Gilets jaunes : « La maison du peuple » aussitôt ouverte, aussitôt évacuée
Brèves 

Gilets jaunes : « La maison du peuple » aussitôt ouverte, aussitôt évacuée

Investi samedi dernier par les Gilets jaunes, le squat ouvert rue de Canolle, en face du CHU, a été expulsé par la Préfecture sur la demande de la mairie de Bordeaux.

Jean-Louis David, maire adjoint du quartier, avait déclaré vouloir « gérer au mieux ce dossier » avec la Préfecture. Le résultat est l’évacuation pure et simple de cette vaste demeure de 300 m2 par les forces de l’ordre ce jeudi. Selon l’élu, la mairie avait « déclaré cette maison en état de péril en décembre 2018 ». Et c’est à la demande de celle-ci que « la préfète de la Gironde a accordé le concours de la force publique pour procéder ce matin à l’évacuation » précise un communiqué de la préfecture.

« Cette décision s’appuie sur l’article L 511-3 du code de la construction et de l’habitation permettant au maire de faire cesser le péril grave et imminent en demandant à l’État de procéder à l’évacuation de l’immeuble pour garantir la sécurité. »

Toujours selon la préfecture, « les occupants ont été informés du danger lié à cette occupation et il leur a été demandé de quitter les lieux. Ces derniers ont expressément refusé ».

Péril jaune

Six jours à peine après l’ouverture de ce que les Gilets jaunes avaient nommé « La maison du peuple », les choses n’ont pas traîné. D’autant plus que « l’annonce faite par les occupants sur les réseaux sociaux de créer un espace de rencontre ouvert au public, dans un lieu frappé de péril grave et imminent, a motivé l’évacuation sans délai du site » ajoute le communiqué de la Préfecture.

Selon une représentante des Gilets jaunes contactée par Rue89 Bordeaux, dix des occupants du lieu ont été placés en garde à vue avec une comparution immédiate pour « vol d’énergie ». Dans un communiqué paru en fin de journée, plusieurs organisations signataires dénoncent des interpellations avec « des moyens dignes de la lutte antiterroriste ».

Dimanche, les Gilets jaunes de Gironde avaient justifié dans un communiqué l’ouverture de ce bâtiment, « abandonné depuis des années », « en réponse à la répression policière, aux interdictions de se rassembler et aux difficultés pour ouvrir des salles de réunions et de rencontre ». Ils évoquent en particulier les expulsions des rond-points dont celui occupé justement devant le CHU de Pellegrin.

Se considérant « traités dans la rue comme des opposants politiques », ces citoyens appelaient « les pouvoirs publics à ouvrir un des innombrables bâtiments publics inoccupés sur Bordeaux afin de poursuivre cette construction démocratique et citoyenne ».

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

A Bordeaux, gilets jaunes et syndiqués défilent ensemble contre le chômage et la précarité

par Antoine Cariou. 775 visites. 1 commentaire.

L’élu socialiste Matthieu Rouveyre arrête la politique

par Walid Salem. 1 033 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Extinction Rebellion sabote 92 trottinettes en libre-service à Bordeaux

par Walid Salem. 789 visites. 1 commentaire.