Le #CollectifUnToitSansTrêve demande à la nouvelle préfète d’héberger tous les sans-abris, l’été aussi
Brèves 

Le #CollectifUnToitSansTrêve demande à la nouvelle préfète d’héberger tous les sans-abris, l’été aussi

Une centaine de personnes se sont réunies ce jeudi devant le Grand Théâtre de Bordeaux à l’appel du collectif « Un toit sans trêve », fédérant une quinzaine d’associations. Alors qu’approche la fin de la trêve des expulsions et du dispositif hivernal d’hébergement d’urgence, le 31 mars prochain, elles redoutent de voir des centaines de personnes jetées à la rue.

Ces organisations (parmi lesquelles Médecins du Monde, la Cimade, le Secours Catholique ou encore Ovale Citoyen) dénoncent « le non-respect des droits fondamentaux des plus précarisés », à commencer par le droit au logement et l’hébergement inconditionnel des personnes en situation de détresse.

Dans une lettre ouverte adressée à la préfecture de Gironde, elles s’inquiètent notamment de la fermeture des places hivernales d’hébergement d’urgence. Cela va « jeter dans nos rues potentiellement 200 personnes supplémentaires » (150 places en foyers d’urgence pour les isolés et 50 en hôtel pour les familles) alors que le département est dans une situation tendue, indique le collectif :

« Le ratio d’équipement en hébergement d’urgence et d’insertion de la Gironde est historiquement inférieur à la moyenne nationale (1,59 places pour 1000 habitants contre 2,75 au niveau national). Aussi, chaque jour, en moyenne entre 80 et 100 personnes isolées et 30 à 40 familles avec enfants représentant 150 personnes, ont sollicité un hébergement chaque jour auprès du 115 et ne l’ont pas obtenu. »

Des « familles sans solution »

Par ailleurs, les associations veulent « mettre en lumière le sort des personnes vivant en bidonville sur notre territoire qui, en dépit de l’immense précarité dans laquelle elles se trouvent, ne font presque jamais appel au 115 et ne sont donc pas comptabilisées dans les besoins non couverts ».

Manifestation devant le Grand Théâtre à l’appel du Collectif Un toit sans trêve (SB/Rue89 Bordeaux)

Selon les services de l’Etat, en Gironde, 1 125 personnes vivent en squat ou bidonville, et plusieurs d’entre eux seront expulsables à la fin du mois. Or « à ce jour, les pouvoirs publics n’ont présenté aucune solution pour reloger les familles concernées », déplore le collectif.

Ses représentants devaient être reçus à leur demande dans l’après-midi par Fabienne Buccio, nouvelle préfète de la Gironde et de la région Nouvelle-Aquitaine. Celle-ci est (défavorablement) connue de certaines associations venant en aide aux migrants pour sa gestion du démantèlement de la « jungle de Calais », lorsqu’elle était à la tête de la préfecture du Pas de Calais.

« Réquisitions citoyennes »

Les associations du #CollectifUnToitSansTrêve veulent lui faire des propositions : « pérenniser les places d’hébergement (fin de la gestion au thermomètre) ; surseoir à l’expulsion des squats et bidonvilles ; dépenser l’argent public dans la viabilisation de ces lieux plutôt que dans leur expulsion ; réquisitionner comme la loi l’y autorise les logements vacants (22473 logements sur la Métropole en 2015 selon l’INSEE) ».

Elles soulignent que « face à la démission de l’Etat dans ses missions d’hébergement et de logement, (…) de plus en plus de « lieux de vie alternatifs / réquisition citoyennes / squats solidaires » voient le jour », permettant la mise à l’abri de près de 500 personnes dans l’agglomération. Ce sujet sera au coeur d’un débat organisé par Rue89 Bordeaux dans le cadre de la programmation Bienvenue.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Des expulsés des squats occupent la Bourse du travail à Bordeaux

par Walid Salem. 2 463 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

ANV-Cop21 Gironde décroche trois portraits de Macron dans le Médoc

par Walid Salem. 486 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le groupe Sud Ouest veut supprimer 132 postes dont 18 journalistes

par La Rédaction. 457 visites. 2 commentaires.