Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
661 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Alain Rousset démonte le revenu universel

Alain Rousset n’a pas encore reçu le rapport sur le revenu universel que prépare l’élue écologiste Martine Alcorta. Mais il parait fermer la porte à cette idée, aujourd’hui défendue par plusieurs candidats à la primaire socialiste, dont Benoît Hamon, et donc à son expérimentation dans la région. « Je n’ai pas de certitudes, mais des convictions …

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Alain Rousset démonte le revenu universel

Alain Rousset n’a pas encore reçu le rapport sur le revenu universel que prépare l’élue écologiste Martine Alcorta. Mais il parait fermer la porte à cette idée, aujourd’hui défendue par plusieurs candidats à la primaire socialiste, dont Benoît Hamon, et donc à son expérimentation dans la région.

« Je n’ai pas de certitudes, mais des convictions très critiques, a déclaré ce lundi lors de ses vœux à la presse le président de la région Nouvelle Aquitaine. Je suis hostile au revenu universel moins par son coût (…) que par sa façon de réguler tous les droits. »

Alain Rousset estime par exemple que traiter de la même façon l’allocation adulte handicapé des autres prestations revient à nier l’existence d’un tel droit. Dénonçant son aspect universel (« le fils de Bolloré pourrait en bénéficier »), il redoute par ailleurs que certains défenseurs à droite du revenu universel n’en profitent pour « faire des économies de gestion sur les plus fragiles ».

Mais l’attaque vise tout particulièrement Benoît Hamon, accusé de remettre en cause la « valeur travail », synonyme pour Alain Rousset de « dignité et d’insertion ». Le patron de la Nouvelle Aquitaine, soutien de Manuel Valls dans la primaire, a d’ailleurs profité des vœux pour critiquer à plusieurs reprises une autre proposition phare du candidat de la gauche socialiste, celle d’une taxe sur les robots.

« Une idée parfaitement stupide, estime Alain Rousset, car sans robot, pas d’industrie française ! »

Ce projet, qui permettrait de soumettre les machines remplaçant les salariés, à des cotisations sociales, sera pourtant débattu au parlement européen. Et sans doute évoqué ce mardi soir à Bordeaux, au théâtre Femina, où Benoît Hamon tient un meeting. Il y sera entouré de sa porte-parole Naïma Charaï, une proche d’Alain Rousset, et de l’élu bordelais Matthieu Rouveyre, qui, avec le conseil départemental de la Gironde, défend une expérimentation locale du revenu universel.


#Revenu de Base

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options