A Montesquieu, les E3C virent à l’escape game pour les lycéens enfermés
Société 

A Montesquieu, les E3C virent à l’escape game pour les lycéens enfermés

Après une annulation des premières épreuves de contrôle continu du nouveau bac ce lundi, le lycée Montesquieu a connu de nouvelles perturbations hier. Pendant près de deux heures, les élèves des classes de première ont été confinés à l’intérieur de l’établissement où la direction a voulu les forcer à passer dans la même journée les trois premières épreuves du contrôle continu (E3C) prévues au programme.

Issues de secours cadenassées et lignes téléphoniques coupées… Les tensions se sont accrues ce mardi matin au lycée Montesquieu, où les élèves de premières devaient passer leurs premières épreuves communes de contrôle continu (E3C) issues de la réforme du baccalauréat. Pendant près de deux heures, de 8h à 10h du matin, les lycéens, déterminés à ne pas passer les épreuves, ont été confinés par la direction dans la cour de l’établissement.

Ce matin au lycée Montesquieu, seuls les élèves de première étaient autorisés à entrer (photo d’élève)

Deux barrages filtrants ont été installés devant le lycée, avant 8h mardi, pour bloquer l’entrée de l’établissement aux élèves de seconde et de terminale qui n’en avaient pas été prévenus auparavant. Les élèves de première se retrouvent alors seuls dans la cour, explique Charline devant le portail du lycée :

« Une fois que l’on est entrés dans l’établissement, la direction a commencé à nous annoncer qu’ils allaient nous faire passer les trois épreuves, prévues initialement entre lundi et jeudi, aujourd’hui. C’est là qu’ils ont commencé à fermer toutes les portes pour nous enfermer. Les profs étaient contre. Ils n’étaient pas du tout au courant de la manœuvre et ont appris ça, comme nous. »

Incompréhension(s)

Suite à la mobilisation de la veille, l’incompréhension régnait quant à la tenue des épreuves de la semaine. Lundi, la proviseure indiquait dans un mail adressé aux parents d’élèves sa décision de « reporter les épreuves communes de contrôle continu », assurant qu’ils « seraient informés des nouvelles dates ultérieurement », sans préciser si la mesure concernait seulement les épreuves de la journée ou l’ensemble des trois examens prévus dans la semaine.

Devant des élèves ahuris, regroupés dans la cour du lycée, l’administration évoque un coup de fil du rectorat qui, dès 7h du matin, aurait fait pression pour que les épreuves prévues initialement soient maintenues et que l’examen de la veille soit lui aussi rattrapé. Une version corroborée par le personnel enseignant.

Contactés par Rue 89 Bordeaux, des membres de l’administration qui souhaitent garder l’anonymat confirment l’existence de cette injonction matinale de la part du rectorat. Ils précisent néanmoins que « la décision de la direction était de filtrer les élèves qui passaient les examens pour ne pas que la situation d’hier [lundi] se reproduise ». Aux élèves qui tentent de joindre le rectorat par téléphone, on explique que la situation tendue est la conséquence des manifestations de la veille.

Crises d’angoisse

Paniqués, de nombreux élèves, victimes de crises d’angoisse, sont pris en charge à l’infirmerie de l’établissement. D’autres lycéens vomissent, stressés à l’idée de passer leurs premières épreuves du bac dans ces conditions. Les toilettes sont également bloquées pour éviter qu’ils ne se substituent à la surveillance de l’administration. De l’autre côté des grilles, les élèves de terminale aiguillent leurs cadets :

« On était en contact avec eux pour faire pression sur la proviseure et réussir à sortir, poursuit Charline, élève de première. Ils nous ont conseillé de monter sur la passerelle pour qu’ils puissent nous prendre en photo afin que l’on garde des preuves du confinement. »

Des élèves réunis sur la passerelle (photo d’élève)

Une fois la ruse repérée, l’accès à la passerelle est interdit. Pour éviter que les élèves ne déclenchent l’alerte, l’administration de l’établissement a pris ses précautions.

« Les normes de sécurité anti-incendie ont été totalement bafouées et l’alarme débranchée », explique Malo, élève de terminale.

Et pour cause : les élèves mobilisés prévoyaient de l’enclencher pour s’opposer à la tenue des épreuves.

Les élèves s’organisent

De leur côté, les professeurs du lycée se réunissent en assemblée générale et refusent de surveiller l’examen. Le dialogue entre les enseignants opposés aux E3C et la direction est très vite rompu. « On ne sait pas où ils sont » nous indique un membre du personnel.

Une délégation composée de trois élèves et d’un professeur se rend au rectorat où ils sont reçus en fin de matinée.

« Ils nous ont dit que l’on ne devait pas contester les ordres venant du ministère de l’éducation et que les E3C se tiendraient qu’on le veuille ou non, témoigne une élève en terminale littéraire. »

A midi, l’administration de l’établissement, les professeurs et les parents d’élèves se réunissaient chacun de leur côté pour décider des suites à donner à cette matinée tendue. Les élèves regroupent déjà l’ensemble des pièces attestant de leur confinement.

Les professeurs du lycée Montesquieu n’ont pas tardé à réagir pour s’insurger dans un communiqué :

« L’entêtement du ministère à vouloir organiser à tout prix la passation des E3C conduit à des dérives autoritaires de la part des recteurs, à une mise sous pression des chefs d’établissement et des personnels, à une tension critique dans les lycées. »

Au lycée Montesquieu, les portes étaient cadenassés (photo d’élève)

Le bac ou la BAC ?

Lundi, une manifestation de professeurs et de parents d’élèves du lycée avait déjà empêché la tenue des épreuves d’anglais au lycée Montesquieu. Des policiers et une équipe mobile de sécurité du rectorat (AESM) étaient alors chargés de veiller sur les examens mais également de repérer les élèves les plus impliqués dans le mouvement de contestation. Corinne Guillemot, élue sur la liste FCPE du lycée témoigne :

« Une brigade de 4 personnes du rectorat est intervenue lundi dans le lycée. Ils ont interrogé les élèves pour connaitre le nom des meneurs, mais les élèves se sont concertés pour donner des faux noms. »

Ce n’est pas la première fois que des policiers interviennent autour des établissements scolaires depuis le début du mouvement de contestation contre les E3C. Vendredi, lors du blocage des épreuves au lycée Gustave-Eiffel, un lycéen s’était fait arrêter. Ses camarades voulants lui porter secours se sont vus opposer des ordres secs et la menace des LBD.

« Flou informationnel »

Pour l’heure, les parents continuent de déplorer un flou informationnel. La date limite pour la tenue des épreuves est fixée au 5 février sur l’ensemble du territoire. Au lycée Montesquieu, personne ne sait encore si les épreuves prévues jeudi seront maintenues et certains parents d’élèves dénoncent « une récupération politique ».

« Ce qui m’inquiète le plus à Montesquieu, c’est l’affrontement qu’il pourrait y avoir avec certains parents, explique Corinne Guillemot. Une opposition est en train de se créer mais pour l’instant, les élèves tiennent, car, même s’ils sont issus de familles d’horizons différents, ils sont très organisés et solidaires. »

Contacté, le rectorat de Bordeaux n’a pas donné suite à nos demandes d’entretien. Dans les colonnes de Sud-Ouest, la rectrice de l’académie, Anne Bisagni-Faure, regrettait en revanche « l’agitation et les rumeurs infondées » apparues suite au report des épreuves de lundi. En Gironde, cinq établissements sur 39 ont dû procéder à un report.

Abonnez-vous avant le 31 janvier 2020 pour permettre à Rue89 Bordeaux de continuer, cliquez >>> ici <<<

L'AUTEUR
Antoine Cariou
Antoine Cariou
Étudiant à Sciences Po Bordeaux, breton et néo-bordelais - a troqué le cidre pour les cannelés il y a 3 ans.

En BREF

La France condamnée pour protection insuffisante des dauphins du Golfe de Gascogne

par La Rédaction. 499 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Menacé de mort en Guinée, réfugié à Bordeaux, le journaliste Marcel Tolno craint d’être expulsé

par Marie Piquet. 803 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Décrocheurs » : un militant écologiste de nouveau poursuivi en justice à Bordeaux

par Marie Piquet. 2 790 visites. Aucun commentaire pour l'instant.