A Bordeaux, les correcteurs des épreuves philo sur le point de perturber les résultats du bac
Brèves  Education 

A Bordeaux, les correcteurs des épreuves philo sur le point de perturber les résultats du bac

Après une assemblée générale qui s’est tenue dans la soirée, la grève qui a démarré ce mardi est reconduite. Celle-ci pourrait mener à une « rétention » des notes attendues ce jeudi pour les résultats du bac.

Ils ont menacé de ne pas fournir les notes du bac et ils sont sur le point de le faire. Les professeurs de philosophie prolongent ainsi leur bras de fer avec le ministre de l’éducation afin de le pousser à rouvrir les négociations sur les réformes du lycée et du bac.

Censés « rentrer » les notes avant ce mardi 2 juillet à 15h sur les plateformes numériques du ministère, les professeurs de l’académie de Bordeaux ont d’abord répondu à l’appel national de grève. Celle-ci est prolongée après un vote de l’assemblée générale qui s’est déroulé en fin de journée à la bourse de travail à Bordeaux.

Les commissions prévues jeudi pour finaliser les admissions des élèves pourraient donc ne pas se tenir et perturber la publication des résultats du bac attendue vendredi.

Moratoire

Sous l’impulsion d’Aquitaine Philosophie, collectif créé par 8 collègues et qui se revendique non syndiqué, les professeurs dénoncent le « mépris » du ministre Jean-Michel Blanquer pour leur discipline.

« La réforme va conduire les séries à disparaître, explique Harold Bernat, porte-parole du collectif. La série L où nous avions 8 heures voire 9 heures de cours, n’aura plus que 4 heures quels que soient les élèves. Certaines spécialités – humanité, littérature, philosophie – auront 2 heures supplémentaires en première et 3 heures en terminale. »

Le collectif rappelle la consultation amorcée par le ministère pour cette réforme qui a conduit à des appréciations « très négatives » et qui ont été ignorées.

« Non seulement le ministère lance une consultation, mais il ne donne pas ses résultats. Il montre clairement le peu d’intérêt qu’il porte à notre égard, ajoute le porte-parole. En septembre, les manuels étaient déjà en cours d’élaboration avant même qu’on soit consulté. Tout est fait à la va vite. […] Au-delà de ça, les spécialités vont porter un coup très dur à la qualité de l’enseignement, à la mise en concurrence des établissements, à la place de notre statut, de la fonction publique, de notre relation à notre directeur… On demande un moratoire pour prendre du temps pour qu’il y a ait une vraie consultation. »

Selon le journal Le Monde, Jean-Michel Blanquer a assuré lors d’une conférence de presse à Paris que « chacun aura ses résultats en temps et en heure, personne ne doit prendre la responsabilité d’empêcher le bon fonctionnement du service public ». Il a rappelé par ailleurs que les professeurs s’exposent à « des sanctions très graves ».

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication

En BREF

Yann Bubien, directeur adjoint de la ministre de la santé, prend la tête du CHU de Bordeaux

par Eloïse Bajou. 1 974 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dernier appel des Ford avant la fermeture de l’usine de Blanquefort

par Simon Barthélémy. 604 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

#StopExpulsions : le hashtag qui veut faire plier la préfète de la Gironde

par Walid Salem. 3 793 visites. 3 commentaires.