Parcoursup : une carte interactive des formations pour orienter les lycéens
Société 

Parcoursup : une carte interactive des formations pour orienter les lycéens

Entre les 14 000 offres d’enseignement proposées sur la plateforme Parcoursup, le faible taux d’admission dans certaines filières dites « en tension », choisir son orientation post-bac n’est pas toujours chose facile pour les lycéens. Pour les aider, une carte interactive, conçue par un laboratoire bordelais, recense l’ensemble des formations auxquelles ils pourront s’inscrire jusqu’au 14 mars.

Depuis le 25 janvier, les lycéens peuvent postuler à des formations sur la plateforme d’inscription dans l’enseignement supérieur Parcoursup. Comme le veut la tradition annuelle, les universités de Bordeaux ont ouvert leurs portes aux futurs bacheliers le vendredi 1er et le samedi 2 février 2019.

Venus principalement de la région (Bergerac, Bayonne, Arcachon…), en petits groupes ou avec leurs parents, les visiteurs ont ainsi pu découvrir les lieux et rencontrer les enseignants et actuels étudiants. L’occasion pour eux de poser un tas de questions à propos du contenu des cours, de la vie étudiante ou encore des possibilités de poursuites d’étude :

« Les lycéens qui sont intéressés par le droit pensent surtout aux métiers d’avocat, policier ou juge, on est aussi là pour leur dire qu’il y a plein d’autres possibilités, souligne Yoann, doctorant. La filière n’est pas sélective, tout le monde est pris, en 1ere année on a 2 000 admis, et en 2e année on se retrouve entre 200 et 1000. Le tout c’est de ne pas se décourager ! »

Filières en tension

Christelle Cazaubon, conseillère d’orientation et d’insertion professionnelle à l’Université de Bordeaux, répondait aux inquiétudes des élèves sur Parcoursup :

« Les questions portaient surtout sur les licences sélectives. Les lycéens azaraignent de ne pas être pris dans la formation qu’ils souhaitent donc ils veulent savoir comment se fait la sélection. Le jury regarde les notes, mais aussi la lettre de motivation et l’assiduité : tout compte. »

Sur le campus de la Victoire où sont proposées des filières « en tension » comme la licence de psychologie ou celle de sociologie, beaucoup de lycéens s’interrogent sur les cursus alternatifs pour accéder à ces enseignements. Certains ont encore du mal à se projeter :

« Je m’intéresse aux débouchées et réorientations possibles dans le cas où ça ne me plairait pas. À 17 ans, c’est dur de savoir ce qu’on veut faire de sa vie ! » lâche Eva, en terminale scientifique.

A la carte

Pour pallier à ces difficultés, les ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de L’innovation ont mis en place une carte interactive qui recense toutes les formations post-bac disponibles en France. Conçue par le Laboratoire Bordelais de Recherche en Informatique (LaBRI), dont les chercheurs avaient travaillé sur l’algorithme Parcoursup, cette plateforme accessible uniquement en ligne devrait simplifier la tâche aux lycéens.

Plus de 10 000 enseignements post-bac en France et à l’étranger sont proposés sur Parcoursup. (capture d’écran)

Les intéressés peuvent trouver une filière grâce à l’utilisation des mots-clés dans la barre de recherche puis en sélectionnant un type de formation (DUT, BTS, Licence, École, etc.) dans la colonne à gauche.

Pour chaque proposition, plusieurs précisions sont apportées comme le taux d’accès, le pourcentage des catégories (général, technologique ou professionnel) de bacheliers admis l’année précédente ainsi nombre de places pour la rentrée prochaine.

Exemple de recherche par mots-clés des formations STAPS, une filière « en tension » (capture d’écran)

A Bordeaux, la licence STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) est toujours en tension : sur plus de 2000 demandes, 360 seront retenues cette année. L’Université de Pau dispose d’une antenne STAPS à Anglet, souvent privilégiée par les lycéens qui souhaitent rester proche du domicile familial. Ici, la sélection peut s’expliquer par le nombre de places peu élevé (50) en comparaison à l’université-mère où 360 sont disponibles – même si le taux d’accès reste faible à 34%.

Psychose

Cette filière, très demandée dans la région Sud-Ouest, n’est pas aussi sélective dans d’autres régions françaises, surtout en milieu rural. A l’Université de Bourgogne, sur le site du Creusot, à 100km de Dijon, le taux d’accès est de 99% avec 175 admis. A Vichy (120 places) et dans les DOM-TOM en Guadeloupe (360 pl.) et à La Réunion (650 pl.) le taux est de 100% : tous les candidats qui voulaient accéder à cette formation en 2018 ont reçu une proposition d’admission.

La licence de psychologie de l’Université de Bordeaux, la seule dans l’académie, est aussi en tension : 300 places pour 1700 demandes. Dans l’académie de Montpellier, 1300 places sont disponibles pour la même formation, bien plus accessible donc avec un taux d’accès entre 99 et 100%. L’Université de Nîmes dispose de 500 places, celle de Montpellier de 690 pl. et son antenne à Béziers de 110 pl.

Il est possible de sélectionner une zone géographique pour affiner la recherche (capture d’écran)

Jusqu’à 10 choix

Des formations semblables sont également suggérées par la plateforme. Comme solution de repli à STAPS, elle propose par exemple une formation en école d’ingénieurs (accessible avec un bac scientifique), un DEUST Métiers de la forme ou un DEUST Animation et gestion des activités physiques, sportives ou culturelles. Chaque proposition renvoie à une fiche réalisée par ONISEP, informant sur la durée de formation et le niveau terminal d’études ou encore les débouchés professionnels.

Dans l’académie de Bordeaux, des journées portes ouvertes seront organisées jusqu’au mois d’avril. Les dates spécifiques à chaque établissement de l’enseignement supérieur sont disponibles ici.

Les lycéens ont désormais jusqu’au 14 mars pour formuler dix vœux maximum, sans ordre de préférence, contrairement au système précédent Admission Post-Bac (APB), dont le remplacement par Parcoursup en décembre 2018 avait été contesté par les lycéens, étudiants et enseignants. La finalisation des dossiers demandé par les établissements sera possible jusqu’au 3 avril.

En septembre dernier, 101 d’étudiants de l’Académie de Bordeaux ne savaient toujours pas où ils feraient leur rentrée. Un processus permettait de garder sous le coude des acceptations en attendant de trouver mieux mais cette année les admissibles auront jusqu’à fin juillet maximum pour confirmer leur choix. De quoi permettre aux futurs étudiants de passer l’été plus sereinement avant leur entrée dans l’enseignement supérieur.

L'AUTEUR
Lisa Douard
Journaliste en formation, en licence des sciences de l'information et de la communication de l'université Bordeaux Montaigne.

En BREF

Pierre Hurmic, candidat de l’urgence climatique à la mairie de Bordeaux

par Simon Barthélémy. 1 195 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Chérot, le projet du métro à Bordeaux tombe à l’eau

par Walid Salem. 1 035 visites. 7 commentaires.

Le MacDo de la rue Sainte-Catherine porte plainte contre les Jeunes pour le Climat

par Claire Mayer. 2 490 visites. Aucun commentaire pour l'instant.