Société 

L’autopartage, un frein à la voiture ?

actualisé le 04/02/2014 à 18h26

L’autopartage tel que nous l’avons testé à Bordeaux, entre particuliers (Drivy, Koolicar) ou sous l’égide d’une société de voitures en libre-service (Citiz, BlueCub), ne convainc pas forcément les partisans du sans voiture, qui y voient juste un moyen de plus de rouler en ville. Ils relèvent par exemple qu’Autolib’ à Paris, est utilisé par des gens qui se passaient jusque là de voiture…

Toutefois, une enquête nationale parue en 2012 et menée auprès de plus de 2000 utilisateurs, a conclu que les autopartageurs parcouraient 41 % de kilomètres en moins en voiture que les conducteurs classiques et que chaque voiture d’autopartage remplaçait 9 voitures personnelles et libérait 8 places de stationnement.

Enfin les usagers de l’autopartage utilisent plus le vélo, la marche à pied et les transports en commun que les autres.

« La plupart de nos abonnés utilisent les transports en commun ou les vélos pour se déplacer de leur domicile à leur lieu de travail. La voiture n’est qu’un complément ponctuel », précise Nicolas Guenro, de Citiz.

Ils auraient également pour la plupart renoncé à posséder une voiture personnelle.

L'AUTEUR
Stéphanie Pichon
Stéphanie Pichon
Journaliste indépendante. Spécialisée dans le champ culturel et toutes les questions qui touchent à la ville. Bordeaux comme port d’attache, mais des escales à Berlin, Toulouse, Paris, Strasbourg...

En BREF

« Le poison de votre mandat » : les candidats girondins interpellés sur les pesticides

par Walid Salem. 472 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La justice ne stoppe pas la déviation du Taillan

par Simon Barthélémy. 1 848 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux Métropole valide un ambitieux plan pour le logement étudiant

par Simon Barthélémy. 1 433 visites. Aucun commentaire pour l'instant.