts avec la préfecture pour envisager de concert les mesures à prendre pour éviter et sanctionner un certain nombre de comportements irresponsables ».

Mais pour l’heure, la fermeture des quais n’est pas envisagée par la municipalité, contrairement à ce qui a été décidé à Paris et Toulouse. Pierre Hurmic invite « l’ensemble des Bordelaises et Bordelais à ne pas ne relâcher leurs efforts pour éviter des mesures plus contraignantes ».

L'AUTEUR
Victoria Berthet
Journaliste, diplômée de l'IJBA. Du terrain, des faits et de la nuance.

En BREF

Le port du masque à l’école redevient obligatoire dans toute la Nouvelle-Aquitaine

par La Rédaction. 476 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

140 événements pour l’égalité et la diversité à Bordeaux Métropole

par Victoria Berthet. 459 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’exercice d’évacuation près de la centrale nucléaire du Blayais, « une mauvaise plaisanterie »

par La Rédaction. 963 visites. 2 commentaires.
×