Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
663 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Les revendications des éboueurs de Bordeaux Métropole à la poubelle ?

Malgré 11 jours de grève en pleine fêtes de la musique, du vin et du foot, les éboueurs de Bordeaux Métropole n’ont pas obtenu gain de cause. Le conseil métropolitain est resté droit dans ses bottes. Plus aucune négociation n’aura lieu.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Les revendications des éboueurs de Bordeaux Métropole à la poubelle ?

Ces mots d'amour pour les éboueurs dans le quartier Saint-Michel ont disparu durant le week-end (XR/Rue89 Bordeaux)
Ces mots d’amour pour les éboueurs dans le quartier Saint-Michel ont disparu durant le week-end (XR/Rue89 Bordeaux)

Le mouvement social des agents de Bordeaux Métropole touche à sa fin. Ce lundi, la collecte de jour est entièrement assurée. Pour celles de nuit, une sur 11 a eu lieu. La reprise se fait petit à petit pour le service propreté. Les déchetteries sont quant à elles toutes fermées. L’épilogue de cette grève débutée le 21 juin dernier pour combattre « le mal-être dans les services depuis la mutualisation » se fait dans la douleur.

Après onze jours de mobilisations fortement médiatisées, le moral n’est pas là à écouter Raymond Léglise, secrétaire général de FO :

« Les agents ont beaucoup d’amertume vu la manière dont ils ont été considérés. De l’amertume, c’est même faible, certains sont encore en colère. »

L’appel lancé par son syndicat et la CGT a certes été entendu, suivi, visible mais vain.

Rapport de force

Un retour en arrière s’impose. La détermination est du côté des grévistes. Au deuxième jour de grève, les cadavres de bouteilles et les sacs plastiques sont déjà bien installés dans le paysage bordelais alors la fête de la musique est passée par là. Le lendemain, FO revendique 95% de grévistes mais l’info est occultée par ces sacs de détritus éventrés et déversés dans les rues de la ville. « Inadmissible » s’indigne Alain Juppé qui accuse les salariés qui ne font pas preuve de syndicalisme mais d’ « hooliganisme ». Les syndicats nient toute responsabilité.

Cette attaque du maire de Bordeaux reste encore à ce jour en travers de la gorge de Raymond Léglise  :

« Honnêtement, les agents ne sont pas des voyous. Quand Alain Juppé parle des agents de la métropole comme ça, ça n’a rien à voir avec ce qu’il s’est passé à Marseille. Il n’y a rien eu du tout. Il veut donner une image de présidentiable, c’est au détriment du reste. Il ne pouvait pas céder à des organisations syndicales. Céder aurait montré qu’il était faible. »

Le rapport de force s’est en effet rapidement durcit du côté de la métropole : des entreprises privées sont appelées à la rescousse et la Chambre d’industrie et du commerce met la main à la poche ; la menace de la réquisition de personnel par la préfecture est brandie.

Poubelles et touristes ont appris à se connaître rue Saint Rémi (DC/Rue89 Bordeaux)
Poubelles et touristes ont appris à se connaître rue Saint Rémi (DC/Rue89 Bordeaux)

L’heure des comptes

Au début du conflit, les organisations syndicales avaient dressé une longue liste de revendications : embauches supplémentaires, harmonisation par le haut du temps de travail et des indemnités entre éboueurs et agents de propreté, prise en charge de l’augmentation de la part mutuelle et indemnités compensatrice de repas.

Face à ces demandes, la Métropole accède à une prise en charge partielle (60%) de l’augmentation de la mutuelle (« nous l’envisagions aussi » précise Alain David, vice-président de la Métropole en charge des ressources humaines), la reconnaissance statutaire d’agents ayant des responsabilités, au remplacement des postes vacants.

« Aucune revendication n’a été satisfaite » souffle Raymond Léglise alors que sonne l’heure des comptes. Les syndicats espèrent un étalement des onze jours de grève au rythme d’un par mois, comme ce qui a été signé quelques semaines plus tôt à la suite du conflit chez Véolia. Le syndicaliste explique :

« Ceux qui ont fait grève à la métropole sont des petites catégories, des catégories C. Les copains sont dans la difficulté. Ce sont des petits salaries entre 1100 et 1500 euros par mois. Quand vous enlevez 50 à 60 euros par jours de grève sur des petits salaires, ça fait mal. Alors là ça va être 150 à 180 chaque mois alors qu’arrivent les vacances… »

Désaccords en série

Pour Alain David, les règles avaient été fixées à l’avance. Ce sera 3 jours par mois. Le maire PS de Cenon rejette la faute sur les choix faits par les organisations syndicales :

« Ce n’est pas nous qui avons choisi de mettre en avant ces services, jugés par les dirigeants syndicaux comme les plus aptes à obtenir satisfaction compte tenu de l’effet qu’ils ont sur la population. »

Il nie toute punition envers ces catégories mais trouve « très grave d’avoir voulu ternir l’image de la métropole alors que tous les projecteurs étaient tournées vers elle » avec la Fête du vin, l’Euro de football et la saison touristique.

Aucun accord n’a été signé jeudi dernier lors de leur dernière rencontre. Aucune nouvelle négociation n’est à prévoir. Il faudra du temps pour que la ville et son agglomération soient nettoyées. Mais même là, le désaccord existe : une semaine pour Alain David, deux pour Raymond Léglise qui promet déjà que ces collègues reviendront à la charge.


#Alain David

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


Une nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites prévue le 31 janvier à Bordeaux
Législatives : pari manqué pour la Nupes en Gironde ?
La gauche et les écologistes peuvent-ils gagner unis les législatives en Gironde ?

Photo : SB/Rue89 Bordeaux

Partager
Plus d'options