Economie 

Un parking relais pour la dune du Pilat ?

actualisé le 05/10/2016 à 23h43

Sur la dune du Pilat (CB/Rue89 Bordeaux)

Sur la dune du Pilat (CB/Rue89 Bordeaux)

L’association de défense et de promotion du Pyla (ADPPM) redoute la création d’un parking de 500 places et d’un nouveau lotissement sur 25 hectares dans la forêt du Vieux-Pilat. A moins qu’un vaste parc de stationnement ne voit le jour près de la voie rapide, avec un accès à la dune par navette électrique.

Élue 2ème plus belle plage du monde par les lecteurs du journal britannique The Guardian, la Dune du Pilat serait-elle victime de son succès ? Comment concilier tourisme de masse et protection d’un site naturel protégé ? That is the question.

Tout le monde s’accorde sur un point : la plus haute dune d’Europe offre un panorama « dazzling » (éblouissant in english). Elle attire chaque année 2 millions de visiteurs selon les estimations, voire même plus. Le site fait actuellement l’objet d’une vaste opération de maîtrise foncière publique menée par le Conservatoire du Littoral, une démarche qui vient d’entrer dans une nouvelle phase après quelques vives polémiques l’année passée. (Voir encadré)

Mais voilà que de nouvelles craintes apparaissent, cette fois du côté de l’ADPPM, l’association de défense et de promotion de Pyla-sur-Mer, qui revendique un millier d’adhérents. Selon Jacques Storelli, son président, un projet de parking de 500 places sur 25 hectares dans la forêt du Vieux Pilat est dans les cartons :

« Il s’agirait d’un parking de délestage en cas de forte affluence, qui s’intégrerait à un nouveau projet de logements. Cette zone a été classée constructible par la Ville de La Teste, alors même que nous avons fait annuler un permis de construire de 27 logements ainsi qu’une partie du PLU ( Plan local d’Urbanisme). Nous sommes ici à moins d’un km du site classé ! Ce projet serait de nature à rendre service à un propriétaire historique du Pyla qui n’a jamais pu lotir… Nous ne laisserons jamais faire ! »

« Rien n’est décidé » rassure de son côté Nathalie le Yondre, la nouvelle présidente du syndicat mixte en charge de la gestion de la dune du Pilat, maire socialiste d’Audenge et conseillère régionale.

« Les riverains de ce secteur nous disent que c’est un lieu qui ne leur paraît pas approprié… S’il y a des sites impossibles, ils ne seront pas retenus ».

Parking relais aux Miquelots ou à Cazaux ?

Parmi les pistes envisagées, la création d’un parc de stationnement à proximité de l’échangeur qui mène à la dune depuis la voie rapide, en provenance de Bordeaux ou d’Arcachon (près de l’intersection entre la N 250 et la D 259), dans le secteur des Miquelots, un quartier de La Teste.

Parking de la dune du Pilat (CB/ Rue89 Bordeaux)

Parking de la dune du Pilat (CB/ Rue89 Bordeaux)

Mais le syndicat mixte pourrait opter pour un parking relais du côté de Cazaux. Une fois garés, les visiteurs seraient acheminés par des navettes électriques qui emprunteraient la piste forestière 214, un raccourci bien connu des locaux en cas d’affluence sur la route des campings et de Biscarrosse (D 218). Dans cette hypothèse, la piste serait réservée aux navettes et aux usagers.

Quoi qu’il en soit, il est impossible d’agrandir le parking existant, tous les aménagements étant gelés pendant la période d’expropriation, en cours ( cf encadré). Ce parc, d’une capacité de 750 places, est totalement saturé les jours de forte affluence, qui ont tendance à se multiplier. 325 000 véhicules y ont défilé en 2015, autant dire que ça bouchonne. Certains automobilistes se garent parfois aux abord de l’entrée, en mordant sur la piste cyclable, ce qui peut conduire à quelques frayeurs pour les vélos quand une portière s’ouvre intempestivement. Tout cela n’est pas sans conséquences selon Maria Da Vos, la directrice du syndicat mixte :

C’est parti pour les expropriations !

L’acquisition de la dune et de sa forêt par le Conservatoire du littoral a été déclarée d’utilité publique (DUP) par le Préfet de la Gironde le 30 mai dernier. A l’issue des 2 mois de délai, les services de l’Etat n’ont enregistré aucun recours. Les craintes de l’association de défense de la forêt usagère (ADDUFU) sont en effet dissipées, car le texte de la DUP reprend et reconnaît les droits d’usage de la forêt, dans le respect des Baillettes et transactions du 15e siècle.

La procédure d’expropriation va donc pouvoir commencer et devrait porter sur la moitié environ des 400 hectares. Reste un long et fastidieux travail : identifier l’ensemble des 150 propriétaires ! « Nous avons mandaté un cabinet pour cela », explique Guillemette Rolland, déléguée régionale du Conservatoire du littoral. Les procédures devraient aboutir, au mieux, dans 5 ans.

« Compte tenu de la fréquentation du site, le stationnement sauvage dégrade fortement les abords du massif forestier de la dune. Autour du 15 août, on a dépassé les 16 000 visiteurs/jour. 583 000 personnes ont grimpé la dune en juillet -août selon l’éco-compteur que nous avons installé à l’entrée, un chiffre constant par rapport aux étés précédents.  Nous sommes en train de réaliser un diagnostic pour comprendre le comportement des visiteurs. Les solutions seront multiples.»

Heureusement, tout le monde ne vient pas en voiture. Pour éviter les bouchons et les difficultés de stationnement, beaucoup privilégient le vélo ou les transports  en commun (train depuis Bordeaux et bus). Dans quelles proportions ? Mystère… Le Syndicat refuse de communiquer pour l’instant les chiffres précis et le calendrier des futures décisions.

« Le bureau d’étude est dans une phase de préconisations, rien n’est arrêté, rappelle l’élue Nathalie Le Yondre. La dune va attirer de plus en plus de visiteurs et il faut qu’on mette en place un accueil à la hauteur. Il y a un équilibre à trouver entre la valorisation du site sur le plan économique et la préservation de sa richesse environnementale. »

Du parking payant aux commerces, des hôtels-restaurants avec vue aux campings… La régulation des usages est un enjeu majeur pour la dune du Pilat, poids lourd de l’économie locale, avec des retombées économiques estimées à 168 millions d’euros pour le premier site touristique d’Aquitaine.

Fête de l’usage dimanche

A l’occasion des Journées du Patrimoine, l’association de défense des droits d’usage et de la forêt usagère ( ADDUFU) organise la fête de l’usage dimanche 18 septembre à La Teste, au pôle forestier, en face du Zoo d’Arcachon. Au programme : conférence sur l’histoire de la forêt usagère et sur les droits d’usage, démonstrations de gemmage et sciage, montage de charpente, restauration, animations. De 10h à 17h, gratuit.

Des visites commentées de la dune sont également proposées ce week-end, à la demande.

 

L'AUTEUR
Céline Belliard
Céline Belliard
Journaliste web, radio et presse écrite
En BREF

A Bordeaux, le premier match européen de rugby arbitré par une femme

par La Rédaction. 363 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Toujours plus de personnes à la rue à Bordeaux

par Simon Barthélémy. 1 254 visites. 1 commentaire.

La direction de Ford Blanquefort condamnée pour ne pas avoir tenu ses engagements

par Xavier Ridon. 495 visites. 1 commentaire.