Cinéma : le come-back du drive-in à Bordeaux
Culture 

Cinéma : le come-back du drive-in à Bordeaux

Une séance de cinéma drive-in lors des 20 ans du festival Cinésites (Photo Aurore Lesprit/Centre Jean Vigo Événements)

Une séance de cinéma drive-in lors des 20 ans du festival Cinésites (Photo Aurore Lesprit/Centre Jean Vigo Événements)

Ambiance Venice Beach décalée pour « Psycho Beach Party », ce vendredi à la Base sous-marine, projection plus classique de « Christine », mais au volant des voitures rétro, le lendemain place de Quinconces : le cinéma drive-in est en plein retour de hype à Bordeaux, année du jumelage avec Los Angeles oblige.

Ce vendredi, les Bassins à flot auront un air de Venice Beach, la plage de Los Angeles, période années 70-80. Entre les décors de palmiers, de sable et d’océan en carton pâte, circuleront de jeunes filles affriolantes en mini shorts et patins à roulettes, des surfers et maîtres nageurs costauds. Leur mission : venir causer avec les spectateurs installés dans leur voiture ou sur le parking de la Base sous-marine, pendant la projection sur l’écran géant de « Psycho beach party » et leur dégustation de pop corn.

« Le drive-in est un leitmotiv, on voulait surtout recréer une ambiance, que les gens ne viennent pas seulement se poser pour regarder un film, mais interagissent avec une trentaine de performers », explique Orelle, du collectif Guilux(e).

Quant à Psycho Party Beach, c’est un « pastiche des films surfs zombie, pas trop nanar », à en croire Guilux(e), qui organise la soirée dans le cadre du festival Echo à venir (jusqu’à samedi à Bordeaux), épaulé entre autres par un autre collectif, Comment c’est maintenant (CCM). La séance, qui démarre à 20h, est gratuite, 30 voitures pourront stationner devant la base, et se brancher sur Radio Campus pour écouter la bande-son. Mais les piétons, les cyclistes et autres skaters sont aussi les bienvenus, surtout s’ils ont le look de l’époque.

Rester dans sa caisse colle à l’imagerie US

Le concept du drive-in était un souhait d’Echo à venir : se faire une toile depuis sa caisse colle en effet à l’imagerie US, et Bordeaux est en plein 50e anniversaire du jumelage avec Los Angeles.

Le même prétexte a conduit les organisateurs de la Traversée estivale de Bordeaux, effectuée en voitures de collection pendant les journées du patrimoine, à proposer un drive-in géant, sur la place des Quinconces, où un tel évènement n’avait pas eu lieu depuis 1983. 600 personnes sont attendues samedi soir pour voir « Christine » (séance à 21h30), dont « seulement » 120 voitures, avec priorité aux autos de collection.

« On verra le samedi à 18h30-19h où on en est par rapport aux réservations (qui doivent s’effectuer sur place, à partir de vendredi 14h) et s’il reste des places on acceptera d’autres véhicules », indique toutefois Jacques Guérin, président d’Atlantic Oldtimer, l’association organisatrice de la Traversée.

La place coûte 10 euros par personne, et si vous comptez profiter du spectacle gratuitement, ce sera sans le son : des casques audio seront distribués aux spectateurs. 300 places assises sont prévues pour les piétons, qui profiteront de la vue des vieilles auto comme de celle du film.

Le choix de ce dernier coulait de source, poursuit Jacques Guérin :

« Il fallait un film pas trop programmé à la télé, ni ressorti récemment au cinéma, qui soit grand public et colle bien sûr à l’esprit de la Traversée. Or « Christine » se déroule dans les années 50, on voit la voiture du début à la fin, et il y a les signatures de John Carpenter, le réalisateur, et de Stephen King, dont le roman a été porté à l’écran. En plus,  c’est mon film culte. »

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Une femme transgenre violemment agressée à Bordeaux

par La Rédaction. 775 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Bordeaux, gilets jaunes et syndiqués défilent ensemble contre le chômage et la précarité

par Antoine Cariou. 786 visites. 1 commentaire.

L’élu socialiste Matthieu Rouveyre arrête la politique

par Walid Salem. 1 048 visites. Aucun commentaire pour l'instant.