Deux chaises vides à l’école Saint-Bruno après l’expulsion de Besard et Sylvina
Société 

Deux chaises vides à l’école Saint-Bruno après l’expulsion de Besard et Sylvina

En ce jour de rentrée, le réseau éducation sans frontière (RESF 33) appelle à manifester ce lundi à 8 heures devant l’école Saint-Bruno, avec deux chaises vides pour dénoncer l’expulsion vers l’Albanie de Besard, 6 ans, et Sylvina, 9 ans, scolarisés à Bordeaux depuis 4 ans et demi.

Le 24 août dernier, à 6 heures du matin, 6 agents de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) sont venus au domicile de la famille Tocilla à Bordeaux, explique RESF33 dans un communiqué. Le père, la mère et les deux enfants ont été conduits de force à l’aéroport et immédiatement expulsés, en avion spécial, vers l’Albanie. Ils vivaient en France depuis février 2014.

Déboutée du droit d’asile en première instance, puis d’une demande de régularisation, la famille avait fait appel d’une deuxième obligation de quitter le territoire prononcée par le tribunal administratif. Mais ce recours n’est pas suspensif, précise la préfecture interrogée par Rue89 Bordeaux. Pas plus que l’état de santé du père, M. Tocilla, suivi par un neurologue de l’hôpital Pellegrin pour des troubles neurologiques graves.

« Un avis médical a confirmé que le pays d’accueil est en capacité de traiter la pathologie et la que l’état de santé de la personne lui permet d’être transportée en avion », justifie la préfecture.

« Chaos dans une famille »

Quant à Besard, 6 ans, et Sylvina, 9 ans, l’expulsion intervenant 8 jours avant leur rentrée leur permet, selon la préfecture, d’effectuer celle-ci en Albanie. Ce qui scandalise Gérard Clabé, de RESF33, s’exprimant sur l’antenne de la Clé des Ondes :

« Ces mesures policières vont semer le chaos dans une famille et avoir des conséquences dramatiques pour ces enfants. Ils ne connaissent pas l’Albanais, leur langue, leur culture, c’était le Français. On ne comprend pas à quoi ça sert d’infliger autant de souffrances dans cette famille ».

RESF 33 souligne l’intégration très avancée de celle-ci, accompagnée par de nombreuses associations sur Bordeaux, et dont les enfants ont depuis 2016 pour marraine républicaine l’ex ministre et députée Michèle Delaunay. Elle était en outre hébergée par le COS (à la demande de la préfecture…), après avoir passé 6 mois à la rue, ce qui n’avait eu aucune incidence sur l’assiduité en classe de Besard et Sylvina.

Et Gérard Clabé de s’étonner que la circulaire Valls, officiellement toujours en vigueur, ne soit pas appliquée. Celle-ci invitait pourtant les préfets à accueillir favorablement les demandes présentées par les parents d’enfants scolarisés en France depuis trois ans, au moins. Mais il fallait que les parents résident eux-mêmes sur le territoire depuis 5 ans, au moins. Il manquait quelques mois à la famille Tocilla pour remplir ces deux conditions.

D’où, peut-être, l’empressement des services de l’État… Et le recours par RESF à sa politique de la manif de la chaise vide, qu’elle n’avait plus pratiquée depuis des années.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

L’expulsion de Drita sera révisée par la Préfecture

par Klervi Le Cozic. 747 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La bibliothèque de Neneuil sera reconstituée après la « bévue » de sa destruction

par Walid Salem. 3 783 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Ford : l’offre de reprise de Punch « tient la route »

par Simon Barthélémy. 621 visites. 1 commentaire.