Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
« Chahuts n’existerait pas sans les intermittents »
Culture 

« Chahuts n’existerait pas sans les intermittents »

par Xavier Ridon.
Publié le 13 juin 2014.
Imprimé le 30 septembre 2022 à 10:54
4 491 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
Malgré la grève des intermittents, les permanences de "Travaux : vous êtes ici" se tiennent toujours place Saint-Michel de 10h à 20h (XR/Rue89 Bordeaux)

Malgré la grève des intermittents, les permanences de « Travaux : vous êtes ici » se tiennent toujours place Saint-Michel de 10h à 20h (XR/Rue89 Bordeaux)

Pour sa première journée, le festival Chahuts devait présenter mercredi le spectacle « Italie – Brésil 3 à 2 ». Mais la compagnie, en accord avec la Coordination des intermittents et précaires 33, a voté la grève. Le festival des Arts de la Parole continue, lui, jusqu’à samedi. Trois questions à sa directrice, Caroline Melon.


Mise à jour :
vendredi 13 juin à 11h

Le spectacle « L’Assiette », mis en scène par Sonia Millot, qui devait avoir lieu le jeudi 12 à 21h, a été remplacé par une rencontre avec le public autour du mouvement des intermittents. La metteur en scène, qui adhère à la Coordination des intermittents et précaires 33, a pris cette décision un peu avant le début du spectacle.

Sergio Grondin, qui devait présenter une étape de travail de son projet « Les Chiens de Bucarest » au Molière-Scène d’Aquitaine ce vendredi 13 juin à 19h30, a décidé d’annuler ce rendez-vous public. Cependant, il sera sur place « pour celles et ceux qui veulent discuter, échanger autour des raisons de cette annulation et du mouvement des intermittents ».

Pour suivre les dernières actualités du festival, la page Facebook de Chahuts.

Rue89 Bordeaux : Le festival des Arts de la Parole se retrouve au cœur du mouvement des intermittents, comment l’appréhendez-vous ?

Caroline Melon : Chahuts a toujours été un endroit de dialogue, de débats. Cette lutte nous semble légitime. C’est pour ça qu’on souhaite qu’il puisse y avoir des discussions. C’est pour ça qu’on a accueilli la coordination des intermittents, même si ça chamboule beaucoup de choses. Mais Chahuts sans les intermittents, ça n’existerait pas. Ça ne fait plaisir à personne d’annuler un spectacle, on sait bien que dans ces luttes, personne ne prend ce genre de décision avec plaisir. Passée la tristesse qui était très forte mercredi soir, on admet surtout qu’il faut des actes forts, car les luttes en ont besoin.

Il reste encore deux jours de spectacles, quel est le programme ?

L’ensemble des salariés, permanents, intermittents, intérimaires, stagiaires de Chahuts se sont vus ce jeudi matin. Artiste compris. On a à nouveau envie de travailler, de faire tout ce qui est prévu, d’avancer, de discuter, d’expliquer. Ce qu’on sait c’est que Sergio Grondin qui devait présenter aujourd’hui à 19h30 un chantier de création (« Les Chiens de Bucarest ») ne jouera pas. Il a décidé de se mettre en grève mais sera là pour accueillir les gens et discuter à l’Oara, le Molière-Scène d’Aquitaine.

Sinon pour l’instant, le reste se déroule comme prévu. L’objectif est l’ouverture de la parole. Notamment avec les permanences de « Travaux : vous êtes ici » qui se tiennent place Saint-Michel de 10h à 20h. Mais aussi « Les Causeries » qui ont lieu encore ce soir à 22h avec l’Université Populaire de Bordeaux. L’enjeu est de voir en quoi l’art peut-être source d’émancipation individuelle et collective.

Quel esprit se dégage de ces lectures, performances, danses et rencontres ?

On ne veut pas être donneur de leçons mais plutôt donner l’envie à chacun d’exprimer sa singularité. Chahuts tente d’écouter et de faire-place à des paroles différentes. On essaie de faire naître ces paroles, de les rejoindre et créer des espaces de partage. On veut être une caisse de résonnance du monde et de son état. S’il y a une telle crise des droits sociaux, c’est normal que Chahuts en soit une caisse de résonnance. Mais aussi que Chahuts soit un endroit de fêtes et de rassemblements. Chahuts, c’est toutes ces choses en même temps.

Tout le programme du Festival Chahuts des Arts de la Parole sur chahuts.net

Article actualisé le 13/06/2014 à 11h07
L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.

En BREF

« Bordeaux fête le vin » tous les ans, et la fête du fleuve en stand by ?

par La Rédaction. 387 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’opposition Renouveau Bordeaux demande à la Ville de « reprendre la main sur la propreté »

par Victoria Berthet. 573 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le squat de la rue Gravelotte expulsé en moins de 24 heures par les forces de l’ordre

par Victoria Berthet. 559 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×