« Vive Le Train » dévoile les coulisses de la SNCF à Bordeaux
Société 

« Vive Le Train » dévoile les coulisses de la SNCF à Bordeaux

Du 14 au 18 mai 2019, dans toute la France, la SNCF invite le public à découvrir le quotidien des employés dans le cadre de l’événement « Vive le Train ». Une initiative qui vise à vulgariser un fonctionnement technique et complexe – mais aussi à redorer le blason de l’entreprise. Plusieurs expériences sont proposées en Nouvelle Aquitaine et notamment à Bordeaux.

Une campagne de sensibilisation en vue d’un nouveau départ ? Après une année 2018 particulièrement mouvementée pour la SNCF – des semaines de grève contre la réforme du statut des cheminots, des retards et annulations de trains à répétition -, l’entreprise ferroviaire française veut apaiser la colère de certains usagers.

L’opération nationale « Vive le train » vise présenter au grand public le quotidien de ses agents. La Gare Saint-Jean de Bordeaux l’invite notamment à découvrir son centre névralgique du 14 au 18 mai prochain.

Les supporters du COP

C’est ici que les agents surveillent en permanence la circulation des TER de Nouvelle-Aquitaine. Le COP (Centre Opérationnel Proximités) s’assure de la bonne circulation des trains et de la bonne mobilisation des moyens humains (contrôleur, conducteurs) et matériels. Comme proximité ne rime pas avec sûreté, le COP gère également les aléas ou les ruptures de correspondance.

Au COP de Saint-Jean (LB/Rue89 Bordeaux)

« La Nouvelle Aquitaine est une région très vaste, rappelle Didier Bets, responsable du Centre Opérationnel Proximités. Trouver des solutions suites à des évènements indésirables peut parfois être compliqué. Parfois, les problèmes viennent de la SNCF, il faut être transparent, mais le plus compliqué à gérer reste les évènements externes comme la météo ou les suicides. »

Escale et correspondances

Le centre opérationnel escale supervise lui tout ce qui concerne le transport des voyageurs dans la gare. Environ 400 trains passent chaque jour à Saint-Jean, dont 84 TGV, 20 Intercités, et des TER qui représentent donc 80% du trafic. Mais informer en direct leurs passagers n’est pas évident…

« Lorsqu’une situation est perturbée c’est difficile d’avoir une information fiable, estime Franck Goeminne, dirigeant de proximité de ce centre. On travaille beaucoup avec les réseaux mais les informations ne sont pas toujours confirmées par nos équipes. En fait, nous avons le même ressenti qu’un client bloqué dans le train car on ne peut pas diffuser une information sans la valider. C’est frustrant. Nous ne voulons pas raconter des histoire mais plutôt garder une posture où l’on fournit de réelles explications aux usagers. »

Au centre opérationnel escale (LB/Rue89 Bordeaux)

Gares & Connexions et l’arrivée des concurrents

Suite à la réforme de la SNCF en 2018, des changements sont en cours visent à développer une transparence et une équité parfaite en accord avec l’ouverture à la concurrence. A partir de décembre 2020, des opérateurs alternatifs seront autorisés à faire circuler des trains sur les voies de la SNCF, qui devra partager ses créneaux de circulation avec ses concurrents.

Gares & Connexions va donc devoir évoluer : historiquement rattaché à l’EPIC (Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial) SNCF Mobilité, la réforme ferroviaire a décidé de l’intégrer à l’EPIC SNCF Réseau, à partir de janvier 2020. Premier test en juin prochain avec les allers-retours Bordeaux/Bruxelles proposés par Thalys.

La tour de contrôle électrique

Véritable tour de contrôle de l’alimentation électrique du réseau, le Central Sous-Stations impressionne par sa grandeur. De la petite ville de Saint Saviol, jusqu’à Hendaye, en passant par Bordeaux : toute l’alimentation électrique des lignes de la région est répartie ici, dans cette vaste salle.

Impressionnante centrale électrique, Bordeaux envoie de l’énergie aux caténaires au dessus des trains, aux différentes signalisations, aux passages à niveaux et aux ateliers à travers toute la région.

Le principal but et de faire rouler les trains et de priver certains endroits d’électricité lorsque des agents ont à intervenir. Ce travail demande une réactivité folle, de jour comme de nuit.

A travers « Vive le train » la SNCF veut présenter les coulisses du rail et ses différents corps de métier.  Pour que les Bordelais mettent aussi des visages derrière la compagnie.

Le tableau de contrôle de Central Sous-Stations (LB/Rue89 Bordeaux)

Le programme des visites

  • Le Central Sous-Stations : Visites de 40 minutes, à 9h00 et 14h00 le 14 mai, à 14h00 le 15 mai et à 9h00 le 16 mai.
  • Le centre opérationnel proximités (COP) et le centre opérationnel voyages (COV) : Visites de 30 minutes, de 10h00 à 16h00 le 15 mai.
  • Démonstration de la brigade cynophile : 4 démonstrations de 14h30 à 17h30 le 15 mai.
  • Le Technicentre (atelier de maintenance des trains) : Visites de 1 heure 30, de 9h00 à 12h00 le 16 et 18 mai.
  • Test du simulateur de conduite d’un train : Sessions de 45 minutes, de 10h00 à 17h00 le 18 mai
  • Visites générales de la Gare Saint-Jean : 2 visites par jour avec le matin à 10h00 avec un passage au COE vers 11h00 (sauf le 18 mai : arrêt au central sous-stations). L’après-midi à 14h00 avec un passage au central sous-stations à 15h00. Du 14 au 18 mai.

Inscriptions obligatoires sur le site Vive Le Train.

L'AUTEUR
Lucile Bonnin
Lucile Bonnin
Étudiante en Journalisme Culturel et future journaliste.

En BREF

Yann Bubien, directeur adjoint de la ministre de la santé, prend la tête du CHU de Bordeaux

par Eloïse Bajou. 1 976 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dernier appel des Ford avant la fermeture de l’usine de Blanquefort

par Simon Barthélémy. 604 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

#StopExpulsions : le hashtag qui veut faire plier la préfète de la Gironde

par Walid Salem. 3 794 visites. 3 commentaires.