Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Transports en commun : un enjeu de développement pour les territoires
Tribune 

Transports en commun : un enjeu de développement pour les territoires

par Tribune.
Publié le 7 juillet 2015.
Imprimé le 07 décembre 2021 à 09:26
15 517 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
Le chantier du pont Beyerman, à Bruges, sur lequel passera le tram-train du Médoc (DR)

Le chantier du pont Beyerman, à Bruges, sur lequel passera le tram-train du Médoc (DR)

3voix_tribune_Les questions de l’accès au Grand Stade et des dessertes de la future LGV Paris-Bordeaux soulignent le rôle fondamental des transports pour désenclaver les territoires, analyse Sandrine Doucet, la député PS de la première circonscription de la Gironde. 

La question des transports en commun a toujours été très prégnante dans la 1ère circonscription, et à Bordeaux en général, en raison des différents travaux opérés sur le réseau, mais également de la hausse de l’étalement urbain. L’actualité récente est revenue, à travers deux cas, sur l’importance des problématiques de transport et leur rôle fondamental pour désenclaver les territoires.

L’accès au Grand Stade à revoir

Tout d’abord, la question de l’accès au Grand Stade de Bordeaux, qui avait d’ailleurs été soulevée, dès les premières phases de discussion, par de nombreux élus socialistes : l’emplacement choisi par la Ville pour cette nouvelle infrastructure se situe en effet dans une zone difficilement accessible par la route et insuffisamment desservie par les transports en commun. Cela occasionne logiquement, et de façon fort prévisible, des situations d’engorgement insupportables pour les spectateurs, comme on a pu le constater lors des premiers matchs…

Même si des trams supplémentaires et des navettes ont été prévus pour transporter le public les soirs d’évènements, la densité de la foule est telle que les conditions de transport sont loin d’être optimales.

Future LGV : la gare Saint-Jean au cœur de l’intermodalité

Autre sujet récent : la desserte de la gare Saint-Jean, qui devient un enjeu capital dans la perspective de l’arrivée de la LGV en 2017. Lisea, la société concessionnaire en charge de l’exploitation de la ligne, estime que la nouvelle ligne Paris-Bordeaux devrait générer plus de 20% de hausse de fréquentation. L’arrivée de cette dernière provoque assez logiquement une forte attente au sein des territoires, puisque davantage de ménages et d’entreprises anticipent cet « effet LGV ».

Dès lors, si l’on veut encourager l’usage du train, aussi bien pour les passagers résidant sur Bordeaux que ceux venant des communes avoisinantes, il est primordial de permettre un accès simple et rapide à la gare. L’intermodalité constitue, ici, l’enjeu central.

En effet, lors d’échanges entre la société concessionnaire et les parlementaires concernés par le tracé et la desserte de la LGV, il est apparu que la stratégie commerciale pour Bordeaux s’appuyait principalement sur un report vers la gare des 1,5 millions de passagers annuels qui prennent l’avion vers Paris. Il est évident qu’un tel transfert ne sera possible que si le réseau de transports en commun est en capacité d’assumer cette nouvelle liaison de manière fluide et efficace. Sans quoi, le niveau de saturation de la rocade et les difficultés d’accès à la gare inciteront toujours à privilégier l’aéroport, plus facilement accessible en voiture…

De nouveaux chantiers de tram sur la 1ère circonscription

Les citoyens ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et plusieurs associations se sont mises en place pour défendre les différents projets d’extension ou de création de ligne de tram et/ou bus. Car les solutions existent ! Afin de limiter le « tout voiture », et les inévitables problèmes de circulation, d’embouteillages et de stationnement que cela occasionne, le développement de l’offre de transports en commun est impératif pour répondre aux besoins des usagers.

Le quadrant Nord-Ouest de la métropole, sur lequel ma circonscription est située, est particulièrement touché par ces questions, puisque 80 000 personnes seront concernées par ces transformations.

La création de la ligne D vers Eysines, via le Bouscat, ainsi que la ligne de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) vers Saint-Médard-en-Jalles, qui passe par Caudéran, et enfin l’extension de la ligne C vers Blanquefort et Parempuyre, via Bruges, sont autant de solutions qui doivent contribuer à désenclaver durablement cette partie du territoire, en la rattachant aux mobilités convergentes vers la gare. En la rattachant aux mobilités convergentes vers la gare, la ligne D bénéficiera ainsi d’une fréquentation accrue.

La première réunion de concertation du BHNS, qui pourra accueillir davantage de passagers et disposera d’un couloir de circulation dédié, a eu lieu récemment à Eysines, afin d’entamer les discussions sur le tracé proposé.

La création de la ligne D du tram a été actée par une délibération du Conseil de CUB en date du 6 novembre 2009 : le projet doit s’étendre vers le Bouscat, Bruges, puis Eysines à l’horizon 2025. Enfin, l’extension de la ligne C (qui se traduira concrètement par la mise en place du tram-train) est actuellement le chantier le plus avancé.

Toutefois, le recours initialement porté par l’association Trans’Cub devant le Tribunal Administratif, contre les projets des lignes C et D, génère une incertitude quant à l’issue des chantiers, et leur éventuelle date de livraison. En effet, si le chantier du tram-train se poursuit, puisque la Métropole a demandé à bénéficier d’un sursis à exécution en attendant la décision finale de la Cour Administrative d’Appel, les travaux de la ligne D, moins avancés, ont quant à eux été immédiatement stoppés.

Un outil crucial pour le développement des territoires

Au-delà d’un simple moyen de transport pour se rendre sur un lieu spécifique, le tram ou le bus servent aussi et surtout à désenclaver des quartiers. Comme le soulignait très justement un article paru récemment sur ce site, l’extension de la ligne C du tram jusqu’au Parc des Expositions a permis – en partie – d’ouvrir l’accès à des secteurs autrefois relégués au rang de quartiers « ghettos », comme les Aubiers.

Même si les transports ne font pas tout, et que la création de lien social reste indispensable, ils n’en demeurent pas moins un élément essentiel de développement urbain, et permettent une meilleure intégration à ces quartiers en plein dynamisme démographique.

L'AUTEUR
Tribune
Tribune
Espace ouvert : les textes publiés ici engagent la responsabilité de leurs auteurs

En BREF

Trois immeubles, dont un risquant de s’effondrer, évacués à Bordeaux

par Simon Barthélémy. 1 334 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Un sapin en verre, des illuminations LED et des animations gratos pour Noël à Bordeaux

par Victoria Berthet. 3 274 visites. 5 commentaires.

Covid-19 : l’épidémie s’emballe en Gironde, le port du masque de nouveau obligatoire à Bordeaux

par Victoria Berthet. 1 958 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×