Brèves 

Covoiturage : Boogi cherche encore son rythme

actualisé le 05/10/2016 à 23h16

Au parking-relais de la Buttinière, 10 places sont réservés aux abonnés à Boogi (SB/Rue89 Bordeaux)

Au parking-relais de la Buttinière, 10 places sont réservés aux abonnés à Boogi (SB/Rue89 Bordeaux)

Jusqu’ici bridée pour les trajets passant par le parking relais de la Buttinière, à Cenon, Boogi, l’application mobile de covoiturage domicile-travail, est désormais disponible pour tous les déplacements sur la métropole à l’occasion de la Semaine de la mobilité. Elle intègre également des données en temps réel sur les transports en commun disponibles et les délais d’attente à chaque station.

Depuis son lancement en mai dernier, l’appli a été téléchargée plus de 1000 fois, générant la création de 500 comptes et de 350 annonces. En revanche, les résultats sont encore modestes, puisque moins d’une dizaine de trajets ont effectivement été réalisés grâce à Boogi.

Pour Amandine Steppe, qui dirige à Bordeaux le développement de l’application, créée par la société Instant System, la période estivale n’a pas aidé au décollage du service – ce dernier garantissait en effet aux covoitureurs des places libres à la Buttinière, or le parking est beaucoup moins rempli en été, limitant l’effet carotte de l’appli.

« Et nous avons observé que si beaucoup d’automobilistes ont proposé de prendre des passagers, beaucoup ont hésité à laisser leurs voitures à la maison, dont pas mal de conductrices ayant pourtant toutes les mêmes horaires. Mais l’application est jeune et il faut du temps pour changer les habitudes. »

Pour intéresser les voyageurs, Boogi mise sur un système peu couteux pour les passagers (1 euro le trajet après le 31 octobre) et sur des incitations pour les conducteurs (cadeaux des différents partenaires de Boogi – TBM, Parcub, Sud Ouest, UBB, Boxers…).

« Une vingtaine de covoiturages par mois, et un conducteur peut avoir l’intégralité de son abonnement mensuel à TBM remboursé », indique par exemple Amandine Steppe.

Boogi vient par ailleurs d’être retenue par un groupement de cinq entreprises de la zone aéroportuaire – Aéroport de Bordeaux, Dassault Aviation, Sabena Technics, Stelia Aerospace et Thales – comme solution de covoiturage pour leurs 4500 salariés. Une façon peut-être plus efficace de pousser à covoiturer des automobilistes travaillant dans la même boîte sans forcément savoir qu’ils habitent à proximité les uns des autres, et dont beaucoup viennent seuls en voiture – 1,03 personnes par véhicule sur la rocade

Et c’est au passage une manière pour l’application de consolider son modèle économique grâce aux abonnements d’entreprises – dont le montant ne nous a pas été communiqué.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux
En BREF

Le Bordelais Marc Large dément avoir fait cette caricature après la mort de Johnny Hallyday

par La Rédaction. 3 082 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Philippe Poutou décroche le Prix de l’encouragement de l’humour politique…

par Walid Salem. 562 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux Métropole fait-elle cadeau d’1,2 million d’euros à Hermès ?

par Simon Barthélémy. 1 812 visites. 3 commentaires.