Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
729 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Dis moi d’où tu tweetes, je te dirai qui tu es

Une carte interactive où sont géolocalisés et repérés les messages publiés sur Twitter donne un aperçu de qui tweete et où sur Bordeaux.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Dis moi d’où tu tweetes, je te dirai qui tu es

La carte de Bordeaux parsemée de points verts représentants les lieux d'où sont envoyés les tweets (capture écran)
La carte de Bordeaux parsemée de points verts représentants les lieux d’où sont envoyés les tweets (capture écran)

Avant que soient enflammés les réseaux sociaux avec les vœux pour 2015, jetons un petit coup d’œil sur la carte interactive réalisée par Eric Fisher où sont symbolisés par un point vert les messages postés sur Twitter. Ce développeur américain et « artiste de données » de la société de cartographie sur Internet Mapbox déclare avoir repéré 10 millions de tweets chaque jour dans le monde grâce à la géolocalisation. Ces données correspondent à des informations collectées pendant trois ans et demi.

La carte permet de zoomer (voir en bas de l’article), ce qui nous pousse tout naturellement à observer la densité des points verts sur l’agglomération bordelaise.

Tout porte à croire que Bordeaux est une des villes françaises les plus actives sur twitter : le compte de la Ville est à la 3e place à l’échelle nationale avec 59 085 abonnés (147 042 pour Paris et 59 380 pour Toulouse) ; et le nombre d’abonnés Twitter a augmenté de 7% en juin 2014, plaçant la Gironde au 9e rang des départements français.

Les touristes et les voyageurs d’abord

L'aéroprt de Bordeaux-Mérignac sur la carte (capture écran)
L’aéroprt de Bordeaux-Mérignac sur la carte (capture écran)

Sur la carte d’Eric Fisher, ce ne sont pourtant pas les Bordelais qui semblent envoyer le plus de tweets. Si on en croit la densité des points verts autour des monuments historiques, la gare Saint-Jean ou l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, ce serait plutôt les touristes et les voyageurs.

S’il n’est pas exclu que des Bordelais fassent partie des voyageurs, la place de la Victoire, les Quinconces, le miroir d’eau et la place de la Bourse ont tout l’air de briller en vert grâce à ceux venus visiter la capitale girondine. On peut également supposer, bien que la précision de la géolocalisation ne soit pas absolue, que les points verts qui flottent sur l’eau de la Garonne soient les tweets des touristes venus en bateaux de croisière nombreux sur la port de la Lune.

Les étudiants ensuite

La densité des points verts sur la ligne B du tramway qui relie le centre-ville au domaine universitaire de Talence – tout comme la densité sur la place de la Victoire – laisse penser que les étudiants sont de grands twittos. Certes, ce constat repose sur la question générationnelle qui fait du réseau social un outil de son temps. Mais l’on peut souligner également que la nouvelle génération raffole surtout des smartphones et se donne les moyens d’en avoir.

A noter enfin que les zones où se concentrent les bureaux, les centres d’affaires, les activités dans les nouvelles technologies et le numérique sont plutôt sombres et l’activité twitter est assez discrète. C’est bien connu, tweeter est une activité chronophage qui s’accorde plus avec les moments de détente et de promenade comme on peut le constater sur les quais aménagés de la rive gauche, bien verts sur la carte.


#tourisme

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

Plus d'options