Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
« Le FN profite de la crise sociale et politique »
Politique 

« Le FN profite de la crise sociale et politique »

par La Rédaction.
Publié le 27 mai 2014.
Imprimé le 05 décembre 2022 à 19:30
5 457 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
La manifestation contre le score du Front National a réuni 300 personnes sur la place de la Victoire (WS/Rue89 Bordeaux)

La manifestation contre le score du Front National aux Européennes a réuni 300 personnes sur la place de la Victoire (WS/Rue89 Bordeaux)

A l’appel de SOS Racisme, 300 personnes ont manifesté place de la Victoire ce lundi contre le score du Front national aux Européennes. Olivier Costa, enseignant-chercheur et responsable de l’équipe « politique comparée et études européennes » du Centre Émile Durkheim à Sciences Po Bordeaux, fait l’analyse des résultats dans le Sud-Ouest.

Rue89 Bordeaux : Êtes vous surpris par les résultats locaux des élections européennes, en particulier le score du Front national, dont la liste menée par Louis Aliot est arrivée en tête  dans le Grand Sud-Ouest ?

Olivier Costa, enseignant-chercheur et spécialiste de l'Union européenne à Sciences Po Bordeaux (DR)

Olivier Costa, enseignant-chercheur et spécialiste de l’Union européenne à Sciences Po Bordeaux (DR)

Olivier Costa : Non, ce n’est pas une surprise. C’est vrai que le FN n’est pas très en ligne avec la vie politique dans le Sud-Ouest. Or il fait jeu égal avec le Parti socialiste dans les Landes, notamment, c’est assez inédit ! Mais cela ne m’étonne pas au vu du déroulement de la campagne. L’UMP est allé chercher Michèle Alliot-Marie, bien que sa crédibilité soit contestée, y compris dans son propre camp (elle a par exemple déclaré qu’elle allait « perdre de l’argent » en allant à Bruxelles, NDLR). Le parti de Jean-François Copé s’est empêtré dans ses conflits internes.

Le Parti socialiste a choisi comme tête de liste Virginie Rozière, une inconnue issue du Partie radical de gauche, et personne n’avait envie de faire campagne pour elle. Pour se mobiliser, les électeurs devaient eux aussi être très motivés, car il n’y a pas eu beaucoup de meetings dans la région. Mais ne pas faire campagne est aussi une stratégie délibérée, notamment du côté du PS, afin de minorer ensuite la portée de cette élection. L’UDI-Modem de Robert Rochefort et Europe écologie-Les Verts, avec José Bové, ont fait de bons résultats. EELV réduit tout de même quasiment de moitié son score par rapport à 2009.

Quels sont les ressorts du vote FN ?

D’abord, le parti de Marine Le Pen s’est, lui, engagé dans la campagne, et il a profité de son message clairement anti-européen, alors que le PS et l’UMP sont divisés sur l’idée européenne. Le contexte de crise politique et d’impopularité très importante du gouvernement lui sont aussi très favorables, tout comme le contexte confus de l’élection, avec une profusion de listes totalement inconnues. Enfin, la crise économique qui dure et contre laquelle l’alternance droite-gauche ne change rien, place le parti d’extrême-droite en recours, car il ne participe pas au pouvoir.

Vous parlez d’enjeux nationaux. Est-ce à dire que le découpage en circonscriptions ne change rien ?

Ce sont des circonscriptions artificielles, issues de nulle part. Les gens ne savent pas qui sont leurs élus, et ceux-ci ne peuvent pas travailler vraiment leur territoire, beaucoup trop grand. Quand ils le font, la logique n’est pas respectée : le député Alain Lamassoure, un des seuls députés sortants du Grand Sud-Ouest très présents sur le terrain, a fini par être investi en Île-de-France. Mais la campagne ne s’est pas déployée sur le terrain, et les médias n’ont pas saisi les enjeux, ou les ont cantonné à des préoccupations nationales. Cela bénéficie au FN, qui commence à essaimer dans les zones rurales (en Gironde, le FN réussit ses meilleurs scores dans le Médoc à Lesparre – 37,61 % – et Pauillac – 35,29 % -, NDLR), où il profite de la crise sociale qui frappe les campagnes. Et la notoriété des candidats n’a aucune importance : avec l’étiquette FN et l’image de Marine Le Pen, un âne serait élu.

Les députés européens sortants ont ils assez valorisé leur action à Bruxelles ?

Non, et pourtant ils ont obtenu quelques résultats, notamment le verdissement de la Politique agricole commune, qui va dorénavant moins bénéficier aux céréaliers, et davantage aux éleveurs de montagne. Et c’est cela qui est le plus dommageable.  Le FN va envoyer 25 députés, mais certains ne mettront jamais les pieds au Parlement, comme Jean-Marie et Marine Le Pen en ont l’habitude. D’autres n’y entendront rien. Et ils ne devraient  pas parvenir à constituer un groupe avec les  élus nationalistes et populistes des autres pays. Bref, ce seront des poids morts.

Un rendez-vous national est donné le jeudi 29 mai pour une marche contre le F Haine. A Bordeaux, elle aura lieu place de la Victoire à 11h.

Article actualisé le 27/05/2014 à 13h29
L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Des infos d'ici de là

En BREF

Une nouvelle brigade de police dédiée aux transports en commun va patrouiller à Bordeaux

par La Rédaction. 437 visites. 2 commentaires.

Ïkos et la Fabrique Pola vont recevoir une aide de 100 000 euros de l’Etat

par Alice Gapail. 609 visites. 1 commentaire.

La Nouvelle-Aquitaine « première région pour la participation électorale » selon l’INSEE

par Alice Gapail. Aucun commentaire pour l'instant.
×