Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Cinéma : une affaire qui tourne en Aquitaine
Culture 

Cinéma : une affaire qui tourne en Aquitaine

par Simon Barthélémy.
Publié le 20 février 2015.
Imprimé le 28 novembre 2021 à 01:18
11 410 visites. 6 commentaires.
Adèle Haenel et Kévin Azaïs dans "Les combattants", film tourné en Gironde et dans les Landes, nominé 9 fois aux Césars (DR)

Adèle Haenel et Kévin Azaïs dans « Les combattants », film tourné en Gironde et dans les Landes, nominé 9 fois aux Césars (DR)

La cérémonie des Césars pourrait mettre ce vendredi le cinéma aquitain sous les projecteurs : 4 films soutenus par la région sont nominés 15 fois, dont un duel dans la catégorie meilleur film entre « Les Combattants » et « Eastern Boys ».  Les raisons d’une réussite inédite.

Que « Les combattants » en repartent couverts de gloire ou bredouilles, la 40e cérémonie des Césars sera quoiqu’il en soit historique pour ce film tourné en Aquitaine (dans la forêt des Landes, à Lacanau, Mimizan…). Il est en effet nominé 9 fois, et dans les catégories les plus prestigieuses : meilleurs film, premier film, réalisateur (Thomas Cailley), scénario original, meilleur actrice (Adèle Haenel)…

Au total, trois long-métrages soutenus financièrement par la région Aquitaine cumulent 15 nominations, dont « Eastern Boys », de Robin Campillo, dans la catégorie meilleur film, « Fidélio, l’Odyssée d’Alice », en lice pour le César du meilleur premier film. A ces films s’ajoute « Inupiluk » de Sébastien Betbeder, nominé dans la catégorie meilleur court-métrage.

« D’habitude, on avait une ou deux nominations, mais là 15 autour de plusieurs films, c’est exceptionnel, souligne Frédéric Vilcocq, conseiller technique en charge de la culture à la région Aquitaine. Cela récompense notre travail de soutien à des nouvelles générations de réalisateurs, on est plutôt fiers. Surtout que ce sont de vraies réussites, public et critiques : alors que les films que la région soutient franchissent la barre des 100 000 spectateurs quand ils marchent bien, “Les combattants” en a rassemblé 400 000, et pourrait ressortir en salle s’il est primé aux Césars. »

Quatrième région du cinéma français

Comme le rappelle dans un communiqué Alain Rousset, président de la Région, l’Aquitaine a été « la première des régions françaises à mettre en place un fonds de soutien, dès 1986 ». Résultat, elle est aujourd’hui la quatrième région pour le nombre de tournages (derrière l’Île-de-France, PACA et Rhône-Alpes) : 12 long-métrages ont été tournés en 2014 en Aquitaine, dont 5 soutenus par la région, également 4e pour l’aide financière accordée au cinéma (Nord-Pas de-Calais remplaçant PACA sur le podium dans cette catégorie).

Avec 3,7 millions d’euros de soutien à la filière audiovisuelle, dont 800 000 destinés à la création de long-métrages, l’Aquitaine reste toutefois loin de la région francilienne, qui y consacre 15 millions d’euros.

Mais elle dispose d’outils reconnus, comme Ecla et les Bureaux d’accueil des tournages, financés par les conseils généraux, et présents dans tous les départements aquitains.

« L’argent public ne doit pas financer les blockbusters »

Et « depuis 5 ans, poursuit Alain Rousset, la Région a éditorialisé son fonds de soutien, par une sélectivité orientée vers des premiers et deuxièmes films de jeunes réalisateurs garantissant l’engagement en faveur d’une création plurielle et identifiant l’Aquitaine comme un territoire favorisant l’émergence de nouveaux talents. »

« On considère que l’argent public ne doit pas servir à financer les blockbusters, précise Frédéric Vilcocq. Des films à 6 ou 7 millions d’euros de budget comme “Camping” ou “Les petits mouchoirs”, également tournés dans la région, n’ont pas besoin de nous pour voir le jour. »

Le coup de pouce peut atteindre 200 000 euros sur un budget de près de 2 millions dans le cas des Combattants, par exemple. Une aide minoritaire, mais décisive, comme l’explique Frédéric Vilcocq :

« Les premier et deuxième long sont très difficiles à monter financièrement. Souvent, quand une région s’est positionnée, cela fait effet de levier, et aide à boucler les budgets en incitant le CNC (centre national du cinéma) et les chaines de télé (Canal+, Arte, France télévisions) à miser aussi dessus. En outre nous avons choisi de maintenir l’aide à l’écriture, dont a bénéficié “Les combattants”. Il est essentiel d’être présent sur cette phase pour découvrir des jeunes scénaristes, et aider les projets à voir le jour : un  film mal écrit aura du mal à se défendre devant les commissions. »

"Lamb", un film tourné en Ethiopie, mais soutenu par la région Aquitaine (DR)

« Lamb », un film tourné en Ethiopie, mais monté à Bordeaux, et soutenu par la région Aquitaine (DR)


Parcours des Combattants

Celles-ci se multiplient avec l’afflux de demandes de subventions, poursuit Frédéric Vilcocq :

« Quand une région est accueillante, les demandes explosent. Nous avions 50 dossiers de long-métrages par an il y a quelques temps, on dépasse aujourd’hui les 150. Cela nous a obligé à modifier nos comités de sélection, composés d’experts payés ayant un double regard, artistique et économique sur la viabilité des budgets. Les films présélectionnés sont ensuite auditionnés par un jury. »

Un vrai parcours des Combattants… Mais il peut garantir l’appui des pouvoirs publics de A à Z, de l’écriture à la défense du film à sa sortie, en passant bien sûr par l’aide logistique sur les tournages. Celle-ci s’avère précieuse dans une région très prisée des cinéastes

« Il y a tout ce qu’il faut ici comme décors naturels : le Bassin, les plages, la forêt, les châteaux et vignobles, l’architecture XVIIIe à Bordeaux… rappelle Frédérique Kohler, responsable du Bureau d’accueil des tournages de la Gironde. Le tout proche de Paris, et avec une mise à disposition d’une base de données de techniciens sur tous les postes. Au début, les équipes de tournages prenaient tout le monde avec elles, y compris des assistants. Aujourd’hui, nous avons sur place des gens de bon niveau y compris à des postes importants comme la régie ou les décors. »

De 4 à 12 euros de retours sur investissement

La filière du cinéma fait vivre 3000 personnes dans la région. En 2011, une étude d’Ecla montrait les retombées économiques importantes d’un tournage, indique Frédéric Vilcocq :

« On estime que le retour réel en cash est en gros de 12 euros pour un euro investi dans une fiction télé récurrente, comme “Mongeville”, “Famille d’accueil”, “Section de recherche” ou “Vestiaires” (tournée à Bègles), parce que cela nécessite une filière structurée sur place. Le retour n’est que de 4 ou 5 euros pour les long-métrages, car les réalisateurs ont souvent une équipe déjà constituée, avec leurs chefs opérateurs et leurs caméramans, et embauchent plutôt des deuxièmes cercles de techniciens et d’assistants. C’est presque le retour image qui est le plus important. »

Beaucoup de curieux viennent en effet visiter les lieux de tournages, comme a pu le vérifier Frédérique Kohler après la sortie de “La bicyclette bleue” réalisé autour de Bordeaux, ou celle des “Petits mouchoirs” filmé sur le Bassin d’Arcachon.

Ces questions d’image intéressent vivement des départements comme la Dordogne ou le Pays-Basque, qui soutiennent directement la création cinématographique : avec 100 000 euros d’aide en 2014, le Lot-et-Garonne a obtenu le tournage de deux long-métrages l’an dernier (« Les ogres » et « Coup de chaud »). Les Landes, elles, se positionnent sur les court-métrages, avec des résidences à Contis.

Attirer les coproductions étrangères

Et la région Aquitaine espère désormais attirer des tournages de films coproduits à l’étranger, dans la ligne de son soutien au « Pasolini », d’Abel Ferrara, puis à « Lamb », de Dublin Films, basée à Bordeaux. Pour cela, elle va lancer une étude sur leurs besoins techniques sur place, signale Frédéric Vilcocq :

« Une coproduction étrangère a besoin de pouvoir faire de la postproduction sur le territoire, et il faut qu’on réussisse à investir ce champ là. Nous n’avons par exemple pas d’entreprises assez équipées pour faire le mixage son. Mais ces technologies coûtent cher, et si on met de l’argent public il faut être sûr que ces investissements tiennent la route. D’autres ont essayé sans succès de le faire par le passé, comme Toulouse, qui devait accueillir un des plus grands studios au monde. »

Pour l’Aquitaine, l’animation est un autre axe de développement qui s’impose : la fusion prochaine de la région avec Poitou-Charentes va rapprocher les studios d’Angoulême des sociétés locales, comme I can fly, à Bègles. En matière de cinéma, la région peut désormais se projeter.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, cofondateur de Rue89 Bordeaux

En BREF

Le port du masque à l’école redevient obligatoire dans toute la Nouvelle-Aquitaine

par La Rédaction. 483 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

140 événements pour l’égalité et la diversité à Bordeaux Métropole

par Victoria Berthet. 463 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’exercice d’évacuation près de la centrale nucléaire du Blayais, « une mauvaise plaisanterie »

par La Rédaction. 964 visites. 2 commentaires.
×