Les métiers verts recrutent en Aquitaine
Economie  Société  Vie pratique 

Les métiers verts recrutent en Aquitaine

actualisé le 10/11/2015 à 11h52

Gemmeur, un ancien métier qui revient au goût du jour dans les massifs forestiers d’Aquitaine. (Arnaud David/flickr/CC)

Voici des secteurs porteurs pour les futurs bacheliers, et les autres : les métiers de l’environnement permettent d’accueillir des profils différents – manuels, scientifiques, créatifs, entrepreneurs… Mais ils sont souvent mal connus, et n’attirent pas les jeunes malgré de vrais besoins en Aquitaine. Petit tour d’horizon des métiers et formations.

Avec l’explosion de la filière du solaire, l’Aquitaine était en tête des régions créatrices d’empois verts en 2009. Aujourd’hui en quatrième position, la région offre encore de nombreuses opportunités dans ce domaine. Les métiers de l’environnement recouvrent de nombreux secteurs d’activité tels que l’agriculture, la forêt, la gestion de l’eau et des déchets, l’énergie, la construction ou encore le tourisme. Le dénominateur commun : un attrait pour la nature.

Les métiers de l’environnement peuvent être séparés en deux groupes :

– Les nouveaux métiers dit « verts », répondant à de nouvelles normes environnementales ou émanant du développement des éco-activités. On y retrouve les métiers directement liés à l’environnement touchant à la biodiversité, ou au traitement de l’eau et des déchets, mais aussi des métiers de l’innovation comme dans le secteur des énergies renouvelables. Dans la filière du bois, la tendance est au retour d’anciens métiers.

– Les métiers dits « verdissants » sont des métiers qui ont intégré une composante développement durable. Dans le bâtiment, les métiers de l’isolation et de la maîtrise de l’énergie embauchent. Dans l’industrie, la chimie durable s’occupe entre autres de l’élaboration de biocarburants.

La production, distribution d’énergie et d’eau ainsi que l’assainissement et le traitement des déchets regroupent la majorité des emplois dans l’environnement en Aquitaine. Deux grandes filières de production marquent aussi l’identité du territoire : le secteur du vin et celui de la forêt, du bois et du papier. L’Aquitaine est recouverte à plus de 40% par la forêt et est aussi la première région vitivinicole de France. De nombreuses professions sont en tension (difficulté de trouver du personnel compétent) dans ces secteurs.

1 – Des filières porteuses en Aquitaine
2 – Des métiers qui embauchent

Des filières porteuses en Aquitaine

La région Aquitaine voit naître des pôles de compétitivité (ou clusters) et de compétences dans les filières accompagnant le développement durable. La synergie entre entreprises, centres de recherche et d’études dynamise l’innovation.

L’énergie

Le potentiel du secteur de la méthanisation en Aquitaine a été dévoilé très récemment. En pleine professionnalisation, il représente 35% des emploi créés entre 2008 et 2014 dans les métiers de l’environnement de la région, selon les chiffres de l’Observatoire de l’investissement. Le processus vise à utiliser les déjections animales et les déchets verts pour produire de l’énergie.

Le solaire reste un secteur porteur, dynamisé par le cluster SYSOLIA créé en 2011 en Aquitaine. Il regroupe des industriels, des laboratoires de recherche et des plates-formes d’innovation technologique.

En troisième position des métiers générateurs d’emplois entre 2008 et 2014, la géothermie. Les géosciences en Aquitaine comptent nombre d’entreprises, chercheurs et une vingtaine de formations. Le pôle de compétitivité Avenia prépare la transition énergétique par l’exploitation durable du sous-sol et des ressources fossiles.

Toujours dans le domaine de l’énergie, le secteur éolien est, lui, porté par la zone industrialo-portuaire du Verdon, en Gironde. Le cluster Eolien Aquitain a été aussi crée en 2010 pour développer une offre de formation et des projets économiques.

Agriculture, agroalimentaire, vitiviniculture

Dans la région, nombre de métiers en tension dépendent du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Les agriculteurs salariés et ouvriers agricoles, ainsi que des ouvriers non-qualifiés des industries agroalimentaires sont très recherchés.

Enfin, le secteur vitivinicole, bien que premier exportateur en région Aquitaine, peine à recruter. Cavistes, conducteurs d’engins viticoles, agent de ligne d’embouteillage, viticulteurs et cueilleurs, 5 000 emplois dans le secteur viticole se profilent sur les cinq années à venir. Le cluster Inno’vin vise à promouvoir une viticulture durable, la qualité et la typicité des vins, mais aussi le recours aux nouvelles technologies.

Construction

Après le nettoyage des espaces urbains et l’entretien des espaces naturels, les métiers verts les plus demandés par les entreprises portaient sur les travaux d’étanchéité et d’isolation en 2012. Le pôle de compétences CREAHd (Construction Ressources Environnement Aménagement et Habitat durable) donne un aperçu du réseau de la construction durable dans la région.

Forêt, bois

La région Aquitaine possède le plus grand massif forestier cultivé d’Europe avec 1 million d’hectares de pins maritimes. Le secteur du bois, dont l’exploitation est à la fois diverse et innovante, recrute. Le pôle Xylofutur s’intéresse à la gestion et l’exploitation des forêts cultivées, mais aussi dans les filières de la construction, de l’amélioration de l’habitat, de la décoration, de l’emballage et de la gestion raisonnée des espaces forestiers. La chimie du végétal est également un domaine porteur en rapport avec la forêt. Sur la période 2015-2017, 400 emplois seraient à venir dans la chimie en Aquitaine.

Des métiers qui embauchent

Entrepreneur de travaux forestiers

  • Missions : Il participe à la gestion durable des forêts en réalisant des travaux à toutes les étapes d’existence de la forêt. Il doit préparer le sol, planter, améliorer la qualité individuelle des arbres, abattre manuellement ou à l’aide de machines, ébrancher et débiter les arbres. Amateur du grand air et du contact avec la nature, l’entrepreneur de travaux forestiers doit avoir une bonne connaissance des essences d’arbres ainsi que des compétences administratives et techniques.
  • Formation en Aquitaine : le CFPPA de Bazas propose un brevet professionnel (BP) agricole « Travaux forestiers » à intégrer avant le bac et un BP « Responsable de chantiers » accessible à niveau bac, d’une durée de 2 ans. Pour les bac+2, le centre de formation dispose aussi d’un BTS agricole Gestion forestière par apprentissage.
  • Alternatives : A Bazas, le brevet professionnel agroéquipement en alternance ou contrat de professionnalisation permet de devenir mécanicien agricole et forestier. Le métier de gemmeur, disparu dans les années 80, revient en forêt des Landes de Gascogne. Il consiste à faire des entailles dans les pins pour extraire la résine. Cette opération ne s’étalant que sur 6 mois, il faut donc doit avoir une activité complémentaire (entretien forestier, emploi dans la sylviculture, sciage, distillation de la résine…).

 Rudologue

  • Missions : Typiquement ce que l’on peut appeler un « métier vert ». Cet auditeur en écologie est spécialiste de la gestion des déchets industriels ou ménagers et de la prévention des pollutions de l’environnement. Il surveille les installations (station de désintoxication, centre d’enfouissement, station d’épuration…) pouvant provoquer des nuisances sur l’environnement, analyse la production des déchets et les nuisances qu’ils génèrent, et propose des solutions.
  • Formation en Aquitaine : Le master spécialisé Management de la Qualité, de la Sécurité et de l’Environnement (1 an) du CESI (centres d’études supérieures industrielles) est accessible à Bac + 5 (après un diplôme d’ingénieur) ou bac + 4 avec 3 ans d’expérience. Le site d’études est situé à Blanquefort et l’alternance ou un contrat de professionnalisation sont possibles.

Technicien constructeur bois

  • Missions : Il intervient en atelier et sur des chantiers pour fabriquer et mettre en œuvre des ouvrages de structure, d’ossature et de charpente en bois ou en matériaux dérivés du bois. Il peut travailler en en entreprises artisanales ou industrielles et doit s’adapter aux normes de construction et aux attentes des clients.
  • Formation en Aquitaine : Le bac pro « Technicien Constructeur bois en contrat d’apprentissage » du CFA Bois et habitat est situé à Blanquefort. Le Lycée Haroun Tazieff de Saint-Paul-les-Dax offre également cette formation.
  • Alternatives : Pour accéder à des postes dans la conception et gestion des chantiers, la poursuite d’études peut s’orienter vers un BTS SCBH (systèmes constructifs bois et habitat) au CFA Saint-Paul-les-Dax. Puis avec la licence professionnelle « Bois construction » (accessible à bac+2), le chef de projet construction bois gère des ouvrages plus complexes.

Ingénieur en méthanisation

  • Missions : Le but de ce nouveau métier est de transformer des déchets biodégradables (boues de stations d’épuration, fumier ou lisier des exploitations agricoles, bio-déchets municipaux, eaux usées rejetées par les industriels, etc.) en biogaz et en compost. Ce biogaz peut être ensuite transformé en électricité et/ou en chaleur servant à chauffer des maisons, des immeubles, des usines. Cet ingénieur peut être employé par des bureaux d’études ou des constructeurs de centrales biomasse afin d’accompagner les différents acteurs (des agriculteurs par exemple) concernés par ce projet complexe.

Paysagiste 

  • Missions : Il suit les projets d’aménagements paysagers, de l’étude préalable initiale à la fin de leur réalisation. Créant ou rénovant des espaces verts, il doit avoir un côté manuel, être créatif dans la réalisation de plans et réaliser de tâches administratives. Un paysagiste peut exercer au sein d’une entreprise de travaux paysagers ou au sein du service espaces verts d’une collectivité locale ou d’un syndicat intercommunal.
  • Formation en Aquitaine : Le bac pro « Aménagements paysagers » du GFA Agricole de la Gironde, à Blanquefort, propose une formation de 2 ans en alternance. Pour poursuivre, le BTSA « Aménagements paysagers » peut être envisagé.

Opérateur des industries du recyclage

  • Missions : Ce professionnel est qualifié pour gérer l’environnement et transformer des matières recyclables en matières premières. Ses principales fonctions sont la réception et le contrôle de la matière entrante, la préparation et les tris, le conditionnement et le stockage de la matière traitée, la maintenance des machines et des matériels et enfin le contrôle qualité des produits sortants.
  • Formation en Aquitaine : Le CAP « Propreté de l’Environnement Urbain – Collecte et Recyclage » (2 ans) au CFA des Métiers de l’Environnement Artigues-près-Bordeaux peut être effectué en alternance (3 semaines en entreprise, 1 semaine au CFA) après la classe de troisième.

Responsable des activités en œnotourisme

  • Missions : C’est un des métiers prometteurs en Aquitaine, notamment porté par la Cité des Civilisations du Vin qui prévoit la création de 750 emplois. Cette profession est à la fois formée en viticulture-œnologie et en hôtellerie-tourisme. La pratique des langues étrangères est vivement encouragée.
  • Formation en Aquitaine : La Licence professionnelle Hôtellerie et tourisme spécialité œnotourisme est partagée sur deux sites : l’Institut des sciences de la vigne et du vin de Villenave-d’Ornon et le Lycée d’hôtellerie et de tourisme de Talence. Avant, une licence 2 en sciences biologiques, géographie, langues étrangères appliquées, un BTS ou DUT tourisme, un BTS hôtellerie-restauration ou responsable hébergement à l’international, un BTS viticulture-œnologie, technico-commercial des vins et spiritueux.

Alternative : Le secteur vitivinicole recherche également des agents viticoles tractoristes. L’EPLEFPA de Bordeaux Gironde le BTSA viticulture œnologie pour ce métier. Œnologue, sommelier (MC sommellerie d’un an à Bergerac au Lycée professionnel Jean Capelle ou au CFA Lycée pro de Gascogne à Talence) et viticulteur (le CFA Blanquefort propose un CAP en tonnellerie) sont également des métiers où il manque du personnel.

L'AUTEUR
Margaux Lacroux
Margaux Lacroux
Journaliste en devenir à l'ISIC de Bordeaux

En BREF

Manif du 8 mars à Bordeaux : des meufs, des keufs et des violences policières

par Baptiste Giraud. 3 515 visites. 2 commentaires.

8 mars : Les Bordelaises dans la rue pour faire entendre leurs droits

par Baptiste Giraud. 935 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Acte 17 : un « village jaune » le temps d’un week-end à Bordeaux

par Baptiste Giraud. 4 800 visites. Aucun commentaire pour l'instant.