Les Gastronomades d’Angoulême digèrent mal Bordeaux S.O Good
Culture  Société 

Les Gastronomades d’Angoulême digèrent mal Bordeaux S.O Good

Les Gastronomades d'Angoulême voient débarquer d'un mauvais oeil le concurrent Bordeaux S.O Good

Après vingt ans d’existence, les Gastronomades d’Angoulême voient débarquer d’un mauvais oeil le concurrent Bordeaux S.O Good (affiche des Gastronomades 2014, DR)

La manifestation Bordeaux S.O Good lancée cette année pour créer l’événement dans la capitale girondine en période un peu creuse d’avant-Noël laisse un goût amer à Angoulême. Les Charentais n’ont en effet pas attendu 2014 pour célébrer la bonne chère et l’art des grands cuisiniers : là-bas, cela fait vingt ans que les Gastronomades existent, et l’on trouve fort désagréable que les Bordelais s’y mettent… exactement aux mêmes dates !

L’animateur de la radio RTL, Jean-Sébastien Petitdemange, faisant partie de l’aventure des Gastronomades depuis le début, est monté au créneau ces derniers jours pour dénoncer le manque de fairplay des organisateurs de Bordeaux S.O Good. Il explique agacé :

« C’est une concurrence déloyale et un peu perverse d’organiser cet événement au même moment, une forme de cannibalisation. Nous sommes dans la même zone géographique, Bordeaux aurait pu choisir l’un des 51 autres week-ends disponibles, par exemple à la période des vendanges ! Forcément, la capitale girondine va bénéficier, dans les médias, de l’effet de nouveauté. Alors que le programme présente de fortes ressemblances avec celui d’Angoulême – ce qu’ils proposent n’est pas très original – jusqu’à l’affiche qui possède à peu près les mêmes codes couleurs et reprend le logo de la cloche, que les Gastronomades utilisent depuis des lustres ! »

Interrogé sur la question, Richard Coconnier, délégué général de Bordeaux Grands Événements et coordinateur de Bordeaux S.O Good, explique que la manifestation, initialement prévue le week-end précédent, a été décalée en raison du Salon du livre gourmand de Périgueux organisé au même moment et que « la coïncidence avec Angoulême ne s’est pas vue ». Pour rassurer les Angoumoisins, il tient à préciser :

« Les clientèles des deux événements ne sont pas les mêmes, et Bordeaux S.O Good a beaucoup moins de moyens que les Gastronomades. Sans avoir, pour autant, moins d’ambition. »

Pas de mea culpa particulier du côté de Bordeaux donc, qui ne prendra peut-être pas plus de gants l’an prochain si le rendez-vous est renouvelé. Angoulême peut toutefois se consoler avec une fréquentation impressionnante (100 000 visiteurs, soit le double de sa population) en espérant que ni les gastronomes, ni les chefs, tous bénévoles, ne cèderont aux sirènes de la grande ville.

L'AUTEUR
Anne Chaput
Anne Chaput
Journaliste et animatrice radio, sans télé depuis dix ans pour laisser respirer son cerveau, mais désormais accro à internet.

En BREF

Rassemblement en mémoire de l’enseignant assassiné ce dimanche à Bordeaux

par La Rédaction. 1 445 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’appli « Tous anti-Covid » pour tous les étudiants en santé de Bordeaux ?

par Simon Barthélémy. 518 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Philippe Poutou, héros d’un clip rock de The Hyènes

par La Rédaction. 1 610 visites. Aucun commentaire pour l'instant.