Enquêtes et actualités gavé locales

L’autopartage, un frein à la voiture ?

L’autopartage tel que nous l’avons testé à Bordeaux, entre particuliers (Drivy, Koolicar) ou sous l’égide d’une société de voitures en libre-service (Citiz, BlueCub), ne convainc pas forcément les partisans du sans voiture, qui y voient juste un moyen de plus de rouler en ville. Ils relèvent par exemple qu’Autolib’ à Paris, est utilisé par des …

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.


L’autopartage tel que nous l’avons testé à Bordeaux, entre particuliers (Drivy, Koolicar) ou sous l’égide d’une société de voitures en libre-service (Citiz, BlueCub), ne convainc pas forcément les partisans du sans voiture, qui y voient juste un moyen de plus de rouler en ville. Ils relèvent par exemple qu’Autolib’ à Paris, est utilisé par des gens qui se passaient jusque là de voiture…

Toutefois, une enquête nationale parue en 2012 et menée auprès de plus de 2000 utilisateurs, a conclu que les autopartageurs parcouraient 41 % de kilomètres en moins en voiture que les conducteurs classiques et que chaque voiture d’autopartage remplaçait 9 voitures personnelles et libérait 8 places de stationnement.

Enfin les usagers de l’autopartage utilisent plus le vélo, la marche à pied et les transports en commun que les autres.

« La plupart de nos abonnés utilisent les transports en commun ou les vélos pour se déplacer de leur domicile à leur lieu de travail. La voiture n’est qu’un complément ponctuel », précise Nicolas Guenro, de Citiz.

Ils auraient également pour la plupart renoncé à posséder une voiture personnelle.


#autopartage

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


J’ai testé l’autopartage à Bordeaux : ça roule !
Rien n’empêche l’avènement de la voiture en commun

Photo : WS/Rue89 Bordeaux

Plus d'options