La CCI Bordeaux Gironde dénonce un « hold-up » du gouvernement
Economie 

La CCI Bordeaux Gironde dénonce un « hold-up » du gouvernement

Le personnel, rejoint par des chefs d’entreprises, était mobilisée ce mardi contre le rabotage de la Taxe pour Frais de Chambres (TFC) prévu par le gouvernement. Cette ponction de 100 millions d’euros par an durant les quatre prochaines années serait synonyme de suppression d’emplois et d’affaiblissement du rôle du réseau CCI France auprès des entreprises.

« Fermeture de votre CCI » alerte une pancarte devant la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux Gironde. Autour, ils sont une cinquantaine à manifester contre le rabotage de 100 millions d’euros par an prévu par le gouvernement sur les quatre prochaines années.

Au même moment, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’exprimait devant l’assemblée générale extraordinaire des CCI de France sur les mesures envisagées par le gouvernement sur le réseau. Parmi elles, la Taxe pour Frais de Chambres (TFC), élément du plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE).

Hold-up

Cette taxe fait partie de ces contributions qui permettent aux CCI de France de réaliser leurs missions d’accompagnement auprès des commerces. Elle est payée par toutes les entreprises du réseau CCI France.

« C’est un hold-up », lâche Philippe Loiseau, vice-président de la CCI Bordeaux Gironde face aux collaborateurs, organisations syndicales et les membres élus chefs d’entreprises réunis pour l’occasion.

Le gouvernement précédent avait déjà réalisé une coupe budgétaire de -37% entre 2015 et 2017. Pour l’année 2018, une autre ponction de -18% avait été validée, représentant un manque de 150 millions d’euros. L’annonce du rabotage de la TFC a été la goutte de trop et suscite aujourd’hui le mécontentement de tout le réseau.

Des missions seront supprimées et d’autres deviendront payantes, a assuré Patrick Bourdais, conseiller d’entreprise au sein de la CCI Bordeaux Gironde, au détriment des très petites, petites et moyennes entreprises (TPE/PME).

Patrons et employés de la CCI Bordeaux Gironde font lutte commune pour leur budget (SR/Rue89 Bordeaux)

Des emplois menacés

Le réseau CCI France compte 126 établissements. Depuis 5 ans, 5000 postes ont été supprimés. 4000 suppressions de plus sont à prévoir durant les quatre prochaines années. La CCI Bordeaux Gironde, qui regroupe 70000 entreprises et emploie 180 personnes, n’a pas souhaité communiquer les répercussions de ce rabotage au niveau local. Les départs anticipés concernent aujourd’hui 18 personnes.

Au niveau régional, 300 emplois ont été supprimés depuis 5 ans, et 500 suppressions de plus sont à prévoir dans les trois années à venir. Pour la CCI Bordeaux Gironde, une ponction de la TFC représenterait 2 à 2,5 millions d’euros en moins sur un budget annuel de 40 millions d’euros.

Philippe Loiseau promet de faire entendre la voix des CCI via les réseaux sociaux. Des discussions sont par ailleurs engagées avec les maires et les parlementaires en charge du dossier.

L'AUTEUR
Sébastien Rouet
Sébastien Rouet
Racines girondines, étudiant en master journalisme au CELSA Sorbonne Université. Passionné d'Amérique latine et supporter du mythique FCGB.

En BREF

L’expulsion de Drita sera révisée par la Préfecture

par Klervi Le Cozic. 770 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La bibliothèque de Neneuil sera reconstituée après la « bévue » de sa destruction

par Walid Salem. 3 805 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Ford : l’offre de reprise de Punch « tient la route »

par Simon Barthélémy. 635 visites. 1 commentaire.