Bordeaux fait marche arrière sur le stationnement payant
Politique  Société 

Bordeaux fait marche arrière sur le stationnement payant

« Concernant l’extension du stationnement résident qui était envisagé hors boulevards, face à l’incompréhension des mesures proposées, Alain Juppé a décidé de l’annuler. » C’est dans un communiqué de presse envoyé ce lundi que la mairie de Bordeaux a annoncer faire machine arrière sur le passage au stationnement payant de Caudéran et de Saint-Augustin.

Après avoir pourtant assuré quelques jours auparavant que l’entrée en vigueur du dispositif était simplement repoussée au mois de septembre, la Ville renonce donc définitivement à faire payer les résidents des quartiers extra-boulevards.

« On est quand même pas des gens autistes, tente de justifier ce mardi Jean-Louis David, adjoint en charge du stationnement (et maire adjoint du quartier Saint-Augustin). En nouant des conversations avec les citoyens, on s’est aperçu qu’on arrivait pas à les convaincre de l’utilité du dispositif. Une partie de la population a crié plus fort que l’autre, et Alain Juppé a jugé plus sage et plus utile d’arrêter là. »

L’adjoint affirme que la mairie va tenter de se « remettre à l’ouvrage », et corriger tout ce qui est remonté des conseils de quartier, en particulier le manque de transports en commun à Caudéran et l’insuffisance de parkings de proximité.

Electoralisme

Jean-Louis David balaye les accusations d’électoralisme – Saint-Augustin et Caudéran sont des fiefs de la droite bordelaise, contrairement au Grand Parc et à la Bastide, également concernés par l’extension du stationnement payant.

« Pourquoi la colère de la Bastide n’a-t-elle pas le même poids que celle des habitants de St Augustin ou Caudéran ? s’interroge par exemple Emmanuelle Ajon, élue municipale socialiste de la rive droite. Pourquoi réaliser des mesures créant une telle injustice pour les habitants amenant certains à ne plus pouvoir habiter la ville ? Pourquoi créer autant d inégalité entre les territoires ? »

L’adjoint au maire reconnait « un problème d’équité » entre les citoyens bordelais, pas à la même enseigne selon qu’ils habitent d’un côté ou de l’autre des boulevards.

« Oui, c’est un vrai problème qu’il faut traiter tous ensemble. Chacun s’intéresse aux problèmes de sa propre rue et l’intérêt général n’est plus d’actualité. »

La mairie compte mettre en place une commission de régulation du stationnement, qui sera chargée d’examiner chaque situation particulière. Jean-Louis David souhaite aussi que cette instance traite les problèmes d’échelle métropolitaine.

Enfin, Bordeaux a confirmé les changements dans la politique de stationnement annoncés il y a quelques jours, avec une évolution notable : la gratuité pour les professions de santé (médecins, kinés, infirmières) se déplaçant à domicile, avec un nombre minimal de visites déterminé par les ordres professionnels. Flatter les médecins ? Les mauvaises langues diront encore que c’est une nouvelle fleur électoraliste.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Le département de Gironde suspend l’accueil des enfants au foyer Emmaüs de Martillac

par Simon Barthélémy et Xavier Ridon. 2 008 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les librairies indépendantes rappellent qu’elles sont (elles aussi) sur internet

par Walid Salem. 449 visites. 1 commentaire.

La préfecture dément le blocage à la gare de Bordeaux des Gilets jaunes en partance pour Paris

par Walid Salem. 2 233 visites. 1 commentaire.