Brèves  Société 

Qualifier l’ex-patron des gendarmes de « fumier » n’est pas une injure, selon le tribunal de Bordeaux

Si l’ancien directeur de la gendarmerie nationale, Denis Favier, a fait condamner un Girondin, Stéphane Nouzarède, pour un post Facebook diffamant, le tribunal de Bordeaux n’a pas estimé que l’emploi du terme « fumier » relevait de l’injure publique.

Ça ressemble à une victoire à la Pyrrhus. Et autant dire que pour un militaire de formation, c’est un camouflet. Denis Favier, ancien directeur de la gendarmerie nationale parti pantoufler à la direction de la sûreté de Total, avait choisi d’attaquer un illustre anonyme girondin, Stéphane Nouzarède.

Son tort ? Deux messages postés sur Facebook où le vendeur en centre commercial avait laissé éclater sa colère suite à la mort de l’écologiste Rémi Fraisse sur le projet de barrage de Sivens (Tarn). Dans un premier message, Stéphane Nouzarède traite de « fumier » Denis Favier (directeur général de la gendarmerie nationale lors des affrontements à Sivens) en apprenant son tout récent pantouflage :

« Petit promotion pour un des fumiers qui ont couvert la mort de Rémi Fraisse… Fumier ! » (22 juin 2016)

Puis, une fois l’inutilité publique déclarée pour le projet, le Girondin publie un commentaire rageur sur Facebook :

« En ne condamnant pas la mort de Rémi, pire, en justifiant son assassinant par un de ses agents, Favier s’est rendu coupable de complicité de crime d’Etat » (1er juillet 2016)

Personne ne saura comment ces messages d’un inconnu sur la Toile sont arriveré à l’ancien militaire, qui a saisi la justice. Il dénonce une injure publique dans le premier message et une diffamation dans le second.

« Quasi-confidentiel »

Le tribunal lui donne raison sur la diffamation mais ne retient pas l’injure publique. Pourquoi ? Car, contrairement à la lecture qu’en fait Denis Favier qui dénonce un terme « outrageant », le tribunal estime que la phrase « renferme bien l’imputation d’un frais susceptible d’être soumis à un débat » ce qui – en terme juridique – écarte l’injure.

Il ne retient pas non plus le caractère public des messages et note aussi la « personnalité fragile » du prévenu.

Stéphane Nouzarède le jour de son audience au TGI de Bordeaux (XR/Rue89 Bordeaux)

Absent à l’audience, Denis Favier réclamait 2500 euros par post Facebook, mais se disait prêt à faire un geste pour ne trop égratigner le portefeuille du prévenu. Stéphane Nouzarède est finalement condamné ce jeudi à 1000 euros d’amende avec sursis, sans inscription au casier judiciaire, et à payer 150 euros de dommages et intérêts à Denis Favier, sans devoir participer à ses frais d’avocats.

A la sortie du tribunal, le Girondin tombe dans les bras de son avocat Maitre Romain Foucard et souffle un grand coup :

« On va être plus prudent dans les choix des mots maintenant : utiliser le conditionnel, poser des questions… »

« Il t’aura fallu 55 ans pour savoir ça », s’amuse sa fille. S’il peut encore faire appel, le chef de la sûreté de Total et proche de Manuel Valls a avant tout gagné une mauvaise pub pour deux messages émanant d’un compte Facebook jugé « quasi-confidentiel » par le tribunal. Face au pot de fer, le pot de terre a perdu mais ne s’est pas brisé.

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.
En BREF

Déchets : le principe pollueur-payeur va s’appliquer à Bordeaux Métropole

par Simon Barthélémy. 2 925 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La Dune du Pilat a grandi d’1,3 mètre et culmine à 110,5 m

par Walid Salem. 406 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le Défenseur des droits saisi de cas de violences policières sur des journalistes

par Simon Barthélémy. 327 visites. Aucun commentaire pour l'instant.