Confrontations dans la manif  anti-Loi Travail à Bordeaux
Politique  Société 

Confrontations dans la manif anti-Loi Travail à Bordeaux

actualisé le 06/10/2016 à 01h50

Scission forte entre la CGT et le cortège autonome. (XR/Rue89 Bordeaux)

Scission forte entre la CGT et le cortège autonome. (XR/Rue89 Bordeaux)

[+Vidéo] La 14ème journée de mobilisation contre la loi Travail devait permettre de compter les troupes. Elle a surtout montré le fossé qui inexorablement se creuse entre la tête de l’intersyndicale et des militants plus autonomes.

Parti de la place de la République à la mi-journée ce jeudi, le cortège interprofessionnel réunit plus de 2000 personnes. Au même moment, près de 500 personnes autour de la coordination des jeunes s’élancent de la place de la Victoire. Le premier marche à pas lent permettant au second de les rejoindre dans l’objectif d’atteindre ensemble la place de la Bourse.

Place Gambetta, les jeunes veulent prendre la tête du cortège. Ce n’est pas dans les plans, alors les esprits s’échauffent. Des poings se ferment – et ce n’est pas pour les lever et chanter l’Internationale.

Un militant condamné pour entrave au tramway

Nicolas, arrêté place Stalingrad le 14 juin à la suite d’une manifestation, a été condamné ce jeudi à une amende dépassant les 1000 euros. Jugé en parallèle de la manifestation, son procès a duré deux heures au tribunal correctionnel de Bordeaux. Il a été reconnu coupable d’entrave à la circulation du tramway et rébellion mais affirme toujours avoir obtempéré aux demandes policières de quitter les voies.

Les autonomes prennent finalement la place espérée. A l’entrée du cour de l’intendance (dont la traversée avait dû être négociée avec la préfecture), Force Ouvrière préfère quitter les rangs. En bas du cour, la secrétaire départementale de la CGT 33 Corinne Versigny stoppe la voiture du syndicat et tonne au micro :

« On va s’arrêter là ! On dissout la manif ici ! »

Graziella Danguy, secrétaire départementale de la FSU, conteste « une prise du pouvoir à la place des organisations majoritaires. »

Insultes

Nouveaux énervements. Des insultes – voire des coups – fusent entre cégétistes aux chasubles rouges et autonomes vêtus de noirs. Ces derniers repartent jusqu’à la place de la Bourse avec leur banderole : « Loi Travail – Abrogation ou insurrection ». Dans les slogans, on entend le traditionnel « Tout le monde déteste la police », le facétieux « Hollande retourne dans ton pays » et le grinçant « On entend plus chanter la CGT ».

Le cortège des autonomes s'est retrouvé bloqué place de la Bourse (XR/Rue89 Bordeaux)

Le cortège des autonomes s’est retrouvé bloqué place de la Bourse (XR/Rue89 Bordeaux)

Pourtant, quelques drapeaux du premier syndicat français flottent toujours près des jeunes. Ceux de Getrag, Ford, de l’inspection du travail, de la CPAM, Énergies sont là. La CNT et le collectif de lutte suivent aussi avec quelques camarades de Solidaires et de la FSU.

Place de la Bourse, un comité d’accueil policier attend puis entoure les 400 manifestants restants. Les tentatives d’y échapper échouent face à quelques gaz lacrymogènes lancés et flashballs menaçants. « Nassés » le long de la voie du tramway, les derniers manifestants sortent un à un en montrant patte blanche.

La CGT estime que 5000 personnes étaient présentes à Bordeaux, contre 1500 selon la police. Nationalement, les autorités ont dénombré 78000 manifestants contre 170000 pour la CGT. Entamer des procédures judiciaires et empêcher l’application de la loi en entreprise par la pression devraient désormais être les deux axes de l’opposition à la loi Travail.

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.

En BREF

#Enjeux2020 – Quelle gestion de l’eau à Bordeaux, Strasbourg et Lyon ?

par La Rédaction. 2 commentaires.

Une journée de soutien pour la « Zone Libre » au Rocher de Palmer à Cenon

par La Rédaction. 434 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Inquiets par la taxation américaine sur les vins, les élus locaux demandent une audience à Trump

par Walid Salem. 207 visites. 2 commentaires.