Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Des produits bio à l’origine de l’intoxication des écoliers du Blayais ?
Ecologie  Société 

Des produits bio à l’origine de l’intoxication des écoliers du Blayais ?

par Walid Salem.
Publié le 10 mars 2016.
Imprimé le 03 octobre 2022 à 04:14
8 933 visites. 4 commentaires.
L'école de Villeneuve-de-Blaye où des enfants auraient été intoxiqués par les traitements la vigne (XR/Rue89 Bordeaux)

L’école de Villeneuve-de-Blaye où des enfants ont été intoxiqués par les traitements la vigne (XR/Rue89 Bordeaux)

La Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) de la Gironde accuse une exploitation agricole en bio d’être à l’origine de l’intoxication des écoliers de Villeneuve-de-Blaye. Elle évoque une enquête d’État « qui tarde à sortir ».

C’est un communiqué de presse datant du 1er mars qui a mis le feu aux poudres. La Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) de la Gironde y appelle à se méfier des « fausses bonnes idées » faisant allusion à la pétition visant à traiter en bio à proximité des lieux sensibles remise au Préfet de la Gironde par Marie-Lys Bibeyran du Collectif Info Médoc Pesticides :

« Preuve en est que le point de départ de la polémique, en 2014, concernait un épandage de soufre à proximité d’une école de Villeneuve de Blaye, sur une exploitation conduite en agriculture biologique. »

Aussitôt, plusieurs organisations anti-pesticides – Générations Futures, Collectif Info Médoc pesticides, Confédération Paysanne 33, Les Amis de la Terre Gironde, Collectif Alerte Pesticides Léognan, Vigilance OGM 33 – dénoncent « une rumeur soigneusement entretenue par la FNSEA afin d’essayer de disculper les pesticides de synthèse » et demandent « instamment à la FNSEA de diffuser un démenti, à tous les niveaux de son organisation et publiquement, afin que cessent ces rumeurs ».

Des conclusions « en off »

Par ailleurs, ces organisations demandent à l’Agence Régionale de Santé (ARS) de « rendre public un document afin que les faits soient clairement connus de tous ». Ce document interne, révélé par l’émission « Spécial Investigation » de Canal+, précise que « des tracteurs ont répandu le jour même des produits fongicides secondairement identifiés (par le centre anti-poison du CHU de Bordeaux) contenant les substances actives suivantes le mancozèbe, le mefenoxam , la spiroxamine. […] Les effets connus des fongicides identifiés sont concordants avec les symptômes décrits par les enfants et personnels de cette école. »

Contacté par Rue89 Bordeaux, Jean-Louis Dubourg, président de la FDSEA, maintient les propos de sa fédération :

« Les conclusions d’une enquête demandée par les services de l’État révèlent que le traitement de la vigne de l’une des deux exploitations bio voisines est à l’origine des intoxications des écoliers de Villeneuve-de-Blaye. Mais ces conclusions tardent à sortir et à être révélées au grand public. J’en ai eu connaissance en off. »

Interrogé sur l’impact de l’incident, relayé au niveau national par les médias et les émissions d’investigation, Jean-Louis Dubourg accuse « des organisations de vouloir exploiter cette affaire », minimisant la nature de l’intoxication puisque « tout le monde est rentré chez lui le soir même ».

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

« Bordeaux fête le vin » tous les ans, et la fête du fleuve en stand by ?

par La Rédaction. 418 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’opposition Renouveau Bordeaux demande à la Ville de « reprendre la main sur la propreté »

par Victoria Berthet. 594 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le squat de la rue Gravelotte expulsé en moins de 24 heures par les forces de l’ordre

par Victoria Berthet. 566 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×