Société 

Le Pibal a du retard à l’allumage

actualisé le 14/03/2014 à 13h45

Le vélo Pibal lors de sa présentation au Palais Rohan (photo Bordeaux.fr)

Le vélo Pibal lors de sa présentation au Palais Rohan (photo Bordeaux.fr)

Les nouveaux vélo-patinettes de la Ville devaient commencer à être prêtés aux Bordelais en janvier. Mais les vingt testeurs bénévoles qui l’expérimentent depuis novembre ont fait remonter quelques problèmes de conception. Les livraisons par Peugeot ont été repoussées à la fin février.  

La pibale est une anguille très recherchée de l’estuaire de la Gironde. Le Pibal est le nouvel engin hybride, vélo et trottinette, imaginé spécialement pour Bordeaux par le designer Philippe Starck, afin de se faufiler en centre-ville. 300 exemplaires devaient être livrés en janvier pour commencer à remplacer les 4000 vélos prêtés gratuitement et pour une longue durée aux Bordelais par la Ville. Mais ils ne sont pas encore arrivés. Explications de Michel Duchène, adjoint au maire de Bordeaux, chargé notamment de la stratégie urbaine et de la circulation :

« 20 testeurs à qui nous avons confié le Pibal en novembre dernier nous ont fait des retours d’expérience. Nous les avons envoyé au fabricant, Peugeot, pour qu’il modifie la béquille, trop fragile, et l’éclairage, pas assez performant. C’est un prototype, un modèle que nous sommes les premiers à expérimenter, on ne veut pas faire d’erreur. Mais le concept même de vélo-patinette a été validé, et la première tranche de 50 vélos va arriver, fin février ou mars. Nous en aurons 300 d’ici cet été. »

La commande est en effet en cours de livraison, indique-t-on chez Peugeot à Rue89 Bordeaux, après une prise en compte de ces modifications, auxquelles il faut ajouter le changement de positionnement du garde-boue arrière, qui ne protégeait pas assez les cyclistes et leurs affaires.

Muriel Sola-Ribeiro, directrice de l'association Vélo-Cité (Photo DR)

Muriel Sola-Ribeiro, directrice de l’association Vélo-Cité (Photo DR)

L’association d’usagers Vélo-Cité, fait partie des testeurs du Pibal. Muriel Sola-Ribeiro, est sa directrice :

« On est impatient de voir arriver le nouveau vélo bordelais. Mais on n’est pas convaincus par le côté gadget de la patinette – quand il y a trop de monde dans une rue piétonne, on descend de vélo ou on prend un itinéraire bis. Et il y a des choses rédhibitoires dans son fonctionnement. Outre les fils pour les éclairages sont associés aux garde-boues, qui se détachent tout le temps à cause des vibrations, on a relevé que le guidon est un peu loin pour les personnes de petite taille, et on a calculé qu’au delà d’une pointure de pied 43, vous ne pouvez pas patiner ! »

La Ville a également transmis ces dernières remarques à Peugeot, mais elles ne seront intégrées qu’à la prochaine vague de commandes.

« On veut laisser les vélos tourner, voir comment les gens se comportent, mais aussi rester sur les prix prévus, c’est à dire 420 euros pièce. Un prix toutefois très correct car, dans cette gamme, on est plutôt autour de 600 euros », poursuit Michel Duchène.

Pas encore de production grand public

Lors de la présentation du Pibal, Alain Juppé avait d’ailleurs espéré que d’autres villes s’intéresse au Pibal, ce qui permettrait, en lançant une production à grande échelle, de réduire son coût unitaire. Du côté de Peugeot, on signale que si quelques municipalités se sont montrées intéressées, ce sont surtout des consommateurs ayant trouvé le concept innovant qui se sont manifestés. Le groupe n’envisage toutefois pas pour l’instant de produire au delà de la commande publique bordelaise.

Sur les rives de la Garonne, le Pibal revêt en tous cas un enjeu important, selon Michel Duchène : « Valoriser et “notabiliser” le vélo, en faire un objet et un mode de déplacement aussi attractif que le tramway ». Et permettre ainsi à Bordeaux de faire grimper sa pratique du vélo, encore loin des modèles danois, hollandais, et même strasbourgeois. Enquête sur le vélo à venir sur Rue89 Bordeaux.

Aller plus loin

Les prêts gratuits de Pibal ou de vélos traditionnels se font à La Maison du vélo, 69 Cours Pasteur, 33000 Bordeaux, 05-56-33-73-75. Ou à son antenne de Caudéran, 130 avenue Louis Barthou, 33200 Bordeaux, 05-57-10-09-40.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux
En BREF

Fumée blanche pour le cinéma multiplexe à Langon

par La Rédaction. Aucun commentaire pour l'instant.

Reggae Sun Ska : adieu la fac, rebonjour le Médoc

par Laurent Perpigna Iban. 287 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une centaine de soignants de Pellegrin et Saint-André font front commun

par Xavier Ridon. 501 visites. 1 commentaire.