Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
659 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Le mystère s’épaissit autour d’un bébé sauvé d’une rafle en 1944

A lire sur francebleu.fr

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Le mystère s’épaissit autour d’un bébé sauvé d’une rafle en 1944

A LIRE SUR FRANCEBLEU.FR

(capture d'écran)
(capture d’écran)

C’est une recherche familiale et romanesque qu’effectue l’écrivain Alexandre Révérend depuis plus d’un an. Tout part du témoignage de l’épouse de Pierre Barrère, décédé en 2012. L’ancien maire de Soustons (Landes) et résistant durant la seconde guerre mondiale lui aurait raconté un épisode marquant de l’époque. Le 10 janvier 1944, sur le quai de la gare de Bordeaux, une femme qui va être déportée lui confie son nourrisson. Le résistant d’à peine vingt ans, le donne à une autre femme présente sur le quai. L’enfant évite les camps de la mort et disparaît des registres.

Alexandre Révérend croit reconnaître un grand cousin, Roland-Max Guerstein. Ce dernier n’a pas laissé de trace dans l’arbre généalogique. La mère de Roland-Max, sœur du grand-père d’Alexandre Révérend, a été déportée avec son mari et son autre fils Serge. Les parents étaient commerçants à Bègles.

Appel lancé, tombe retrouvée

En septembre dernier, à l’occasion de l’inauguration d’une rue Guerstein à Bègles, il lance un appel pour retrouver celui qu’il espère encore vivant. Seulement, le témoignage est démenti. Une tombe au nom de Roland-Max Guerstein a été retrouvée récemment au cimetière juif de Bordeaux. L’enfant serait mort en 1930. En revanche, l’identité de cet enfant qui a échappé à la rafle de 1944 reste inconnue.


#Bègles

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options