Société 

L’autopartage, un frein à la voiture ?

actualisé le 04/02/2014 à 18h26

L’autopartage tel que nous l’avons testé à Bordeaux, entre particuliers (Drivy, Koolicar) ou sous l’égide d’une société de voitures en libre-service (Citiz, BlueCub), ne convainc pas forcément les partisans du sans voiture, qui y voient juste un moyen de plus de rouler en ville. Ils relèvent par exemple qu’Autolib’ à Paris, est utilisé par des gens qui se passaient jusque là de voiture…

Toutefois, une enquête nationale parue en 2012 et menée auprès de plus de 2000 utilisateurs, a conclu que les autopartageurs parcouraient 41 % de kilomètres en moins en voiture que les conducteurs classiques et que chaque voiture d’autopartage remplaçait 9 voitures personnelles et libérait 8 places de stationnement.

Enfin les usagers de l’autopartage utilisent plus le vélo, la marche à pied et les transports en commun que les autres.

« La plupart de nos abonnés utilisent les transports en commun ou les vélos pour se déplacer de leur domicile à leur lieu de travail. La voiture n’est qu’un complément ponctuel », précise Nicolas Guenro, de Citiz.

Ils auraient également pour la plupart renoncé à posséder une voiture personnelle.

L'AUTEUR
Stéphanie Pichon
Stéphanie Pichon
Journaliste indépendante. Spécialisée dans le champ culturel et toutes les questions qui touchent à la ville. Bordeaux comme port d’attache, mais des escales à Berlin, Toulouse, Paris, Strasbourg...

En BREF

L’édition 2020 du Fifib, chamboulée par la crise, se tient du 14 au 19 octobre

par La Rédaction. 285 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le conseil d’État n’interdit pas certaines chasses traditionnelles

par Céline Belliard. 3 585 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Khuzama, Syrienne d’Alep, en cuisine au Garage Moderne

par Walid Salem. 778 visites. Aucun commentaire pour l'instant.