Politique 

Après les taxis et les livreurs, l’ubérisation touche la diffusion de tracts pour les législatives

Dans l’urgence du dernier jour de campagne pour les législatives, certains triment pour diffuser les tracts. Les militants sont quelques fois remplacés par des… livreurs à vélo ubérisés.

Dans vos boites aux lettres, les tracts des candidats s’accumulent en cette dernière semaine de campagne. Si vous n’avez pas encore reçu les professions de foi, vous avez déjà sans doute eu quelques tracts qui pour beaucoup finissent dans la poubelle, au milieu des pubs commerciales.

Les militants s’activent dans ces derniers instants pour « boiter », comme ils disent. Mais pas seulement : des auto-entrepreneurs, les coursiers à vélo qui s’occupent d’habitude des livraisons de repas, se muent désormais en diffuseurs de pensées politiques, mais toujours ultra-précarisés : pas de cotisations pour le patron, pas de couverture sociale pour le cycliste qui doit augmenter ses risques pour assurer ses livraisons.

« Législatives 2017 ! – 60 % sur les tarifs en vigueur pour la distribution en boite aux lettres. »

C’est inscrit en gros sur le site de Media Street. Juste au-dessus, une photo montre des tracts du candidat à la présidentielle Jacques Cheminade délicatement placés dans les boites aux lettres. En réalité, si l’agence de pub casse les prix, elle fracture aussi le code du travail. Elle travaille en Gironde avec un sous-traitant qui contractualise notamment des auto-entrepreneurs.

(capture d’écran)

Rue89 Bordeaux a obtenu le témoignage anonyme d’un de ses coursiers :

« J’ai été abordé alors que je faisais une livraison d’un repas. On m’a demandé si j’étais auto-entrepreneur et si je voulais gagner 150 euros pour 12h de travail. »

Pourquoi pas, répond-il. Quelques jours plus tard, il se retrouve dans un hangar de Pessac tenu par l’entreprise Distripub. On lui donne 3000 tracts du candidat socialiste Philippe Dorthe. Et deux nouveautés l’intriguent :

« Le type me dit : « Tu les distribues en 8h pour 100 euros avant vendredi midi ». Je demande un contrat mais il me dit qu’il n’y en a pas. »

En effet, seule une facture a posteriori est nécessaire.

Un coffre de livreur à vélo überisé, plein de tracts pour les législatives 2017 (DR)

Notre témoin apprend finalement que d’autres collègues sont payés 50 euros plus cher. Il réclame et on lui répond « bosses, on verra à la fin. »

Il croit savoir qu’une quarantaine de coursiers (qui pour certains d’entre eux cumulent les boulots de livreur de repas et celui de tracts) auraient ainsi été embauchés.

A la limite de la malhonnêteté

Et ce vendredi en début d’après midi, il leur est donné rendez-vous dans la banlieue bordelaise sur le parking d’un Mc Donald’s à Villenave-d’Ornon. Beaucoup de tracts doivent être diffusés. Il faut accélérer la cadence car toute distribution est interdite après vendredi minuit.

Pendant ce temps, Philippe Dorthe fulmine de savoir ses tracts dans les mains d’auto-entrepreneurs, un statut qu’il réprouve.

« On est monté au créneau pour dire que ce n’était pas contractuel. Dans le document d’appel de la société, celle-ci devait faire la distribution par leurs propres moyen, ce n’est pas le cas. Elle devait assurer l’insertion dans toutes les boites aux lettres, ce n’est pas le cas non plus. »

Car contrairement aux postiers, les coursiers n’ont pas de clé pour pénétrer dans les immeubles. Le candidat PS confirme sa surprise :

« Je suis tombé de l’armoire. Pour moi, c’est une procédure du même acabit que celle des travailleurs détachés. »

Suite à un rapide calcul, Philippe Dorthe estime à 2000 euros l’emploi des auto-entrepreneurs. Or « ça me coûte 8000 euros », tonne-t-il. Il s’estime perdant à double titres : « Je suis contre cette utilisation et je ne serais pas distribué partout. C’est à la limite de la malhonnêteté. »

Coup de tatanes

Il croit savoir qu’une grande partie des grands partis sont passés par cette société, ce qu’il nous a été impossible de vérifier intégralement. Mais sur la 3e circonscription, Marik Fetouh (La République en Marche) a été confronté à la même situation.

D’humeur plus nuancé, il déclare à Rue89 Bordeaux avoir été « choqué » mais veut « écouter les deux parties » :

« On mandate une entreprise pour la distribution mais on ne sait pas comment c’est géré en interne. Si c’est illégal, il faudra se tourner vers l’inspection du travail ou la justice. Je ne suis pas juge. »

Son recours à Media Street a été d’autant plus rendu nécessaire que sa profession de foi est arrivée trop tard à la préfecture et n’a pu être ajoutée à l’envoi officiel. Le candidat de la République en marche en tire certaines conclusions politiques :

« Le code du travail est trop lourd, donc il y a des contournements qui se traduisent par des statuts ultra-précaires et des abus. Je ne suis pas contre le statut d’autoentrepreneur mais il doit rester dans une logique de mission ponctuelle. »

Si le candidat LRM attend de voir, celui du PS a d’ores et déjà envoyé une mise en demeure à la société Media Street. Et jura, mais un peu tard, que l’on ne l’y prendra plus. Media Street, qui pour l’heure n’a pas encore répondu à notre demande d’entretien, s’enflamme sur son site :

« Donnez un coup de magie à votre évènement !! »

Et un coup de tatanes dans les acquis sociaux ?

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.
En BREF

Le Bordelais Marc Large dément avoir fait cette caricature après la mort de Johnny Hallyday

par La Rédaction. 3 082 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Philippe Poutou décroche le Prix de l’encouragement de l’humour politique…

par Walid Salem. 562 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux Métropole fait-elle cadeau d’1,2 million d’euros à Hermès ?

par Simon Barthélémy. 1 812 visites. 3 commentaires.